Christoblog

La grande bellezza

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/073/21007325_2013052116483405.jpgIl est assez étonnant de lire beaucoup de critiques sur ce film qui le relient à La dolce vita, car les deux films n'ont finalement pas grand-chose à voir, si ce n'est Rome et le goût des fêtes décadentes. Pour le reste, que ce soit pour la mise en scène, les thématiques ou les péripéties, les films sont assez différents. Le film de Fellini est beaucoup plus noir et désabusé que celui de Sorrentino.

Alors pour commencer, je dois dire que j'ai adoré l'interprétation de Toni Servillo, impérial en dandy vieillissant, qui parvient à jouer le détachement sans aucun cynisme. Ensuite, le film m'a impressionné par la puissance évocatrice de ses scènes, dont beaucoup sont ennivrantes, comme celle de la première fête, qui fait ressembler les orgies de Spring breakers à des réunions de séminaristes.

Au-delà de la virtuosité formelle de Sorrentino, qui est exceptionnelle, le film regorge également de personnages diablement attachants, comme la sainte de 104 ans, ou plus encore, la magnifique femme qui est mortellement malade (superbe scène où elle écoute Jap pérorer à propos de la conduite à tenir dans les enterrements, alors qu'elle se sait condamnée, et pas nous).

Evidemment, l'exubérance créatrice de Sorrentino n'évite pas un certain mauvais goût (les flamands roses), mais cela me semble négligeable au regard de la puissance visuelle du film.

Une des scène les plus violentes vues à Cannes figure dans ce film : celle durant laquelle Jap dit ses quatre vérités à une femme qui la ramène un peu trop, avec le sourire, mais avec une exhaustivité et une précision destructrice. D'autres scènes marquent profondément le spectateur : ce cabinet étrange de docteur dont on ne saisit pas vraiment l'activité, le berceau dans le palais, cet artiste contemporain qui se prend en photo tous les jours, ce couple qui propose une bizarrerie sexuelle à Jap que je n'ai pas comprise...

La grande bellezza traite du temps, de la mort et des souvenirs. A ce titre, le passage du voyage vers le Concordia, et les souvenirs du premier amour qui y sont associés, sont splendides.

Un bien beau film, sous un fatras un peu tape-à-l'oeil, c'est vrai.

 

3e

Commenter cet article

Copa America 2015 Live 17/05/2015 17:20

Thanks for the share !

http://www.windows7vswindows8.com 05/06/2014 14:31

I have read much review on the movie La dolce vita. But this review is unique that this review is done purely from the perspective of a normal audience of the movie than a hardcore critique. Thank you for the share.

dasola 08/06/2013 22:45

Rebonsoir Chris, voilà un film qui aurait mérité un prix à Cannes (la mise en scène?) ou Toni Servillo (prix d'interprétation). La 1ère séquence avec la fête orgiaque est géniale. Bonne soirée.

neil 03/06/2013 13:56

Très bon film, je suis d'accord avec toi, dont la beauté m'a parue encore plus forte après le visionnage, en y repensant : beaucoup d'images sont restés incrustées à ma rétine.

Chris 03/06/2013 21:48



Oui, c'est tout à fait ça, le film se bonifie au fil du temps, surtout toute sa deuxième partie.



robin 01/06/2013 16:45

il me tentait bien ce film, en plus vu ta bonne note. mais il ne passe pas près de chez moi !

Chris 03/06/2013 21:49



Essaye de le voir en DVD quand il sortira !