Christoblog

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?

Je vais tout de suite dire ce que ce film n'est pas. Il n'est ni original, ni très fin, ni profond. Ce n'est pas une étude sociologique, ni une réflexion sur les différences ou l'intégration. Ceux qui y chercheront matière à penser n'y trouveront pas leur compte.

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? est une comédie qui se revendique comme telle.  Parfaitement huilée, elle enchaîne les punchlines comme des perles, avec une efficacité tout anglo-saxonne. Il y a énormément de gags dans le film, qui ne sont pas toujours en rapport avec les personnages, mais qui souvent font rire ou sourire : je pense par exemple à ce plan très bref où un des personnages, nerveux, jette rageusement sa clop électronique par terre comme si c'était un vulgaire mégot. 

Le mérite du film est probablement dans cet acharnement à transformer chaque scène un peu cliché grâce à une idée (fut-elle peu originale) : mettre un iPad dans les mains du curé lors de la confession en est un excellent exemple.

L'autre aspect réussi du film est l'excellente prestation de tous les acteurs : Clavier plutôt dans la retenue, Chantal Lauby exceptionnelle de drôlerie un peu triste, des filles parfaites avec chacune leur personalité (sublime Elodie Fontan), des gendres énergiques. Le père africain est irrésistible.

Le film s'empare des clichés racistes et les malaxe sans vergogne, les amplifiant, les dénaturant, les contredisant. De ce point de vue, il est plutôt réjouissant. 

Donc je résume : j'ai beaucoup ri. Le film, qui ne vise qu'à ça, atteint donc son but.

 

2e       

Commenter cet article

Emmanuelle 18/05/2014 16:41

Tout a fait d'accord. Bravo !

AJ 09/05/2014 16:13

Une bonne critique du film, ici, qui dit assez bien en quoi le film, malgré le mérite qu'il a à ne plus faire du racisme une question taboue, reste très problématique.

http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/060514/quest-ce-quon-fait-au-bon-dieu-le-clavier-bien-tempere-du-racisme

Bellin 03/05/2014 20:23

Ta critique résume très bien les nombreux atouts de cette comédie qui, certes, n'est pas sociologique mais donne à sourire, parfois à rire, sur un sujet complexe : la société française multiculturelle. Devant accompagner une personne handicapée, j'ai vu ce film une seconde fois. Eh bien, ça marche ! Peu de faiblesses détectées à la seconde vision, pas de temps mort et le coup de la cigarette électronique m'a encore fait rire, celle du confessionnal aussi (même si le personnage du curé fofolle m'a paru outrancier). Mais bon, on ne va pas faire la fine bouche quand tout est si bien dosé, calibré, enlevé et très bien interprété (ça m'a réconcilié avec Clavier !). Avec même ici ou là un brin de mélancolie, ce qui est un 'plus' quand le rire n'est ni lourdingue ni mécanique. Et chacun en sortant peut se dire : dans le fond, je suis moi-même un tantinet intolérant et xénophobe ! Donc c'est gagné et c'est plutôt bon signe que tant de Français se précipitent à ce spectacle... pour se mirer dans un miroir à la fois déformant et gondolant. Et pour finir réconfortant et plein d'optimisme. Je me suis dit aussi : tiens, Molière, sur ce sujet, nous aurait troussé une superbe comédie de moeurs, drôle et acide.