Christoblog

Une séparation

Une séparation est impeccable et magistral.

Quelque soit l'angle sous lequel vous le considérez, il brille d'un éclat unique.

Prenons par exemple le scénario. Je n'ai pas vu une telle qualité et une telle intelligence depuis ... Rashomon ? La comtesse aux pieds nus ? Le film, après un démarrage curieux, un peu froid et en même temps brillant, devient à partir du début du conflit une extraordinaire machine a vous faire reconsidérer vos opinions. Le moindre petit évènement (un coup de fil passé, la position qu'occupait un personnage dans une pièce) prend une importance capitale. C'est racé, nerveux, méticuleux.

Considérons les acteurs. Qu'ils (et elles) aient décroché collectivement les prix d'interprétation à Berlin, en plus de l'Ours d'Or (un cas à ma connaissance unique dans l'histoire des grands festivals) n'est que justice. Ils jouent comme des instrumentistes virtuoses dans un grand orchestre : chacun exécute parfaitement son rôle. Bien entendu les deux couples principaux sont parfaits, mais la jeune fille est émouvante, la petite fille bouleversante, le grand-père apporte un poids presque magique à la situation, le juge est redoutable. J'ai été plusieurs fois étourdi par l'extrême qualité de l'interaction entre les personnages et par la finesse de leur jeu. Ils réalisent une performance collective admirable.

Quand aux différents niveaux de lecture du film, c'est le point qui en fait pour moi un réel chef-d'oeuvre. A la fois chronique sociale sur la vie d'aujourd'hui en Iran, drame sentimental, tragédie grecque, procedural, conte moral, exploration philosophique (où est la vérité, qu'est-ce que la responsabilité, l'amour ?), thriller psychologique et enfin film politique, au plus beau sens du terme, qui donne à voir ce qu'est le rapport de classes.

Le film est un bijou conceptuel, éthique et esthétique. Asghar Farhadi semble touché par la grâce et manie sa caméra sans ostentation, mais avec une précision chirurgicale et des idées brillantes (le générique de début à la photocopieuse, la première scène ou le spectateur tient la place du juge, les jeux de reflets durant tout le film).

Vous l'avez compris, vous n'avez pas le droit de ne pas aller voir ce film, il en va de l'honneur de notre pays de cinéphilie de lui réserver un triomphe !

Voir mon complément d'analyse : Le vide avec un film autour

 

4e

Commenter cet article

Luocine 20/06/2011 13:14

j'ai beaucoup aiméJ'ai adoré ce film et j'ai mis un lien vers votre blog car je suis d'accord avec vous et avec tous ceux qui disent du bien de ce film
amicalement
Luocine

neil 18/06/2011 21:56

Oui, c'est un film excellent. Oui le scénario et la mise en scène sont impeccables. Oui le casting est très bon. Quant aux comparaisons cinéphiles que tu fais, je n'irais tout de même pas aussi loin...

pierreAfeu 17/06/2011 22:27

J'en sors et je me demande si je ne vais copier-coller ta critique !

Chris 16/06/2011 23:26

Bienvenue sur Christoblog, Michel. Heureux que le film vous ait plu : il faut en faire la promotion !

Michel Alho 16/06/2011 23:03

C'est Alain (le ciné d'alain) qui m'a conseillé d'aller voir ce film et de lire votre critique. Je l'ai vu ce soir et tout ce que vous en dites tous les deux est tout à fait ce que j'ai ressenti. Pendant et après la projection. Il m'a fallu un peu de temps pour souffler. Je ne connaissais pas votre blog mais je reviendrais le découvrir plus à fond.
Michel.