Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Christoblog

Apart together

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/62/13/20045536.jpgWang Quan'an est un réalisateur que je suis depuis longtemps, et si ses films ne m'enthousiasment jamais complètement (Le mariage de Tuya, La tisseuse), je les trouve toujours intéressants. On sent qu'il y a un gros potentiel chez ce réalisateur, qui probablement un jour produira des oeuvres majeures.

 

Apart together marque de façon claire une progression par rapport aux deux films cités plus haut.

 

En 1949, Liu, soldat dans l'armée nationaliste, s'enfuit de Shanghai pour Taiwan, laissant derrière lui sa femme et un petit garçon. En 2005, il revient, et propose à son ex de repartir avec lui à Taïwan. Cette dernière est tentée, mais elle a un mari chinois, des enfants et des petits enfants : peut-on revivre un amour d'adolescence au crépuscule de sa vie ?

 

A partir de cette trame délicate et intrigante Wang Quan'an dresse une galerie de portraits tout en finesse. Les réactions des membres de la famille sont parfois inattendues, celles du voisinage malheureusement prévisibles et moqueuses. Le film bénéficie d'une direction d'acteur irréprochable, d'une mise en scène sobre et élégante. Il constitue un très beau portrait de Shanghai, en même temps qu'une réflexion sur les profondes mutations que la Chine traverse. Il place le sentiment amoureux au centre d'un complexe réseau de tensions et de relations.

 

De la belle ouvrage, Ours d'argent du meilleur scénario à Berlin. Mais Wang Quan'an fera encore mieux, j'en suis sûr.

 

3e

Commenter cet article

B
J'ai bien aimé l'ensemble du film, de l'histoire, les images et les acteurs, pour ma première de ce réalisateur. S'il peut faire mieux, ce sera un très grand.
Répondre
C


Je pense aussi, un réalisateur à suivre, cette fois c'est sûr !



J
= Tort :/
Répondre
J
L'histoire a l'air jolie mais je me souviens encore de "La tisseuse" qui avait beau contenir de jolis moments, elle ne cherchait jamais à accrocher le spectateur, très contemplatif... D'où ma
petite peur envers ce film, peut être à tord.
Répondre
C


C'est beaucoup mieux que la Tisseuse, mais avec ses qualités.