Christoblog

There will be blood

Dillon Freasier et Daniel Day-Lewis. Miramax FilmsThere will be blood n'est pas un mauvais film. Comme No country for old man ou comme La nuit nous appartient, il représente une certaine qualité américaine.

Le scénario est ambitieux, et se rapproche de celui de Casino par exemple : ascension puis décadence d'un homme seul (et sans pitié).

La mise en scène est classique, avec quelques tics tout de même, et sans génie. Les acteurs sont bons, et Daniel Day-Lewis est même très bon, mais très bon comme on est très bon quand on essaye d'avoir un oscar, c'est à dire prévisiblement très bon.

L'aspect historique n'est pas inintéressant. Il y a par moment un certain sens de la dramaturgie, comme au début par exemple.

A part ça, on s'ennuie ferme.

Les pistes que le film ouvre (le conflit entre pouvoir spirituel et temporel, le faux frère, le fils exclu) sont toutes avortées et aucune ne trouve son plein développement dramatique comme Scorsese a su si bien le faire dans Casino par exemple ou dans les Affranchis.

A ce titre le rôle du prédicateur est totalement saboté : il devrait être l'égal du héros principal, mais il n'en est que le faire-valoir. Les deux derniers plans du film sont à ce titre pitoyables. La musique enfin - pour moi qui suis très sensible à la bande son - est insupportable : sirènes d'avions, scies circulaires fonctionnant à l'infini, cordes désacordées, la musique amplifie les carences du film.

A éviter.

 

2e

Commenter cet article

pierreAfeu 27/03/2008 23:05

Je ne trouve pas Juno inutile, mais je suis d'accord pour te trouver beaucoup trop dur avec There will be blood... dont la musique, justement, physique et prenante, casse le côté classique de la mise en scène en la lacérant de ses fulgurances modernes...

Chitka 27/03/2008 22:54

Non. Non, non et non!
Surtout pour la recommandation d'aller voir Juno à la place. Juno est sympa mais complètement inutile. There Will Be Blood est un grand film, d'une ampleur incroyable. Ce n'est peut être pas le chef d'oeuvre ultime annoncé, mais il reste exceptionnel, il surprend.
Et puis finir un film de 2h30 intenses sur une scène apocalyptique dans une salle de bowling, c'est plus qu'inattendu et jouissif.