Christoblog

Moonrise kingdom

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/63/68/20081694.JPGCela commence comme beaucoup d'autres films de Wes Anderson : une démonstration de virtuosité en forme de revue de toutes les sortes de travellings et de panoramiques (horizontal, vertical, avant, circulaire...).

Mais il apparaît en quelques instants que cette virtuosité ne sera pas gratuite : elle est mise au service de l'histoire et des personnages. On est immédiatement happé par la narration très alerte et inventive.

Le film suit deux enfants qui tombent amoureux l'un de l'autre et fuguent ensemble, sur une île d'opérette, au cours de l'année 1965. Lui est orphelin, binoclard et scout. Elle est un peu folle, incomprise et violente. Leur amour est pur, calme, adulte.

Wes Anderson filme magnifiquement ces deux enfants, dont la composition est saisissante. Par un art consommé de l'effet comique et du contrepoint, les adultes semblent enfantins, perdus dans leur déprime et leur mesquinerie. Il est donc question d'abandon, de famille dysfonctionnelle, mais aussi d'espoir, de courage et de rédemption. 

Cette très belle aventure est traversée d'une douce nostalgie (de la nature, de l'enfance, du passé, de cinéma) qui fait baigner l'ensemble dans une teinte ocre et une athmosphère brumeuse, parfaitement adaptées au propos du film. Il faut noter tous les détails qui contribuent sa parfaite réussite, comme la bande-son ou les multiples artifices et effets (ralentis, split screens) toujours utilisés exactement au bon moment. Anderson offre en passant des scènes d'anthologie comme la danse sur la plage au son de Françoise Hardy : je m'en souviendrai longtemps.

Un plaisir acidulé et craquant, pour tous les âges - parfaite ouverture, optimiste sans être frivole, du Festival de Cannes 2012.

Wes Anderson sur Christoblog : La vie aquatique / A bord du Darjeeling limited / Fantastic Mr. Fox

 

4e 

Commenter cet article

Bannish 27/12/2012 12:04

Bon d'accord il y a une belle pellicule jaune, quelques belles scènes, et la nature et les petits enfants, dont deux sont très très intelligents car très très incompris; ok la mise en scène est
habile. Mais c'est quand même pas un motif valable pour faire des films aussi chiants ! Christophe, tu me fais plus jamais ça ;) Immédiatement dans mon top bides de l'année.

Chris 30/12/2012 14:22



C'est mon côté coeur d'artichaut : l'histoire d'amour des deux enfants m'a bouleversé, et j'aime beaucoup Wes Anderson en comprenant qu'on ne l'aime pas - c'est quand même toujours le même style,
c'est vrai. Bref, je kiffe, mais je n'oblige pas les autres...



Platinoch 20/05/2012 17:36

Comme Mymp, le cinéma de Anderson me gave (exception faite de Fantastic Mr Fox)... Beaucoup trop de forme, pas assez de fond, on meuble le vide avec des objets vintage chinés dans les brocantes so
hype de NY pour faire vintage. Mais au final, on a beau décorer le vide, ça reste du vide. Moonrise Kingdom est de ce point de vue comme les autres films de son auteur: chiant!

Chris 27/05/2012 16:13



Et l'amour, t'en fait quoi ?



pierreAfeu 19/05/2012 22:31

Je ne reviendrai pas sur le commentaire de Mymp qui nous la joue vieux grincheux (as usual ou presque), mais je ne partage pour autant pas ton enthousiasme. J'ai trouvé le film agréable mais trop
"cadré", pas assez bordélique, loin pour moi de La vie aquatique et surtout de mon préféré, À bord du Darjeeling limited.

jujulcactus 19/05/2012 10:24

Je suis aussi tombé sous le charme, pourquoi pas un prix de mise en scène à Cannes? Car franchement c'est la première fois que je vois un film d'animation qui n'en est pas un, surréaliste :)

(Bon voyage à Cannes !! )

Chris 27/05/2012 16:15



Merci ! Un film "géomètrique" je dirais



Wilyrah 18/05/2012 21:30

Et c'est clair que la scène (de danse) sur la plage est un des plus beaux moments de cinéma de l'année.

En tout cas, je le répète, bel article. Tu as été plus synthétique que moi. J'ai été bavard ^^
http://www.lebleudumiroir.fr/?p=2644