Christoblog

Eva

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/69/81/20024943.jpgEva arrive sur les écrans avec une réputation de film à voir.

 

Il a été nominé dans de multiples catégories aux Goyas (et aux Gaudis, leurs équivalents catalans), a reçu le grand prix du public à Gérardmer, a été montré à Venise, Angers, etc...

 

Un casting très solide (mené par le charismatique Daniel Brühl, vu dans Inglorious Basterds, et bientôt dans 2 days in New-York), des effets spéciaux de qualité américaine, une histoire émouvante, le film a tout pour plaire à un large public.

 

Et disons le tout de go, le début du film est bluffant. La séance d'ouverture est décoiffante, puis l'ouverture dans le genre "8 jours plus tôt" installe une ambiance de science-fiction à la fois quotidienne et rétro-futuriste (l'action se déroule en 2050 environ). On est également captivé par le générique de début, d'une beauté sidérante, elle aussi à la fois rétro (on dirait un lustre de crital) et techno. Quelles relations entretient Alex avec son frère, la femme de ce dernier, quel projet mystérieux doit-il mener à bien ? Tout cela se présente bien, dans un décors enneigé qui sent la Suisse plutôt que l'Espagne, et la petite Eva, qui doit servir de modèle à un nouveau type de robot, est craquante. Enfants, robots, émotions reconstituées : on pense évidemment au AI de Spielberg.

 

Le film s'essoufle malheureusement assez vite (vers la fin du premier tiers) et une fois toutes les bonnes idées du commencement (incroyable Luis Homar en robot domestique) épuisées, le film devient une sorte de bleuette sentimentale assez prévisible. Les choses se dégradent donc progressivement pour atteindre dans le dernier tiers du film des sommets de banalité convenue, et même à la toute fin une niaiserie new-age assez dérangeante.

 

De très bonnes choses donc, qui auraient pu fournir la matière d'un court ou moyen métrage de qualité. Sur la durée d'un long-métrage, et accompagné de sa sirupeuse sauce aux clichés éculés, le film m'a déçu.

 

2e

Commenter cet article

Marcozeblog 01/04/2012 22:18

Je suis confus, j'ai zappé la scène d'ouverture que tu trouves époustouflante ... Me souviens pas. Ca craint ;-) Sinon, j'ai pas trop aimé l'esthétique du générique d'ouverture. Comme tu ne connais
pas le film encore, tu te demandes ce que c'est ... Sinon, j'ai bien aimé ;-)

Chris 05/04/2012 19:52



C'est un flasforward qui se finit sur la scène de la mère accrochée à la falaise avant qu'elle tombe... et on ne comprend rien à ce qui se passe...



mymp 23/03/2012 09:47

Pour répondre à ta question gentiment laissée sur mon blog, tu te rends compte, dès la première rencontre entre Alex et Eva devant l'école, qu'Eva parle super bien et est très intelligente (ça à la
rigueur, c'est plausible pour un enfant surdoué), mais surtout, quand ils montent en haut de la montagne, Alex est complètement essoufflé et en sueur alors qu'Eva, arrivée en plus avant lui, est en
totale pleine forme. Et puis avant leur rencontre, quand tu apprends qu'Alex a besoin d'un enfant-modèle pour fabriquer son androïde parfait, tu sens la mise en abîme par rapport à Eva (qu'on a vu
dans la séquence pré-générique). Un peu de bon sens, Chris, que diable !

Chris 24/03/2012 18:29



Mouais, pour la montagne, je ne partage pas trop. Il me suffit d'en escalader une avec un ado pas robot, et le résultat est le même ! Par contre en y réfléchissant, il y a aussi le fait qu'elle
marche sur les mains, ou fasse des acrobaties sur le toit de la voiture.



ffred 20/03/2012 23:00

J'ai bien aimé l'ambiance, ce futur un peu rétro à la Never let me go. C'est bien joué, les effets spéciaux sont sympas et pour un premier film c'est plutôt du bon boulot... J'ai bien aimé donc...