Christoblog

Northwest

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/222/21022293_20130724130032406.jpgBien sûr, on pourra dire qu'on a vu cent fois cette histoire de jeune d'un milieu défavorisé qui sombre dans la délinquance, passe sous la coupe d'un malfrat plus puissant que lui, puis finit broyé par le Milieu.

Mais ce qui fait l'originalité de ce film danois, c'est l'attention qui est portée au personnage principal, une sorte d'attention douce et nerveuse à la fois, qui n'est pas sans rappeler l'esprit qui parcourait le sublime Oslo, 31 août. La caméra du réalisateur Michael Noer est à la fois subtile et convaincante : on entre immédiatement dans le quotidien de ce jeune cambrioleur charismatique, et l'engrenage qui le conduit dans les embrouilles est superbement disséqué. La belle vie qu'offre les premiers gros coups, apportant la reconnaissance sociale et l'amour dans les yeux de ses proches, semble pleine de douceur et de beauté. Un peu plus, on le féliciterait.

L'autre caractéristique émouvante du film est le portrait de ce frère que le héros protège, puis associe, puis sur lequel il perd progressivement le contrôle. Tout cela est admirablement montré avec une empreinte réaliste rarement vue au cinéma ces derniers temps.

Les scènes d'actions et de poursuites, qui évitent tout sensationnalisme inutile sont tournées avec un brio étonnant.

Une réussite, pour un film glaçant et attachant.

Le Danemark sur Christoblog : HijackingThe killing / Borgen / Royal affair / La chasse / Le guerrier silencieux

 

3e

Commenter cet article

Félix 07/11/2013 11:16

Le film est pas trop mal oui, et parvient sans difficulté à captiver. Mais il apparaît bien faiblard quand on a encore en tête les Pusher de Nicolas Winding Refn. Michael Noer a bien du mal à
s'extirper de l'ombre de la trilogie de Refn.

laconde 25/10/2013 19:42

film glaçant et un peu désespérant, j'ai beaucoup apprécié la noirceur induite par les images (la disparition de la canette vide dans la nuit!), la dualité permanente vécue par ce (faux) dur entre
son business et sa famille est aussi remarquablement montrée / beaucoup aimé ce film / pil

Bannish 20/10/2013 19:45

« Vous serez comme des dieux » disait l’antique serpent. Mais, il faut le savoir, le démon ne tient jamais ses promesses. Et ce film le montre de façon très (trop ?) didactique. Tous les échelons
de la spirale infernale sont (rapidement) franchis les uns après les autres jusqu’à l’inévitable sortie. La pellicule est froide, mais le ton est vif, enlevé, bien rythmé. Au terme, j’ai trouvé
qu’on était resté sur un exercice intéressant, plaisant, mais finalement assez classique, et moins surprenant que je ne l’espérais.