Christoblog

Camille Claudel 1915

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/95/07/06/20444268.jpgJuliette Binoche rit, renifle, chigne, pleure, bouge les sourcils, n'est pas maquillée, regarde au loin, hurle, se tait, gémit, se lamente, se coiffe, sourit, écrit, laisse un frisson parcourir ses joues, tremble, sanglote, etc.

 

Je pourrais continuer tout au long de l'article, mais je pense que vous l'avez compris, Camille Claudel est un film à César, dédié à Juliette Binoche. On peut apprécier, bien sûr, c'est le cas de gens très bien, mais on peut aussi royalement s'ennuyer, ce qui fut mon cas.

 

Rappelons les faits : Camille Claudel, artiste maudite, ex-maîtresse de Rodin, est internée en asile psychiatrique (à tort ou à raison ?), et y restera jusqu'à la fin de ses jours, visitée de temps à autre par Paul Claudel, son frère. La deuxième partie du film est d'ailleurs consacré plutôt à ce dernier, et plus précisément à de longs monologues empreints d'une religiosité qui m'a laissé de marbre.

 

Le film n'a pas de ressort dramatique, et son propos aurait probablement plutôt convenu à un moyen métrage. Ceci étant dit, il faut reconnaître que Bruno Dumont est probablement le meilleur filmeur de bâtiments et surtout de paysages en activité. Les plans sur l'hospice et la nature environnante sont de toute beauté. L'utilisation de véritables malades mentaux dans le film ne m'a par contre pas du tout convaincu : leur intégration à la trame du film ne m'a paru si naturelle, et du coup le côté exhibitionniste m'a parfois gêné.

 

Bruno Dumont sur Christoblog : Flandres / Hors Satan

 

2e

 

Commenter cet article

Colimasson 05/06/2013 19:54

Du même avis que toi... un film que j'ai trouvé terriblement ennuyeux, avec des airs empruntés qui ne sonnent pas juste du tout. Par contre, contrairement à toi, la fixation sur les arriérés
mentaux m'a fait penser à de exhibitionnisme digne d'Elephantman...

Jordan 09/04/2013 20:05

Par contre, je pense vraiment que ce film ne repose sur rien d'évident et ainsi je ne suis pas tout à fait d'accord avec un des commentaires qui évoque une dimension mystique que tu n'aurais pas
vu.
Justement, lorsque je suis sorti, et était pourtant vraiment émerveillé par ce que j'avais découvert, je n'étais pas certain de ce que j'avais vu et compris du film.
On ne peut pas dire de façon radicale : c'est cela que tu as manqué, car ce genre de film interroge justement notre perception des choses. Je parlerai plutôt d'une certain détachement. Camille
Claudel est dans un profond retrait, qui est certes mystique, mais qui est avant tout celui d'un être humain qui se replie. C'est cela que la caméra prend avec elle, et qui destabilise le
spectateur.
Le mysticisme est d'avantage un motif du film.

Ce n'est qu'un simple avis.

Chris 11/04/2013 20:04



Ton avis est parfaitement en phase avec ce que je pense du film : on n'y comprend pas grand-chose...



Jordan 09/04/2013 19:58

J'ai eu un rapport assez étrange avec ce film, mais très constructif.
J'ai aimé son atmosphère lente et contemplative, également, le jeu de Juliette Binoche (qui apparemment t'a plutôt fait fuir ^^). Cependant, je restais sur ma fin en sortant. J'ai ensuite lu une
interview du réalisateur, qui m'a vraiment éclairé et a résolu beaucoup de questions que je me posais. J'ai pu aimé vraiment ce film, qui compte vraiment, je pense, dans le sens où il tente de nous
communiquer un certain état des choses, qui ne ressemble pas à ce que le cinéma nous offre habituellement. Le film se situe vraiment dans un détachement et une attention précise à la nature, aux
corps humains, qui nous oblige à adopter une attitude particulière. Alors même si cela n'est pas absolument confortable, cela nous permet de glisser vers autre chose le temps d'une heure et demie.
Mais j'ai l'impression que tu avais saisis cette dimension du film. En tout cas, je voulais expliquer de quelle façon il m'a vraiment interpellé et m'a poussé, justement, à m'interroger sur ce que
j'avais vu, ce qui est plutôt bon signe pour une oeuvre de cinéma. :)

Jules 20/03/2013 00:24

Personnellement, j'ai adoré Hadewichj et Hors-Satan.

Chris 23/03/2013 15:54



Ceci explique donc cela.



ffred 17/03/2013 16:38

Le "ressort dramatique" n'est pas vraiment ce que l'on attend dans ce genre de film... Enfin bon, 2 étoiles tout de même...

Chris 20/03/2013 00:11



En fait par ressort dramatique, j'entends ressort. Métaphysique, ontologique, mystique, artisitique, sensuel, bref, un truc qui maintienne l'intérêt.