Christoblog

Le majordome

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/293/21029367_20130820144736778.jpgPlus la filmographie de Lee Daniels se construit, et plus son cinéma s’assagit.

Son premier film, Precious, était une bombe d’énergie que beaucoup – mais pas moi – ont considéré comme too much. Son deuxième film, Paperboy, présenté en compétition officielle à Cannes en 2012, était un peu plus policé, mais se distinguait toujours par une sorte d’urgence à filmer, moite et pas toujours de bon goût. On se souvient de la scène où Nicole Kidman urine sur le visage juvénile de Zac Efron.

Pour son troisième film, Lee Daniels semble se plier encore plus aux canons hollywoodiens. Le majordome a en effet les airs d’un biopic sage et classique. A y regarder de plus près, le film est toutefois assez original.

D’abord par son propos : il raconte la période de lutte des Noirs américains pour leurs droits civiques, par le prisme du majordome de la Maison Blanche, symbole absolu de l’asservissement volontaire d’un homme, qui renie son propre fils, parti militer auprès de Martin Luther King, puis des Blacks Panthers.

Nous rendre sympathique un homme qui s'épanouit dans un travail ingrat, au détriment de sa propre famille : quel incroyable pied de nez au politiquement correct, lorsqu’y songe.

Cette performance n’est rendue possible que par l’interprétation de Forest Whitaker, impérial dans ce rôle d’homme humble, inoubliable avec un de ses yeux mi-clos et son visage qui semble pouvoir vieillir à volonté.

La façon de filmer de Lee Daniels reste par ailleurs remarquable à mes yeux, même si elle est de moins en moins tapageuse. Le réalisateur aime toujours les effets (parfois un peu faciles), place encore volontiers sa caméra en plongée ou contre-plongée, opte parfois pour un montage saccadé, mélangeant images d’archive et fiction. Sa virtuosité permet au film de filer à toute vitesse, alors qu’il dure 2h10.

Parmi les bizarreries attachantes du film, on pourra s’amuser à relever que les acteurs jouant les différents présidents ne représentent que de très loin à leurs modèles, et que le film offre par ailleurs un défilé inouï de guest stars, parfois dans de tout petit rôles : Robin Williams, Lenny Kravitz, Oprah Winfrey, Jane Fonda, John Cusak, Mariah Carey, Melissa Leo, Vanessa Redgrave...

La garantie d’une bonne soirée.

 

2e

Commenter cet article

Bannish 27/09/2013 22:36

??? c'est toi Christophe ?
T'as délégué tes chroniques ou bien ?

Alors là je dis non, naaaaaaaaaan.
C'est sirupeux à souhait, moraliste à deux balles, une fois de plus à la gloire de l'Amérique éternelle, qui s'absout elle-même, encore et encore. Et plus le déclin approche, et plus le phénomène
sera impudique, presque obscène. Non, franchement, ce n'est plus du cinéma, c'est comme une grosse, une énorme pub. Du coup, j'en deviens hermétique à un certain nombre de points positifs qu'on
pourrait froidement mettre en avant. Mais j'ai pas envie :)

Non, ça a provoqué chez moi le même sentiment qu'après Lincoln: quand nous respectera-t-on ? quand s'adressera-t-on un tout petit peu à notre intelligence ? quand cessera-t-on de nous prendre
vraiment pour des cons. Vu le succès de ces films, ça ne me rend guère optimiste, la manipulation grossière a encore de très beaux jours.

Chris 29/09/2013 19:58



J'ai peut-être un peu surnoté le film, mais le cinéma de Lee Daniels me touche à chaque fois, par son côté mauvais goût. De plus je trouve que le film est absolument à contre-courant de ce que le
moralement corrrect préconiserait : Gaines est un anti-héros total. C'est un con, un faible et un salaud : quand même bizarre que personne ne note ce point là !!



lecritiquedepub 19/09/2013 10:50

“Au service de sept présidents, il a traversé trente ans d’histoire”.
Voici le slogan policé placardé sur l’affiche de sortie du film “Le Majordome”, en tout cas en France.
Car, une fois n’est pas coutume, les affiches de teasing américaines sont bien plus engagées (et aussi plus réussies selon moi).
Pour lire la critique de l'affiche du Majordome, c'est par ici http://www.lecritiquedepub.com/majordome/