Christoblog

L'artiste et son modèle

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/95/10/35/20380019.jpgLe dernier film de Fernando Trueba possède deux atouts de taille.

 

Le premier, c'est l'interprétation exceptionnelle de Jean Rochefort. D'abord taciturne et peu loquace, le vieil acteur (82 ans) devient brutalement souriant, puis expressif, puis amoureux, dans un tourbillon de signes à peine perceptibles. C'est peu de dire que le visage de Rochefort est un paysage : le moindre froncement de ride évoque des mondes de sentiments, le plus petit plissement de paupières soulève des tempêtes de sensations. 

 

A ses côtés, la jeune et ô combien pulpeuse Aida Folchs remplit parfaitement son office. Bien en chair, belle, mais d'une singulière beauté, elle donne une réplique idéale au vieux sage, ce qui fait naître de très beaux moments, dont une scène sublime, lors de laquelle est commenté avec un brio incroyable un dessin de Rembrandt. Un grand moment de cinéma.

 

Le deuxième atout du film est sa photographie en noir et blanc, magnifique. On ne se lasse pas de la caresse du soleil sur la peau du modèle, de la façon dont la nature est filmée, des effets de flou et de profondeur de champ, de cette façon presque magique d'éclairer les différentes parties du cadre avec une égale délicatesse.

 

J'ai craint dans un premier temps que le scénario ne s'égare dans des lieux communs un peu vains (comme Renoir, par exemple, qui partage tant de points communs avec le film de Trueba), mais j'avais tort. La patte de Carrière pour construire du solide et intéressant (la visite de l'officier allemand par exemple) fait de nouvelle fois son oeuvre.

 

Le film est beau, sensible, parfois drôle, souvent touchant, et continûment stimulant. De la belle ouvrage.

 

3e

Commenter cet article

ppcaillou 21/04/2013 19:50

j'ai à peu près la même appréciation. J'ai résumé sur mon Facebook "1h45 de photos magnifiques"

cependant, j'ai raté au générique l'auteur ( excepté La méditerranée de Maillol ) des moulages, peut-être le sais-tu ? ...

Chris 22/04/2013 20:15



Je sais que le film est inspiré de Maillol, mais je n'en sais pas plus...



pierreAfeu 01/04/2013 23:26

Je trouve au contraire que la visite de l'officier allemand marque le début de l'inexorable glissement du film vers le convenu, alors qu'auparavant il se tenait. Cette visite est à mes yeux
totalement inutile. Très jolie scène sur le dessin de Rembrandt, nous sommes d'accord.

Chris 05/04/2013 21:36



Je ne retiendrai de ton commentaire que la fin.