Christoblog

The we and the I

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/66/52/20108200.jpg

La Quinzaine des réalisateurs 2012 fut d'un excellent niveau, joyeuse et exigeante. Deux films jouissifs en furent les étendards parfaits, celui qui en fit l'ouverture, The we and the I, dont il est question ici, et celui qui en fit la cloture, Camille redouble de Noémie Lvovsky.

 

Michel Gondry a tourné The we and the I avec des ados New-Yorkais qui jouent pratiquement leur propre rôle. Nous sommes à la fin de l'année scolaire, et tout le monde monte dans le bus pour rentrer chez lui en banlieue, après avoir récupéré son portable laissé en consigne à l'épicerie du coin (une idée !).

 

Gondry construit son film quasiment exclusivement à l'intérieur du bus, filmant avec une habileté insensée les conversations entre les différents protagonistes.

 

Au fond du bus, une belle brochette de racailles. On n'a plus d'une fois envie de les baffer tellement ils sont ignobles, verbalement violents, mais ... drôles. A l'avant, une conductrice de bus qui se fait respecter. Entre les deux, tout un monde où toutes les personnalités se retrouvent : un couple gay, deux copines, un dessinateur de manga timide, deux musicos trolls, une vieille dame blanche, etc.

 

Entre ces personnages se dessinent bientôt des arcs narratifs parfois anecdotiques, souvent graves (l'amour, l'estime de soi, la relation au corps et à la sexualité, l'insertion sociale dans le groupe, la violence, les rapports entre filles et garçons) et même dramatiques. Gondry, qui exploite ici une veine réaliste et même naturaliste, n'oublie pas toutefois de parsemer son film de trouvailles géniales (l'utilisation des smartphones est un des ressorts narratifs du film, des vidéos imaginaires reflètent les sentiments des jeunes) et bricolées dont il a le secret. Il réussit même à donner à voir de véritables moments de poésie.

 

Si le film est génial, c'est aussi parce que les jeunes acteurs / actrices possèdent une énergie débordante, une gouaille irrésistible qui rappelle les premiers Spike Lee.

 

The we and the I est donc intelligent, extrêmement drôle, émouvant, passionnant, et sa projection le soir de mon arrivée à Cannes fut l'un des plus grands moments de ma semaine sur la Croisette.

 

4e

Commenter cet article

mymp 07/09/2012

Euh… Mais non quoi. Je me gausse à lire ton article, on dirait Detachment, le retour, quand tu t'ingéniais alors à défendre ce qui ne pouvait l'être. "Filmant avec une habileté insensée" : gros lol
(et après tu critiques Noé et NWR, re-gros lol). C'est filmé platement, les dialogues sont nuls et chiants, aucun enjeux, aucune tension, et il n'y a jamais d'interactions vraiment intéressantes
entres les personnages, alors que c'est quand même le sujet principal de cette bouse. À moins d'avoir moins de 16 ans et de tenir un Skyblog, je ne vois pas à qui peut plaire ce truc indigent.
Chris, arrête de faire ton d'jeun, on sait que tu as plus de 40 ans :)