Christoblog

A perdre la raison

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/56/97/20137392.jpgBelle soirée avant-hier soir au Katorza. Le film projeté en avant-première n'était pas d'une gaieté folle (nous y reviendrons), mais sa densité en fait une oeuvre remarquable, portée par un trio d'acteurs au sommet de leur art.

Alors d'abord, si vous voulez sortir votre copain (copine) pour une bonne soirée ciné, évitez de lui dire : "on va aller voir un film qui retrace l'histoire vraie d'une mère qui a tué ses 4 enfants de moins de 6 ans au couteau", dites plutôt : "on va aller voir un thriller psychologique, chronique d'un enfermement progressif dans une relation perverse, servie par une actrice en état de grâce". Parce que le sujet du film est bien plutôt la dissection des rapports humains entre 3 personnes (un jeune marocain, sa femme, son bienfaiteur riche et âgé) que la chronique malsaine d'un fait divers. D'ailleurs en exposant dans les quelques scènes d'ouverture la conclusion du drame (d'une bien délicate façon) Joachim Lafosse expose son projet : de suspens quant à l'issue il n'y aura pas, donc préoccupons nous du cheminement qui aboutira à cette situation de tragédie absolue, une femme tuant ses enfants, une Médée contemporaine.

Quand on passe 45 minutes après le film à discuter avec un réalisateur (exercice auquel Joachim Lafosse s'est prêté de bonne grâce alors qu'un perturbant problème à l'oeil l'handicapait), on ne sait plus trop ce qui résulte de sa propre appréciation du film et de ce que nous a expliqué le réalisateur. Ceci dit, je vais essayer d'exprimer un ressenti qui ne dévoile pas trop l'intrigue du film. D'abord, il faut saluer l'exceptionnelle prestation d'Emilie Dequenne, servie par deux acteurs au meilleur de leur forme : Niels Arestrup égal à lui-même (glaçant, capable d'énoncer une vacherie ou un compliment avec le même air de ne pas y toucher) et Tahar Rahim que j'ai trouvé personnellement exceptionnel, capable de faire passer 4 ou 5 émotions dans un même plan, tout en retenue low-fi. On ne pense pas un instant à leur duo d'Un prophète, c'est dire.

Le film peut se prêter à tout un paquet d'exégèses de différents niveaux : historique (et en particulier colonial), psychanalytique, mythologique, sentimental, sociologique, psychologique... c'est sa richesse. Même si la progression est lente, et que le moment du déclic fatal n'est pas discernable (mais peut-il l'être ?), Joachim Lafosse parvient à maintenir une sorte de tension perpétuelle, de suspens psychologique (le médecin cache-t-il quelque chose ? comment l'irréparable va-t-il survenir ?) qui assure au film une structure interne solide, et qui évite l'ennui. Il utilise superbement pour l'aider des morceaux de musique baroque qui contribuent à sacraliser la narration. 

A perdre la raison n'est pas un feel good movie endiablé, vous l'avez compris, mais si vous aimez les thrillers psychologiques profonds et travaillés, je vous le conseille.

 

3e

Commenter cet article

Nelly Moaligou 29/08/2012 23:41

Vrai aussi, Chris, qu'on peut extrapoler à partir de l'histoire sur le passé colonial Maroc-France. Egalement comprendre les 4 enfants à la file alors qu'on est en milieu médical chez un monsieur
affable avec les enfants sans pousser à la procréation (je ne lui ferais pas porter le chapeau de tout comme le veut Joachim Lafosse qui ne laisse guère d'échappatoire). C'est justement ce point-là
chez Murielle qui est bizarre, sa passivité alors qu'elle peut renoncer dès le deuxième petit. Lié à la culture marocaine qu'elle confond avec les vacances dans sa belle-famille du côté du mari ?
Il y a un non dit gênant. J'ai trouvé Emilie Dequenne en enseignante bien trop évoluée pour déprimer jusqu'à l'infanticide. On croit au personnage parce qu'elle excelle, de plan en plan, à faire
monter la folie derrière ses automatismes, ses traits de plus en plus tendus, toute la comédie qu'on sent venir des ténèbres.

Chris 31/08/2012 23:31



Le film se prête en effet à de multiples interprétations possibles...


La passivité de Murielle a été aussi une interrogation pour moi.



Alain 24/08/2012 18:26

Salut Chris, si tu es en vacances j'espère que tout se passe bien pour toi et celles et ceux qui t'accompagnent. Je viens de voir le film de Joachim Lafosse. Je suis chaos et totalement bluffé par
l'interprétation d'Emilie Dequenne.

Chris 31/08/2012 23:32



C'est en effet une performance hors du commun...