Christoblog

The grand Budapest hotel

J'aime autant le dire en introduction : je suis très partagé quant aux films de Wes Anderson. J'ai adoré Mr. Fox, mais détesté La vie aquatique. J'ai été profondément ému par le début de Moonrise Kingdom, mais une partie d'A bord du Darjeeling limited m'a vraiment énervé. Etc. 

Mon ressenti après la projection de The grand Budapest hotel est une fois de plus très contrasté. L'univers imaginaire d'Europe Centrale (façon Syldavie, on pense souvent à Tintin) est d'abord très impressionnant : parfaitement kitsch, trop sucré et en même temps suprêmement décati. Du grand art en matière de décors, costumes, éclairages. Puis il devient de plus en plus lourd, (presque) jusqu'à conduire à l'indigestion.

Certaines scènes sont délicieusement menées (l'évasion de prison, dans le genre "une idée par plan"), et d'autres accusent de sérieuses baisses de régime. Certains acteurs sont magnifiques (Ralph Fiennes, Edward Norton), et d'autres sont transparents (Mathieu Amalric, Adrien Brody).

J'ai été souvent estomaqué par la maestria et l'invention de Wes Anderson réalisateur et dialoguiste (les détails innombrables, les cadrages au millimètre, des enchaînements magnifiques, les réparties parfois cinglantes, les noms délicieusement inventifs) et catastrophé par l'anémie de Wes Anderson scénariste (le film tourne un peu à vide de ce côté-là).

Mon avis est tout de même positif, car le film fait passer un bon moment, et il faut bien reconnaître que le foisonnement d'idées qu'il propose est souvent jouissif.

Wes Anderson sur Christoblog : Moonrise kingdomLa vie aquatique / A bord du Darjeeling limited / Fantastic Mr. Fox

 

2e 

Commenter cet article

bannish 06/04/2014 15:45

Contrairement à toi, je n'avais pas du tout aimé Moonrise Kingdom, j'étais donc méfiant sur la dernière livraison de Wes Anderson. A tort. C'est toujours formellement parfait, avec une science des cadrages, de la photograohie et du rythme. Mais ici pas de niaisieries, on ne s'ennuie pas, c'est vif, drôle, et le casting reluisant est mis au service d'un très bon moment de ciné.

тном ряи 15/03/2014 10:39

Une critique qui se rapproche assez de mon ressenti, dans le sens où ce film alterne le bon et le moins bon.

Bon WE

Marnie 11/03/2014 11:58

Ah, pour moi la Syldavie ce sont les Balkans (dans l'esthétique et la géographie), là c'est plutôt la Mitteleuropa, c'est-à-dire la Tchéquie, la Slovaquie, aux confins de la Russie. J'ai plutôt pensé à Lubitsch et même à "Une femme disparaît" d'Hitchcock.

Chris 11/03/2014 17:46

Oui, vous avez raison, je me suis laissé entraîner par l'aspect très tintinesque des poursuites, de certaines accélérations, de gags graphiques. L'ambiance est plus Mitteleuropa, avec un côté bavarois.