Christoblog

Les plus belles années d'une vie

Je n'attendais vraiment pas grand-chose du nouveau film de Claude Lelouch. Les risques étaient grands que ces retrouvailles entre Anne et Jean-Louis (plus de cinquante ans après leur rencontre !) sombrent dans la nostalgie rance ou le sentimentalisme mièvre.

Mais Lelouch, admirablement épaulé par ces comédien(e)s, nous offre à l'inverse un crépuscule doux et ensoleillé, qui n'esquive pas les ravages du temps sur les corps, mais sait aussi raviver en un clin d'oeil les souvenirs du passé.

L'idée de doter Jean-Louis d'une mémoire perforée et de nous montrer à l'écran ses rêves permet de multiples effets et allers-retours, qui sont tour à tour comiques, émouvants, et même parfois bouleversants.

Dans une distribution exceptionnelle (quelle bonne idée de faire jouer les personnages de Françoise et Antoine par les acteurs qui jouaient les bambins dans Un homme et une femme !), Jean-Louis Trintignant nous offre une prestation qui force l'admiration, parvenant à distiller en un seul mouvement de paupière, en un seul regard ou frémissement, toute une gamme de sentiments.

On est souvent frappé au coeur par ce qui se joue devant nous : il n'est évidemment pas question de rejouer l'amour défunt, mais la tendresse diffuse qui irradie du passé donne à l'ensemble du film la consistance du temps qui passe. C'est à la fois beau et doux.

 

3e

Commenter cet article

Ffred 03/06/2019 22:14

Tout est dit !