Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Christoblog

Journal de Cannes 2022

 

27 mai

Je rattrape ce matin un très beau film de la Semaine de la critique, Dalva (4/5) d'Emmanuelle Nicot. Le film suit l'itinéraire d'une jeune fille de douze ans qui a été séquestrée et abusée par son père de 5 à 12 ans, à partir du moment où elle est soustraite à l'influence de ce dernier. L'interprétation de la jeune Zelda Samson est incroyable de justesse. Un film sec, ramassé, brillant. 

Je reprends ensuite le fil de la compétition avec le nouveau Kelly Reichardt, Showing up (1/5). Je ne comprends toujours pas ce que cette cinéaste minimaliste a à nous dire. Sur une échelle de l'ennui de 1 à 10, je mets 9,5 à cette chronique qui nous montre une artiste en chaussettes essayer de prendre une douche et soigner un pigeon. 

Un petit frère (4/5), de Léonor Serraille est au contraire une ample fresque très abordable, qui donne à voir l'itinéraire en France d'une femme et ses deux fils, arrivés de Côte-d'Ivoire en 1989. Beaucoup de justesse et une grande qualité d'écriture, parfait pour terminer en beauté une compétition. Le nouveau Kirokazu Kore-Eda, tourné en Corée avec des acteurs coréens, est une nouvelle variation sur la notion de famille. Les bonnes étoiles (5/5), connu à Cannes sous le nom de Broker, est un petit peu moins puissant qu'Un air de famille, mais il touche souvent au coeur, mêlant avec beaucoup de grâce ironie douce, émotion feutrée et rebondissements inattendus.

26 mai

Retour à la compétition avec Leila's brothers (5/5), de l'iranien Saeed Roustaee (La loi de Téhéran). Un film fleuve (2h45 quand même), mais qui passe plus vite que certains films d'1h30. Il faut imaginer l'ambiance de la série Succession dans une famille iranienne modeste, avec des intrigues dignes de Farhadi. Grand film intimiste et politique, cette fresque familiale devient ma Palme d'or à ce stade de la compétition.

Stars at noon (3/5) de Claire Denis, est plutôt une réussite. Margaret Qualley et Joe Alwyn forme un couple très convaincant, qui confronte leur deux opacité dans un Nicaragua moite et gangrené par toutes sortes d'intrigues politiques auxquelles on ne comprend pas grand-chose, mais ce n'est pas grave. Avec une BO merveilleuse de Tindersticks. Enfin Close (4/5), le deuxième film de Lukas Dhont, l'auteur du formidable premier film Girl. Dhont film merveilleusement bien l'amitié de deux jeunes garçons de 13 ans. Un cinéma d'une grande finesse, qui pourrait trouver sa place au Palmarès. On devrait retrouver ce réalisateur de très nombreuses fois à Cannes dans l'avenir, il n'a que 31 ans et produit déjà des films de toute beauté.

25 mai

 

Pas de compétition pour aujourd'hui, mais un petit tour dans les sélections parallèles. A la Quinzaine, le nouveau film de Thomas Salvador, La montagne (1/5) m'a beaucoup déçu. L'idée d'un homme qui va dans la montagne et ne veut / peut plus en descendre était sympa, mais l'aspect surnaturel ajouté n'apporte rien au final, au contraire. Je passe à la clôture de la Semaine pour Next Sohee (3/5), de July Jung, dont j'avais beaucoup aimé A girl at my door. C'est une charge violente contre la façon dont la société coréenne traite ses jeunes sur le marché du travail. Bien qu'un peu long, c'est agréable à suivre, notamment grâce aux actrices, dont la fabuleuse Doona Bae.

A Un certain regard, Mediterranean fever (3/5) de la palestinienne Maha Haj est un joli film sur une amitié entre un malfrat et un écrivain dépressif. Bien écrit (un peu long, mais c'est une maladie générique à Cannes cette année) et bien joué, le film est étonnant, jusqu'au retournement final. Elia Suleiman et les frères Nasser sont dans la salle, solidarité palestinienne oblige.

Enfin je rattrape Godland (2/5) de l'islandais Hlynur Palmason (Un jour si blanc). Certains s'extasient sur cet exercice de style hyper stylisé qui décrit le périple d'un prêtre danois en Islande au XIXème siècle : format carré, absence presque totale de dialogue pendant la première partie du film, paysages grandioses, action réduite à sa plus simple expression, longueur excessive (2h23). Je n'ai pas été sensible du tout à la démarche du réalisateur, même si la qualité de la photographie est en effet incroyable. Pour ceux qui ont aimé des films comme La dernière piste ou Jauja.

 

24 mai

Début de journée à Un certain regard. Retour à Séoul (4/5), de Davy Chou, est un très beau film sur la recherche de ses origines par une Française adoptée en Corée. Le film est à la fois ample, précis et émouvant. L'actrice est formidable.

Les frères Dardenne, dans Tori et Lokita (2/5) appliquent une recette éprouvée : accumuler un maximum d'humiliations sur les deux personnages de migrants jusqu'au drame, et sans possibilité de s'échapper. C'est peut-être efficace pour dénoncer la façon dont les migrants sont traités en Europe, mais cela ne fait pas un bon film, tout juste un manifeste pour une ONG. Heureusement que les deux interprètes principaux sont très bons.

La suite est plus réjouissante. Je parviens à entrer dans le GTL pour la cérémonie du 75ème anniversaire. Une centaine de sommités du cinéma mondial sont là, je ne peux pas tous les citer. C'est devant ce parterre de réalisateurs incroyables (14 palmes d'or pour les présents) que Louis Garrel à la lourde tâche de présenter son film, L'innocent (4/5). Heureusement pour lui le film est très bon, c'est la comédie dramatique dont le festivalier épuisé à besoin à l'approche du sprint final. La salle a éclaté de rire à de nombreuses reprises - et moi aussi. 

Fin de soirée avec Nostalgia (4/5) de l'italien Mario Martone, avec l'excellent acteur Pierfrancesco Favino (Le traître), qui pourrait bien ici espérer un prix d'interprétation. On suit un italien qui revient à Naples quarante ans après en être parti, et qui se frotte à son ancien meilleur ami, devenu boss du quartier pour la Camorra. C'est efficace, et surtout c'est un magnifique portrait de la cité napolitaine.

 

23 mai

Enorme journée aujourd'hui avec 5 films, 2 montées des marches en soirée et beaucoup d'émotions. Cela commence à la Quinzaine avec le nouveau film de Léa Mysius, Les cinq diables (3/5), un drama familial teinté de surnaturel. Cela commence très bien avant de s'affadir un peu. Le film paraît trop écrit. Adèle Exarchopoulos est là avec toute l'équipe du film.

On continue à Un certain regard avec un film turc, Burning days (2/5), de Emin Alper. Cela se situe quelque part entre Zvyaguintsev et Nuri Bilge Celan, avec beaucoup moins de finesse et de talent. Cette critique de la société turque est pleine de bonnes intentions, mais un peu naïve.

J'arrive ensuite au GTL pour un trois à la suite. Je ne me serais jamais attendu à adorer le film de Valéria Bruni-Tedeschi, Les amandiers (5/5) ! Ce portrait de groupe est magnifique. Il saisit les spécificités du métier d'acteur, il dresse un portrait sans concession mais passionnant de Patrice Chéreau, et il restitue à merveille l'ambiance des années 80. Le casting est au top. Les amandiers, c'est tout ce que le cinéma peut apporter : des infos, des émotions, des sensations. J'attendais beaucoup (sûrement trop) du nouveau film de Park Chan-Wook, Decision to leave (3/5). La mise en scène est comme d'habitude souveraine, et le scénario excelle à rendre compréhensible une histoire très complexe, mais le film est un peu long et moins spectaculaire que Mademoiselle, par exemple. Eventuellement un prix du scénario ou de la mise en scène.

Pour finir, j'obtiens miraculeusement un billet pour Les crimes du futur (1/5), de David Cronenberg. Je n'aime pas du tout le film que je trouve compassé, artificiel et finalement pauvre en cinéma. Les concepts qu'évoquent les personnages (par ailleurs tous assez mal joués) sont finalement plus intéressants que le film lui-même. Mais le spectacle autour de moi, dans un carré de 20x20 sièges est d'anthologie : outre Léa Seydoux et Kristen Stewart, je vois Guillermo del Toro se lever pour applaudir Cronenberg, Claude Lelouch de lever pour laisser passer Sharon Stone rejoindre sa place, Nuri Bilge Ceylan arriver avec son fils, Chiara Mastroianni saluer Rebecca Zlotowski, Félix Moati se pointer sans costard et s'assoir non loin d'Agnès Jaoui, Vincent Cassel présenter son billet à l'ouvreuse juste avant moi, etc. J'ai rarement vu un parterre de cette qualité.

 

22 mai

Trois films en compétition à la suite aujourd'hui. Dans Triangle of sadness (3/5), Ruben Ostlund poursuit dans la veine qui lui a déjà donné une palme d'or (The square) : se moquer avec causticité des petits travers de notre société, et des grands aussi. C'est souvent très bien vu, et parfois hilarant, mais comme ses personnages sont réduits à des caricatures sans épaisseur, l'impression finale est celle d'une superficialité un peu creuse, d'une farce potache.

Autre palmé, Cristian Mungiu ne pourra lui sûrement jamais être accusé d'être superficiel. RMN (3/5) est magnifiquement réalisé, mais un peu moins bien écrit que ses oeuvres précédentes. Le film aborde beaucoup de thèmes qu'il ne traite pas complètement, avant de se concentrer sur un tableau de la xénophobie ordinaire dans un petit village roumain. Une scène de 15 minutes, en plan-séquence fixe et avec une petite centaine de figurants, est magistrale. Holy spider (5/5), qui sortira en France sous le nom de Les nuits de Mashhad, est une oeuvre coup de poing d'Ali Abbasi, cinéaste iranien vivant en Suède, dont j'avais adoré le film précédent, Border. On suit un tueur en série fou d'Allah, qui s'en prend aux prostituées. C'est rugueux, très rythmé et frontal. On devrait le retrouver au palmarès, si les scènes de violence n'effraient pas le jury.

Pour finir en douceur, Don Juan (3/5) de Serge Bozon démontre surtout le talent immense de Virginie Efira, et celui de Tahar Rahim chanteur. L'univers décalé et très formel de Bozon trouve dans cette histoire mélancolique et triste un parfait terrain, je trouve, bien plus que dans le registre de la comédie grinçante. Le film est descendu par tout le monde ou presque.

 

21 mai

La journée commence avec Frère et soeur (2/5), qui m'a déçu. Je reviendrai très bientôt sur ce film, qui est une parodie de Desplechin par Desplechin. Étonnant de voir le contraste entre les critiques "parisiennes", dithyrambiques si on en croit Allociné (4,3 de moyenne !), et l'accueil glacial de la Croisette (il y aurait eu des ricanements pendant la projection presse).

Pamfir (5/5) est un coup de coeur. Le film est ukrainien mais n'a rien de politique. Il s'agit d'une sorte de tragédie grecque en forme de western slave, servi par une mise en scène d'une élégance rare. Un film que j'aurais volontiers vu en compétition dans l'officielle. Le nom du réalisateur est à retenir, et pas seulement si on joue au scrabble : Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk. Je continue à la Quinzaine avec Sous les figues (2/5) de la tunisienne Erige Sehiri, rayonnante dans la salle avec son casting non professionnel. Le film est un portrait de la jeunesse tunisienne, solaire, énergique et anecdotique, le temps d'une journée de cueillette de figues.

Pour finir, dans une salle archi-comble du Cineum, un des évènements de cette édition, le nouveau film de George Miller, Trois mille ans à t'attendre (3/5). C'est du divertissement de très bonne tenue, servi par un duo admirable (Tilda Swinton et Idriss Elba), qui loue les pouvoirs de l'imagination. Ca fait plaisir de voir du cinéma grand public qui quitte le sillon Marvel pour retrouver le plaisir des Mille et une nuits.

 

20 mai

Retour à la compétition aujourd'hui avec pour commencer le superbe Armageddon time (5/5) de James Gray. Très bien accueilli par la Croisette, c'est ma première Palme d'or potentielle. Le James Gray des débuts (jusqu'à Two lovers) revient dans ce film délicat, fluide et très bien réalisé, qui mélange la chronique intime et l'exploration du racisme chronique américain. Magnifique.

EO (4/5) (on peut traduire par Hi-Han) du polonais Jerzy Skolimovski est quant à lui le premier film complètement barré de l'édition 2022. iL s'agit de suivre la trajectoire d'un âne de son point de vue, en explorant la grandeur de la nature et la bêtise cruelle des hommes. Il y a une idée de cinéma toutes les 2 minutes, et c'est comme si Lynch croisait Kaurismaki. Troisième film à la suite au GTL, Boy from heaven (2/5) du réalisateur suédois d'origine égyptienne Tarik Saleh (Le Caire confidentiel) m'a déçu. Si l'histoire est intéressante (un jeune étudiant est entraîné dans une guerre de succession à la tête de la prestigieuse université coranique Al Azhar du Caire), le traitement est trop plat, et le scénario m'a semblé bâclé. Un produit trop formaté "compétition cannoise" à mon goût.

Enfin, direction Debussy pour le nouveau film d'un réalisateur que j'aime beaucoup, Dominik Moll. La nuit du 12 (4/5) est une sorte de Zodiac franchouillard, sur une affaire d'homicide non résolue à Saint-Jean de Maurienne. C'est captivant et excellemment joué par Bastien Bouillon et Bouli Lanners. La projection est marquée par un évènement rarissime : devant le manque de sous-titres anglais une partie du public fait interrompre la séance, qui repartira quelques minutes plus tard !

 

19 mai

Rodeo (4/5), premier film de la Française Lola Quivoron, était très attendu. Le film nous fait pénétrer dans le monde méconnu des adeptes de cross-bitume. L'héroïne principale (qui m'a beaucoup fait penser à celle du film American Honey) suit un parcours initiatique entre délinquance et quête de soi-même. C'est très bien fait, même si la fin m'a laissé perplexe.

Harka (3/5) m'a ensuite emmené en Tunisie. Le réalisateur qui vit aux USA, Lotfy Nathan, imprime une efficacité toute américaine à ce tableau d'un jeune tunisien qui va finir par s'immoler par le feu. Le tableau de la société tunisienne est glaçant. A la Quinzaine, Philippe Faucon propose Les harkis (3/5), qui décrit de façon un peu académique et sans grand enjeu dramatique les dilemmes des supplétifs algériens qui aidèrent l'armée française. Intsructif et très bien photographié, sans être génial. Après Tirailleurs, on dirait que le cinéma français a envie de se frotter à son passé colonial...

Le film du couple belge Félix Van Groningen et Charlotte Vandermeersch, Les huit montagnes (3/5) est plus sage que les films précédents de Van Groningen (La merditude des choses, Alabama Monroe). Format carré, écoulement lent du temps, paysages alpestres magnifiquement filmés, un sujet finalement peu montré au cinéma (l'amitié masculine comme sens à sa vie). Le film est un poil trop long (2h27) et pas toujours de très bon goût, mais il est beau et je me suis laissé emporté par l'évolution des personnages. La presse n'a pas aimé du tout.

 

18 mai

A peine arrivé, je trouve par miracle en quatre minutes chrono une place pour le premier film en compétition, La femme de Tchaïkovski (2/5), de Kiril Serebrennikov. Si la caméra est nettement moins agitée que dans La fièvre de Petrov (ce n'est pas difficile), la mise en scène reste virtuose. C'est intéressant, mais assez froid et surtout très long (2h30). Il faut dire que le sujet est un peu austère : l'amour obsessionnel et aveuglé d'une jeune femme pour un homme qui n'en voulait pas (le musicien était homosexuel, et pas vraiment sympa avec son épouse).

Je glisse ensuite dans la salle Debussy pour l'ouverture d'Un certain regard. Tirailleurs (3/5) est présenté par l'équipe du film au complet, dont un Omar Sy rayonnant et très ému. Le film raconte la première guerre mondiale du point de vue des tirailleurs sénégalais. C'est bien fait sans être génial, et le scénario aborde beaucoup de sujets intéressants. Dans la lignée d'Indigènes, qui avait été aussi présenté à Cannes. 

Pour finir, direction le théâtre Croisette pour l'ouverture de la Quinzaine. Je n'avais pas aimé son film précédent (Martin Eden), mais Pietro Marcello réussit ici à me convaincre avec pourtant des ingrédients similaires : un jeu constant et déstabilisant sur les différentes textures d'image, une sorte de romantisme rude et mal dégrossi, un vérisme parfois très cru. La réussite de L'envol (4/5) tient dans son très beau portrait de jeune fille, associé à une poésie diffuse. C'est un film étonnant et profond.

 

17 mai

Comme j'en ai pris l'habitude depuis plusieurs années, le Festival commence pour moi à distance, je ne rejoindrai la Croisette que demain. Après le feu d'artifice que constituait Annette en ouverture l'année dernière, cette édition s'ouvre sur un mode plus mineur, mais qui célèbre à sa façon, modeste et réjouissante, la magie du cinéma.

Coupez ! (4/5) de Michel Hazanavicius, est un kick off parfait, habilement construit. On découvre tout d'abord une série Z japonisante d'une demi-heure, avant d'assister intrigué à des flashback qui nous font voir l'envers du décors. C'est simple, très bien écrit, et servi par des acteurs qui ont l'air de bien s'amuser. Les seconds rôles sont parfaits, Jean Pascal Zadi en tête. Une ouverture pétillante en forme de déclaration d'amour à l'amateurisme et au septième art. 

Voir les commentaires

Coupez !

Coupez ! commence par une série Z de 30 minutes filmée en plan séquence. On se demande vraiment ce qu'on est en train de regarder. Plusieurs scènes sont complètement ratées, les dialogues sont nuls et les acteurs semblent souvent improviser maladroitement. Parfois un effet de style fait cinéma d'auteur (la caméra est fixe alors que les personnages sortent longuement du champ, ou reste par terre après être tombée, façon found footage).

Mais curieusement, l'action se poursuit cahin-caha, et le réalisateur (un Romain Duris survolté) parvient à toujours retomber toujours sur ses pieds en parvenant même parfois à nous emporter.

Après cette introduction, le film raconte la genèse de ce qu'on vient de voir : comment cette série Z a été préparée, puis tournée. Hazanavicius parvient alors à nous surprendre et à nous émouvoir. Beaucoup d'éléments inexplicables du film initial trouve alors une explication rationnelle, parfois hilarante.

Cette deuxième partie est une déclaration d'amour au cinéma et plus spécifiquement à la volonté de tourner coûte que coûte, même avec peu de moyens et en dépit des difficultés rencontrées. C'est souvent drôle, très bien rythmé et tous les seconds rôles sont formidables.

Ce remake d'un film japonais est une ouverture parfaite, pétillante et réjouissante, pour le Festival de Cannes 2022.

Suivez jour par jour le Festival 2022 : Mon journal de Cannes 2022

 

3e

Voir les commentaires

The duke

Il y a quelque chose d'étonnant à voir les cinéastes anglais réussir ce qu'en France on a beaucoup de mal à faire : des films réglés comme du papier à musique, amusants, bien joués, rythmés et agréables.

Nous voici dans les années 60, à suivre un Robin des Bois en imperméable, prêt à faire bien des folies pour que la redevance télé soit gratuite pour les aînés.

Jim Broadbent est très bon dans ce rôle de gentil débonnaire alors que Helen Mirren casse la baraque, comme à l'habitude. La mise en scène de Roger Michell (Coup de foudre à Notting Hill, c'est lui) est d'une sobre efficacité, ne négligeant jamais d'entretenir le rythme et de peaufiner les seconds rôles.

Un divertissement agréable, sans beaucoup de prétention.

 

2e

Voir les commentaires

Murina

Tout dans Marina est estampillé "film d'auteur" destiné à être remarqué : une unité de lieu remarquable, une réalisatrice déjà récompensée pour un court-métrage sur le même sujet, une jeune actrice charismatique, des thèmes à fort potentiel dramatique.

Mais d'une certaine façon, cette qualité programmatique joue contre le film, qui ne ménage pas beaucoup de surprises : le père possessif et violent n'est pas très sympa, l'ami visiteur et riche va séduire la jeune Julija dont les désirs d'émancipation vont se heurter à la dure réalité.

Se succèdent donc différentes scènes très signifiantes et filmées de façon conventionnelle (et parfois un peu maladroite), sans que l'intérêt pour ce que raconte Murina ne grandisse beaucoup : une petite déception, pour cette Caméra d'Or du festival de Cannes 2021.

 

2e

Voir les commentaires

Karnawal

Ce joli film argentin présente un premier intérêt, c'est la découverte de la deuxième danse importante d'Argentine avec le tango, le malambo.

Les scènes de danse sont très impressionnantes, le malambo étant intrinsèquement spectaculaire, avec son jeu de claquette et une grande expressivité dans les torsions de cheville.

Pour le reste, ce premier film est assez classique, mêlant assez habilement différents genres (thriller, drame familial, road movie) autour de l'histoire d'un jeune homme préparant un concours de malambo, alors que son père sortant de prison rentre à la maison. L'intrigue n'est pas réellement captivante mais ce n'est pas vraiment important.

Autres intérêts de ce film très dépaysant : la prestation de l'immense acteur chilien Alfredo Castro, et les paysages magnifiques d'une région méconnue d'Argentine, la quemanda de Humahuaca, à la frontière bolivienne.

Une belle découverte.

 

2e

Voir les commentaires

Hit the road

Ce qui est remarquable dans Hit the road, c'est l'équilibre délicat que le film parvient à maintenir tout au long ce ces 93 minutes, entre circonstances dramatiques et distance humoristique.

Le père est taciturne et déverse son acidité placide sur tous et toutes. La mère est magnifique, pleine de force et de beauté intérieure. Le petit garçon, insupportable pipelette, est drolatique. L'autre fils, jeune adulte, ne dit rien, et on comprend rapidement que le sujet du film, c'est son avenir.

Tout cela est déjà vu, mais sublimé ici par une légèreté presque poétique, agrémentée d'un grain de folie et d'une bonne dose d'auto-dérision. C'est léger, filmé avec une grâce toute iranienne (les cinéastes iraniens n'ont pas d'équivalent quand il s'agit de développer toute une dramaturgie à l'intérieur d'une voiture). Ce beau road movie se déroule dans des paysages magnifiques, qui donnent au film une tonalité profonde et vitale.

Un bijou.

 

3e

Voir les commentaires

Nitram

Il existe des films puissants, pesants, désagréables et au final impressionnants : Nitram fait partie de ceux-ci.

L'idéal est de voir le film de Kurzel sans en connaître la teneur, mais je suppose qu'il sera bien difficile d'y parvenir ici tant la presse présente le film comme le portrait du jeune homme qui a commis l'irréparable.

Si on supporte donc la pesanteur inhérente au film, on ne peut qu'être bluffé par le jeu exceptionnellement sensible de l'acteur Caleb Landry Jones (justement récompensé par le prix d'interprétation à Cannes), la maîtrise de la mise en scène et l'habileté de l'écriture.

On sort rincé du film, perplexe sur la nature des sentiments éprouvés, entre admiration pour la construction du film, respect pour les performances et la pudeur de la caméra (les scènes de fin) et dégoûté par l'impression de gâchis et d'impuissance qui suinte de cette histoire montrée dans toute sa sèche vérité.

Du cinéma à l'os.

Justin Kurzel sur Christoblog : Macbeth - 2015 (**)

 

2e

Voir les commentaires

En route pour le Festival de Cannes 2022

Du 17 au 28 mai 2022, vous pourrez suivre le Festival de Cannes en direct sur Christoblog, avec un résumé tous les soirs de mes aventures sur la Croisette, à suivre en lisant Mon journal de Cannes.

Pour mes avis immédiats à la sortie de chaque projection, vous pouvez me suivre sur Facebook ou Twitter, comme plus de 800 fidèles. Vous pouvez aussi vous abonner à la newsletter de Christoblog, là, à droite de l'article, en inscrivant votre adresse mail dans la case "Saisissez votre email ici". 

Vincent Lindon est cette année le Président du jury. Il sera entouré, entre autres, par Noomi Rapace, Asghar Farhadi, Lady Ly, Jeff Nichols, Rebecca Hall, Joachim Trier et Jasmine Trinca. Valeria Golino dirigera le jury d'Un certain regard. 

Si vous allez à Cannes pour la première fois, ces articles pourraient vous intéresser :

 

Mon avis sur les différentes sélections : 

Compétition 

Cette année, la compétition comprend 21 films, ce qui représente un nombre raisonnable après l'orgie de l'année dernière (24 films). On peut distinguer dans la sélection ceux qui ont déjà eu une Palme d'Or (les Dardenne, Kore-Eda, Mungiu, Ostlund), ceux qui auraient pu en avoir une (Cronenberg, Desplechin, Park Chan-Wook), ceux qui n'en auront peut-être jamais (Claire Denis, James Gray, Kelly Reichardt, Albert Serra, Jerzy Skolimowski, Valeria Bruni Tedeschi), les jeunes pousses qui en auront probablement une un jour (Dhont, Serebrennikov). J'attends pour ma part impatiemment les films d'Ali Abbasi (dont j'ai adoré Border), Léonor Serraille (je suis fan de son premier film Jeune femme), Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen (La merditude des choses, Alabama Monroe), Saeed Roustaee (auteur de l'excellent La loi de Téhéran) et Tarik Saleh (Le Caire confidentiel). Le cinéaste que je connais pas du tout cette année est l'italien Mario Martone, le seul dont je n'ai vu aucun film.

Cannes Premières

Avant 2020, les "refoulés" de la compétition se retrouvaient à Un certain regard, ou à la Quinzaine. En 2021, Thierry Frémaux leur a offert une nouvelle section qui est reconduite cette année, dans la salle Debussy, habituellement réservée à Un certain regard. On retrouvera ici un casting dont Venise ou Berlin se délecteraient : Marco Bellochio, Olivier Assayas, Serge Bozon, Emmanuel Mouret, Rodrigo Sorogoyen, Panos Koutras, Rachid Bouchareb et Dominik Moll.

Un certain regard

Cette sélection se recentre sur son objectif initial, comme en 2021 : faire découvrir des oeuvres originales et exigeantes. Peu de noms connus par conséquent. Le film d'ouverture, Tirailleurs, de Mathieu Vadepied, avec Omar Sy, est cependant très attendu. On croisera tout de même dans cette section Davy Chou, dont j'ai adoré un des films précédents, Diamond island. Un islandais sera là, comme c'est de tradition, et il s'agira de Hlynur Palmason, remarqué à Cannes pour un film précédent de bonne facture, Un jour si blanc. L'actrice Riley KEOUGH (petite-fille  d'Elvis Presley) y présentera son premier film. La sélection nous fera voyager à travers le monde entier : Japon, Allemagne, Costa-Rica, Norvège, Palestine, Turquie, Australie, Pakistan, Pologne, USA, France et ... Ukraine.

Autres sélections

Dans le cadre des séances spéciales et autres projections inclassables, on trouve cette année du très lourd, que ce soit en matière de cinéma d'auteur (Losnitza, Louis Garrel, Jasmine Trinca, Etan Coen, Patricio Guzman), de fun (Top Gun Maverick et un hommage à Tom Cruise, Elvis de Baz Luhrman, les nouveaux films de Cédric Jimenez, Nicolas Bedos et surtout George Miller). Quentin Dupieux présentera son nouveau projet dans une séance de minuit qui s'annonce délirante. Dans la section Cannes classics, on verra un film sur les jeux olympiques de Tokyo, tourné par l'habituée cannoise Naomi Kawase. Enfin, deux curiosités : l'acteur principal de Squid game, Lee Jung-Rae, présentera son premier film en séance de minuit et la chanteuse Diam's un documentaire autobiographique.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Quinzaine des réalisateurs

Paolo Moretti renouvelle comme l'année dernière le casting de la Quinzaine (pour sa dernière année à ce poste), habituée auparavant à ronronner sur des noms récurrents et/ou sur les recalés de l'officielle. Cap sur l'aventure, donc. Pas beaucoup de grands noms, mais des inconnus, des réalisateurs à (re)découvrir (Rodrigues, Alex Garland, Charlotte Le Bon), et une très forte présence française (Léa Mysius, Philippe Faucon, Thomas Salvador, Alice Winocour, Mia Hansen-Love, Nicolas Pariser), ce qui est une caractéristique de cette année, toutes sections confondues. Annie Ernaux y présentera un film. L'envol, film de l'italien Pietro Marcello, avec Louis Garrel et Noémie Lvosky, une des grosses attente de cette édition, sera présenté en ouverture.

Semaine de la critique

Cette année, je ne connais vraiment personne dans la compétition qui nous fera voyager en France, en Finlande, en Iran, en Colombie, au Portugal et aux USA. Dans les séances spéciales, on retrouvera l'acteur Jesse Eissenberg qui viendra présenter ici son premier film et la nouvelle proposition du cinéaste / artiste Clément Cogitore. C'est un film coréen de Jung July qui fera la clôture (son premier film, A girl at my door, est très bon).

ACID

Dans la petite dernière des sélections cannoises, peu de noms connus, mais comme dans les autres sélections une forte présence française. Polaris, d'Ainara Vera, aiguise ma curiosité : il promet de nous emmener naviguer au Groenland.

Voir les commentaires

Les passagers de la nuit

Le cinéma de Mikhaël Hers est d'une délicatesse tellement grande qu'elle flirte souvent avec l'insipidité.

Lors que cette délicatesse rencontre une solide architecture narrative, cela donne un excellent résultat (Amanda), lorsqu'elle illustre une absence de propos, elle emplit l'écran de cinéma d'un vide cotonneux (Memory lane).

On est ici un peu entre les deux. L'écoulement du temps, le jeu convainquant de Charlotte Gainsbourg (qui semble s'améliorer de film en film), la finesse avec laquelle les émotions et états d'âme sont captés rendent le film très appréciable et attachant.

Mais ce qui est raconté n'est en réalité pas très intéressant. Une femme au foyer qui doit se réinventer après n'avoir connu qu'un seul homme, les émois adolescents, la collision de milieux sociaux très différents : autant de sujets déjà vus mille fois et qui n'ont d'intérêt ici que parce que la patine de la mise en scène les irise d'une tonalité douce-amère, mettant en valeur les sentiments d'empathie et de partage.  

Un film touchant, dans lequel l'émotion effleure parfois, et qui se regarde comme on feuilleterait un vieil album de famille. C'est à la fois beau, sensible, et un peu vain.

Michaël Hers sur Christoblog : Mikhaël Hers sur Christoblog : Memory Lane - 2010 (*) / Amanda - 2018 (***)

 

2e

Voir les commentaires

En corps

Il en va de Klapisch comme il en a été de Lelouch : on est surpris et bouleversé quand la recette utilisée (bons sentiments et confiance absolue en la puissance narrative du cinéma) fonctionne aussi bien !

En corps commence de façon très efficace : de superbes scènes de danse, un personnage qui impose immédiatement sa présence (formidable Marion Barbeau, une révélation), et une grande densité dramatique en une seule séquence.

Lancé sur ces très bons rails, le film enchaîne ensuite une alternance de morceaux de bravoure et de temps calmes consacrés au tableau d'une lente reconstruction faisant suite à un double deuil. Sans verser dans le sentimentalisme niais, Klapisch brasse de belles et profondes émotions qui font mouche. Une des forces du film est de situer une bonne partie de son action dans  un environnement dopé par la fougue des danseurs, et dans lequel trône une Muriel Robin impériale.  Pio Marmaï est renversant en cuisinier possédé, et le couple qu'il forme avec Souheila Yacoub est très drôle.

La troupe du chorégraphe Hofesh Schechter insuffle dans En corps un souffle puissant et bienfaisant, qui célèbre l'exultation des corps, et des âmes. C'est vraiment très beau.

Cédric Klapisch sur Christoblog : Un air de famille - 1996 (***) /  L'auberge espagnole - 2002 (**) / Les poupées russes - 2004 (***) / Paris - 2008 (***) / Ma part du gâteau - 2011 (***) / Casse-tête chinois - 2013 (**) / Ce qui nous lie - 2017 (**)

 

3e

Voir les commentaires

Apples

Apples est le premier film de Christos Nikou, qui fut assistant de Yorghos Lanthimos pour le film Canine. On retrouve dans le film des idées que ne renierait certainement pas l'auteur de The lobster : une partie de la population d'Athènes est atteinte d'une amnésie soudaine, le "programme" de soin consiste a effectuer des tâches élémentaires, dans la thérapie figure le fait de prendre des photos de ses activités avec un polaroid.

Mais autant les films de Lanthimos sont vifs, décapants et souvent intrigants, Apples est lui tristounet, presque métaphysique et minimaliste. Le format carré, la photographie éteinte, la morne mise en scène et le jeu neurasthénique des acteurs n'aide pas à ce qu'on entre vraiment dans le film, même si le mystère planant sur le film (qui était le personnage principal avant l'épidémie ?) maintient un intérêt minimal.

J'ai regardé ce film comme on lit un pensum appliqué et très cohérent stylistiquement, attendant à être surpris, et ne l'étant jamais vraiment, malgré un ultime twist peu frappant. Il a bénéficié d'une sortie en salle très limitée, on comprend pourquoi.

 

2e

Voir les commentaires

Cocktail molotov

Le deuxième film de Diane Kurys, qui suit l'incroyable succès du premier, Diabolo menthe, est très intéressant.

Il commence comme une ode à la jeunesse libertaire en rupture vis à vis de la famille. Cette première partie est rafraîchissante et rappelle les plus belles réussites en matière de portrait de la jeunesse (Doillon, Kechiche).

Lorsque notre trio part à Venise, puis en revient, le road trip se transforme petit à petit en récit à la fois triste et distancié, par la grâce de quelques scènes de toute beauté (le témoignage du gendarme par exemple). 

Si Cocktail molotov a si bien vieilli, c'est surtout grâce à la performance des acteurs. Elise Caron rayonne littéralement en archétype précoce de femme libérée. Mais c'est la toute première apparition de François Cluzet qui emporte le morceau : sa gouaille un peu distante (on pense à Vincent Lacoste, le cynisme en moins), la beauté de sa voix et son aplomb imperturbable forcent l'admiration.

Une expérience délicieuse.

 

3e

Voir les commentaires

The king's man : première mission

Sortie DVD

The king's man : première mission présente l'équilibre parfait qu'on attend d'un film d'action, entre scénario surprenant et fouillé, et scènes spectaculaires.

En ce qui concerne la narration, le troisième volet de la trilogie parvient à insérer dans son intrigue de nombreux personnages réels qui vivent leur vie "normale" : l'archiduc Ferdinand, lord Kitchener, Raspoutine, Lénine, Mata Hari. Cela donne au film une patine réaliste dans sa première partie que ne possède aucun film équivalent.

Dans la seconde partie, Matthew Vaughn parvient à se hisser en terme d'action à ce qui se fait de mieux dans le genre. Les scènes finales qui montrent les héros s'attaquer à la citadelle minérale du méchant boss sont impressionnantes.

Le film est une gourmandise sans prétention, qui souffre parfois de quelques baisses de rythme sans gravité, un peu moins drôle que les épisodes précédents, mais qui se regarde avec plaisir.

Kingsman sur Christoblog : Kingsman : services secrets - 2015 (***)

Le DVD sort le 6 mai en 4K UHD, Blu-Ray, DVD, Coffret trilogie Kingsman et en achat digital depuis le 28 avril chez 20th Century studios, site Internet, page Facebook et page Twitter. Voir aussi la fiche Cinetrafic du film.

 

2e

Voir les commentaires

L'affaire Collini

Il y a dix bonnes minutes dans L'affaire Collini, vers la fin.

Pour le reste, ce film très scolaire de l'allemand Kreuzpaintner ne génère pas beaucoup d'enthousiasme.

Nous sommes ici dans le genre très classique du film de procès, mâtiné d'une énigme psycho-historique... dont la solution est révélée dans l'affiche du film, qui expose bien visiblement une croix gammée !

La première heure est globalement de trop. Un faux suspense est installé laborieusement, le film est extrêmement maladroit à la fois dans sa narration (les romances superficielles) et ses idées de mise en scène (éclairages et musiques trop démonstratifs). Tout est trop long et trop appuyé.

Les choses s'améliorent ensuite un peu lors du procès, même si la façon dont les différents personnages sont dessinés reste très balourde. Malheureusement les derniers plans sont à nouveau très mauvais, et le dernier est véritablement catastrophique, d'une niaiserie abyssale.

Dommage, car le fond est intéressant. Il aurait mérité un traitement moins clinquant et plus profond.

 

2e

Voir les commentaires

Mamá, Mamá, Mamá

Ce film argentin découvert à la Berlinale 2020, serait sorti en France le 13 avril 2022, mais je ne l'ai vu au programme d'aucun cinéma... ce qui ne me semble pas très dérangeant.

En effet le film de Sol Berruezo Pichon-Rivière est un exercice de style assez plombant, qui rappelle le cinéma européen d'auteur dans son expression la moins attrayante. Il rencontre pourtant un succès certain partout où il est présenté.

Le sujet du film n'est pas inintéressant (le deuil d'une soeur vécue par une petite fille et sa cousinade féminine), la mise en scène ne manque pas d'idées, mais la narration évanescente, les effets appuyés et l'abus d'ellipses énervent le spectateur : on ne comprend que très lentement ce qu'on voit.

Certains voit dans le film un cousinage avec la Sofia Coppola de Virgin suicides, j'ai pour ma part plutôt pensé au mélange de délicatesse et d'afféteries grossières qui caractérise le cinéma d'Alice Rochwacher (Les merveilles). Je n'ai pas vraiment accroché à cette chronique, certes homogène stylistiquement, mais que j'ai trouvé vaguement insipide, et pour tout dire, assez inconsistante.  

Le film possède cependant une grande qualité : il ne dure qu'une heure et cinq minutes.

 

2e

Voir les commentaires

Drôle

Drôle, la nouvelle série de Fanny Herrero (Dix pour cent) est-elle drôle ? Et bien, pas vraiment.

Mais elle présente l'intérêt de montrer l'univers du stand up de l'intérieur, et elle met en scène des personnages attachants, Aïssatou (Mariama Gueye) et Nezir (Younès Boucif) en tête. On souhaite à ces deux-là les destins de Laure Calamy, Camille Cotin, Nicolas Maury, ils en ont potentiellement l'étoffe.

Drôle est donc plutôt agréable à suivre, même si (et je me souviens que j'avais eu le même type de sentiments au début de Dix pour cent) l'écriture peut paraître parfois brouillonne et même vulgaire. La plupart des personnages sont stéréotypés sans finesse (la mère d'Apolline par exemple) et certaines scènes tombent à plat.

Malgré ces défauts, je dois avouer que j'ai tout de même dévoré les six épisodes, tant le talent de Fanny Herrero est grand pour tisser avec efficacité une progression dramatique certes un peu téléphonée, mais redoutablement efficace.

Je vais attendre la suite pour voir si l'amélioration qu'a connu Dix pour cent au fil des saisons (plus de densité, de profondeur, de subtilité, puis de noirceur) se retrouve ici.

Fanny Herrero sur Christoblog : Dix pour cent (***) 

 

2e

Voir les commentaires

La colline où rugissent les lionnes

Quel intérêt de faire le voyage au Kosovo pour filmer avec autant de platitude une montagne de clichés déjà vus mille fois : des jeunes qui glandent, qui voudraient s'en sortir et quitter leur trou pourri, qui traînent en bande, finissent par faire des conneries et explorent leur orientation sexuelle ? 

L'apparition de l'actrice réalisatrice française d'origine kosovarde Luana Bajarami dans son propre film est assez ridicule. Elle observe les trois jeunes filles comme des animaux, et ne dit que des banalités. On peut se demander si ce n'est pas sa notoriété récente (on l'a vue dans L'évènement, Les 2 Alfred...) qui lui a permis de réaliser ce film médiocre aux relents autobiographiques, de plus sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs 2021.

Les évènements sont invraisemblables, les personnages stéréotypés. Tout n'est qu'esquissé, ou parfois surligné (on court toutes habillées dans le lac au ralenti ? allez !).

Bref, rien ne va dans ce film, qui n'est même pas sauvé par un pittoresque mariage local, assez mal filmé.

 

1e

Voir les commentaires

A chiara

Jonas Carpignano poursuit ici son exploration, entre fiction et documentaire, de "sa ville" calabraise, Gioia Tauro.

Ce troisième film, après Mediterranea et A ciambra, nous emmène dans le milieu de la mafia. On suit le destin d'une jeune fille qui se rend progressivement compte à quinze ans que son père est un mafieux.

La façon de Carpignano fait ici merveille : mélange de réalisme brut (les scènes familiales du début, caméra à l'épaule, image à gros grain façon Kechiche) et d'onirisme égrené par petite touche (les rêves de Chiaria, la chambre en feu, le gouffre dans le salon).

Le film a une bande-son formidable, très travaillée et signifiante. La thématique du choix de vie, celui du passage à la condition d'adulte sont très bien traités. Mais ce qui emporte tout, c'est le visage et le corps rayonnants de Chiara, sa volonté de vivre, son exigence de comprendre.

Quelques scènes sont tout simplement géniales : la cache dans la brume, le passage du contrôle policier. Urgence, captation des sentiments les plus complexes au plus prêt, la vie semble ruisseler de l'écran dans les films de Carpignano.

Un formidable thriller psychologique mâtiné de documentaire brut.

Jonas Carpignano sur Christoblog : A ciambra - 2017 (****)

 

3e

Voir les commentaires

Vortex

Je n'ai rien aimé dans le dernier Gaspar Noé. Au vu de son sujet, le film devrait être dérangeant, oppressant, déstabilisant, mais il est simplement chiant.

Lui (Dario Argento) écrit un livre sur le cinéma, et dit parfois de jolies phrases. Elle (Françoise Lebrun) perd la boule. Alex Lutz est leur fils, ex-drogué. 

Et ? Rien du tout. Vortex ne raconte rien et la seule idée de mise en scène qu'il propose est le split screen, par ailleurs bien mieux utilisé dans Lux Aeterna. Certains diront qu'il n'a pas besoin de raconter puisqu'il montre : les deux acteurs pissent, se lavent, s'habillent, fréquentent les épiceries de quartier, errent dans un logement tellement envahi de souvenirs et de livres qu'il en devient un cauchemar de claustrophobe. Mais cette absence de point de vue lasse vite, après avoir brièvement intrigué.

Il y a dans le film une complaisance benoîte à filmer la décrépitude, bien éloignée de l'exaltation des corps qui sublimait Climax. Le cinéma de Noé est avant tout sensoriel : quand il échoue à faire sentir, il apparaît comme une terrible et cruelle coquille vide.

Gaspar Noé sur Christoblog : Irréversible - 2002 (***) / Enter the void - 2009 (*) / Love - 2015 (*) / Climax - 2019 (****) / Lux Aeterna - 2019 (***)

 

1e

Voir les commentaires

Et il y eut un matin

Ce joli film israélien présente beaucoup de qualités et constitue une très jolie découverte. 

L'idée de départ est très maline : un arabe qui habite Jérusalem et qui méprise son milieu d'origine reste bloqué dans son village natal où il est venu assister à un mariage, suite à un blocus inexpliqué mis en place par l'armée israélienne.

S'en suit une suite de mésaventures tour à tour comiques, émouvantes, tendres, et dramatiques. Notre personnage principal n'a plus accès à internet et va devoir communiquer avec sa famille, ses amis du passé et sa femme !

Le film est très composé (le scénario est remarquable) et riche en thématiques (la situation politique, les factions palestiniennes, les sans-papiers, le courage, la déliquescence d'un couple).

La mise en scène de Kolirin est intelligente et inspirée, à l'image de ses coeurs palestiniens qui chantent lorsque la ville est privée d'électricité. Et il y eut un matin est à la fois un beau film politique et une chronique délicate de nos lâchetés quotidienne : le film est à découvrir.

Eran Kolirin sur Christoblog : La visite de la fanfare - 2007 (***)

 

3e

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>