Christoblog

Suzanne

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/546/21054666_20131104112052101.jpgLe deuxième film de Katell Quillévéré (Un poison violent) possède cette qualité rare : insuffler du romanesque au long court dans une destinée ordinaire. Avec des moyens bien différents, c'est le seul film récent qui puisse partager cette qualité avec La vie d'Adèle.

Il fallait donc attendre une jeune réalisatrice française pour redonner ses lettres de noblesse au mélodrame familial et au lyrisme d'une histoire mettant en scène les gens ordinaires, trop souvent absents du cinéma français. Si le miracle du romanesque se produit sous nos yeux, c'est aussi grâce à des acteurs et actrices sublimes : Sarah Forestier hyper-sensible, Adèle Haenel magnifiquement solaire, François Damiens émouvant à l'extrême, et la grande Corinne Masiero, avocate impériale.

Le film donne à voir des tranches de vie, des moments clés, entrecoupés de brefs écrans noirs qui convoquent autant d'ellipses. Ce mode de narration quasi feuilletonnesque génère des moments d'émotions extrêmes et de grande beauté. La mise en scène est fluide, le montage extraordinaire, la progression de l'histoire imparable.

Parfaitement qualifié par la réalisatrice elle-même de biopic d'une inconnue, Suzanne est  une réussite parfaite qui redonne la pêche à un cinéma populaire, tourné parmi les classes populaires, et qui devrait trouver un succès ... populaire.

 

4e

 

Commenter cet article

тном ряи 22/12/2013 23:59

Quitte à radoter, ce film est vraiment brillamment écrit et construit. Nous sommes rares à avoir été autant emballé. Il figurera dans mon TOP 10 (que je suis en train de peaufiner).