Christoblog

No

No est un film à l'esthétique très surprenante (format carré, image un peu sale façon Super 8). Une fois passé le moment de surprise que cause ce parti-pris osé, on entre pleinement dans le film, et au fil de son déroulement il faut reconnaître que l'aspect particulier de No contribue en partie à son charme.

Ceci étant dit, un aspect visuel "normal" assurerait sans nul doute une bien plus grande diffusion au film.

Le sujet de No est à la fois original et captivant : comment un jeune publicitaire innovant arrive à faire gagner le Non lors du référendum organisé par Pinochet sous la pression internationale, en 1988.

C'est vif, alerte, et, en matière de pub, passionant comme les meilleurs cas exposés dans Mad Men. Le film est littéralement porté par un Gael Garcia Bernal magnétique, par ailleurs coproducteur du film. On est tout du long pris par le suspense de la campagne (encore plus quand, comme moi, on ignore les circonstances de cet épisode historique). L'affrontement des deux camps par spots télévisés interposés est palpitant.

Le film suprend aussi agréablement par l'aspect réaliste de ces reconstitutions, en particulier de manifestation, et par la qualité d'interprétation de tous les seconds rôles.

Un beau moment de cinéma, un cinéaste (Pablo Larrain) à découvrir.

 

3e

Commenter cet article

Bannish 17/04/2013 19:45

J'ai trouvé plutôt original dans la forme, mais un peu convenu et sans surprise dans la narration, avec finalement très peu d'attachement aux personnages; un film comme un survol un peu superficiel
d'un sujet qui offrait davantage de potentiel je pense.

La leçon du jour était donc qu'en dehors des règles du jeu médiatique, point de salut. Si tu veux gagner la campagne, manage la comme une pub pour Coca; c'est un travail d'expert, pas un truc pour
passionnés malhabiles...bon, c'est toi qui vois. Et c'est le grand mérite du film de souligner ce dilemme, cette aberration qui, en l'occurrence, se termine bien...mais l'hypertrophie désormais
antidémocratique des codes et des lois médiatiques pourrait ne pas aboutir toujours sur des 'happy end'...

Chris 18/04/2013 19:13



... c'est vrai, on le voit avec les l'homophobie décomplexée à l'oeuvre actuellement.



Fab R. 16/02/2013 18:06

Pour l'instant, c'est l'un des meilleurs films que j'ai vu cette année. J'aime beaucoup ce format "vidéo", certes déconcertant mais qui plonge le spectateur directement dans l'époque et permet de
mélanger harmonieusement les images de fiction aux images d'archives. Une très bonne surprise et une trilogie sur le Chili de Pinochet qui se clot de manière lumineuse (est-ce un hasard si c'est le
film le plus grand public des trois ?).