Christoblog

Wadjda

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/93/76/88/20352453.jpg

Wadjda court le risque d'être réduit à son statut de "premier-film-saoudien-qui-plus-est-réalisé-par-une-femme".

 

Heureusement pour lui, il vaut plus que ça.

 

L'argument du film est simple, voire simpliste : une petite fille souhaite battre un copain à la course en vélo, et pour atteindre son but elle lorgne sur une magnifique bicyclette, évidemment innacessible pour de multiples raisons, dont la principale est qu'elle est une fille. On pense instantanément à une foule de référence haut de gamme, comme le néo-réalisme italien ou les premiers Kiarostami qui mettaient génialement en scène les enfants dans la cité. On a raison : Wadjda possède cette force intérieure qui lui confère un statut de conte universel.

 

Le mérite en revient évidemment à la jeune actrice Waad Mohammed, absolument craquante, bloc résolu de volonté pure au milieu d'un océan de conventions : "Faire du vélo empêche d'avoir des enfants", "Ne touchez pas le Coran si vous avez vos règles", "Ne laissez pas le Coran ouvert, le Diable crache dessus". La friction entre sa fraîcheur déterminée et les pesanteurs de la société traditionnelle saoudienne constitue le véritable carburant du film, qui fonctionne très bien sur cette base. Le plus fort est que la réalisatrice Haifa El Mansour laisse filtrer sous le poids des conventions quelques sentiments purs (le père envers sa fille, la mère envers son mari) : le carcan craque aux entournures, et c'est dans ses fêlures que le film devient beau.

 

On est tout simplement conquis par l'efficacité du dispositif, tout en distinguant nettement les grosses ficelles que la réalisatrice manipule : tant pis, ou tant mieux, dans tous les cas le film est un véritable bain de jouvence cinématographique.

 

Coup de coeur.

 

4e

Commenter cet article

sylvainj 21/06/2013 16:20

J'ai moi aussi adoré ce film. Pas seulement pour son message mais car il est très bien réalisé.
Il y a aussi une vraie ambiguïté très touchante dans le personnage de la mère de Wadjda si moderne et qui pourtant refuse de regarder un homme dans les yeux à l'hôpital par exemple.

Bref je recommande !

Chris 23/06/2013 13:09



Absolument d'accord avec toi.



Gaëlle 20/02/2013 17:10

Je suis complètement d'accord avec cette analyse, et avec le fait de ne pas réduire le film à des qualificatifs trop simples. C'est un très beau moment.

Chris 20/02/2013 23:19



Merci pour la visite et le commentaire !



Katia 12/02/2013 16:59

Bonjour Chris,
Je lis régulièrement votre blog avec attention. Je ne suis pas toujours de votre avis, mais je vous félicite pour votre travail et pour votre fougue.
Je sors de la projection de "Wadjda" et je partage votre avis : le film est une réussite et vous résumez très bien mon sentiment en le qualifiant de "cure de Jouvence cinématographique". Quelle
réjouissance de voir une oeuvre sincère, bien réalisée, fine et dont l'émotion fonctionne naturellement.

Cordialement.

Chris 12/02/2013 19:30



Merci mille fois pour ce commentaire : lorsqu'on passe un peu de temps à écrire, c'est toujours un immense plaisir de se savoir lu. Il est impossible d'être toujours d'accord avec un autre
cinéphile, mais le plus important c'est de pouvoir échanger des arguments en appui à ses opinions, en toute (relative) bonne foi !



martin 10/02/2013 18:31

Bonsoir, sur les conseils de Frédéric,je vais lire tous vos articles avec beaucoup d'attention.je partage votre analyse
sur Lincoln et Wadjda.
A bientôt pour de nouvelles critiques.

Chris 11/02/2013 14:02



Merci de visiter Christoblog !



Bob Morane 10/02/2013 16:38

J'ai adoré aussi justement par toute la subtilité du jeu des actrices et de la caméra qui en disent plus que des mots.

Chris 11/02/2013 14:02



Oui, absolument.