Christoblog

Les délices de Tokyo

Certains pourront penser que la sélection du dernier Naomi Kawase dans la section Un certain regard du festival de Cannes s'apparente à une relégation en Ligue 2, pour elle qui fut plusieurs fois dans la sélection officielle (et reçut le Grand Prix en 2007 pour La forêt de Mogari).

Ce serait une faute de goût et une erreur d'appréciation : Les délices de Tokyo est certes un film moins ambitieux dans son propos que Still the water, par exemple, mais il en n'est pas moins délectable. 

Le panthéisme voilé de Kawase se teinte ici de colorations tendres qui font se rapprocher son style de celui de Hirokazu Kore-Eda.

Les éléments naturels (fleurs de cerisier, haricots rouges, lune) restent toujours les intercesseurs entre notre monde et l'autre, mais ce sont ici plus que jamais peut-être dans son cinéma les rapports entre êtres humains qui fascinent. Le plissement d'une lèvre, l'étonnement dans un oeil, un muscle de la joue qui se contracte, une larme qui fraie son chemin : les visages deviennent des reflets vivants de l'univers, et c'est magnifique. 

Tout cela paraitrait bien niais si la mise en scène somptueuse de Kawase ne venait pas transcender ce réseau de solitudes croisées pour en faire une sorte d'hymne à ... à quoi exactement ? Peut-être simplement au plaisir d'être au monde.

Naomi Kawase sur Christoblog : Still the water (***)

 

4e 

Commenter cet article

dasola 12/02/2016 07:23

Bonjour Chris, je milite à fond pour ce film qui m'a bouleversée. Bonne journée.

Bellin 02/02/2016 07:54

Ce film, quelle poésie ! Quelle humanité ! Quelle sérénité ! Quelle tendresse ! Quelle délicatesse ! Quel humour subtil ! Je l'ai vu hier soir aux Halles à Paris (dans la salle 21, à côté, on se bousculait pour "La guerre des Etoiles"...); Dans notre petite salle, conquise et visiblement sous le charme, pas de pop-corn, uniquement de savoureux haricots rouges à l'ombre des cerisiers en fleurs.
Uniquement le Bonheur.