Christoblog

Les garçons et Guillaume, à table !

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/538/21053877_20131030102746615.jpgJe parierais volontiers, au vu de l'hilarité générale qui saisit la salle lors de mon séjour cannois, que le film de Guillaume Gallienne obtienne un score au box office qui le situe entre Camille redouble (838 000 entrées) et Intouchables (19 214 100 entrées).

La salle de la Licorne, à Cannes La Bocca, pleine à craquer, se bidonnait à s'en faire péter la panse, à un point qui dépassait ce que j'ai jamais connu dans une salle de cinéma : parfois, je n'arrivais plus à entendre les dialogues tellement mes voisins de siège rigolaient.

C'est peu de dire que cette comédie qu'on a du mal à qualifier (classico border-line, comédie de moeurs futuro trans-genre) parvient à soulever les publics : il n'y a qu'à voir le triomphe que le film emporta à Angoulême après la transe cannoise, Valois d'or et Valois du public, allez zou !

Il n'est guère possible de résister à l'ouragan comique que Guillaume Gallienne déclenche, tellement celui-ci est précis dans sa mécanique (on pense à la méticulosité d'un Jerry Lewis) et pertinent dans son propos, pour peu qu'on considère que le film est un film sur les idées reçues et non un catalogue d'idées reçues. Erreur que certains critiques imperméables au troisième degré commettrons, je le suppute.

Outre le rythme affolant du film, on notera la performance inoubliable de Gallienne qui joue, en plus de son propre personnage, sa mère.

Un coming out inattendu et émouvant, un moment de rire absolu.

 

4e

Commenter cet article

fiduce 10/07/2014 01:46

Répéter ad nauseam pendant deux heures des scènes allant toutes dans le même sens ... ça fatigue.
C'est pas amusant du tout et on a souvent envie de mettre en pause pour faire autre chose pendant un jour ou deux avant de s'infliger la suite de cette atmosphère trop "passée par le prisme" de l'auteur/acteur. C'est un film qui se passe dans sa tête. Une succession de moments choisis. Ça lui a surement fait du bien à lui (catharsis, etc), mais nous, ça nous met mal à l'aise de passer autant de temps "DANS" un intellect violenté par une éducation transgenre forcée. J'espère que la normalisation à marche forcée de "la famille aux valeurs homosexuelles" ne généralisera pas le genre de trauma décrit dans ce film (annulant les effets positifs de la lutte contre "l'homosexualité contrariée").

ffred 24/11/2013 10:30

Ça me laisser de marbre...et la salle où j'étais aussi, peu de rire... c'est lourd et répétitif...

anne 23/11/2013 23:38

et bien franchement je suis bien perplexe , aller ou ne pas aller voir ce film .....j'ai lu aussi les commentaires sur le site de télérama , certains
parlent d'une ressemblance avec le cinéma d'Almodovar .....si c'est le cas , je n'irai pas .

yetaland 21/11/2013 19:14

Je suis pas adepte des films français en général mais j'ai pas boudé mon plaisir lors du visionnage ! :p

Chris 21/11/2013 23:34



C'est drôle et touchant à la fois.



piereAfeu 21/11/2013 10:50

Je n'ai pas vu d'ouragan comique. Pas davantage de cinéma. C'est sympathique mais c'est tout. C'est assez raté, quoi.

Chris 21/11/2013 23:12



Le comique ne se décrète pas, il se vit. Ou pas. Je promets un grand succès au film.