Christoblog

Midnight special

On aura rarement vu un film aussi raté que Midnight special.

Tout y est risible : les clichés innombrables, les carences scénaristiques abyssales, les répliques cul-cul, le jeu affligeant des acteurs.

Le jeune Jaeden Liebherer joue comme une enclume sous Xanax. Michael Shannon fait penser à une marmotte au sortir de son dernier rendez-vous avec le taxidermiste. Joel Edgerton affiche une palette d'expression aussi large que ses cheveux (en brosse) sont longs. Kirsten Dunst offre ici, dans un rôle de potiche à natte, la pire prestation de sa carrière. Le moindre second rôle du film semble fermement décidé à jouer le moins possible : cela en devient presque drôle (voir la direction d'acteur catastrophique du groupe qui observe le jeune Alton derrière la vitre).

On pourrait se moquer à l'infini de la façon dont Jeff Nichols raconte son histoire. Pensons par exemple à cette scène atterrante ou le jeune génie de la NSA éructe des phrases sans queue ni tête devant des coordonnées géographiques, puis finit par entourer deux chiffres au hasard en feignant le Euréka libérateur. 

Le pire du pire est probablement atteint dans les dernières images du film qui nous montre cette affreuse cité idéale toute de béton, qu'on dirait issue d'une série Z imitant Disney dans les années 80.

Jeff Nichols révèle progressivement au fil de ses films son caractère de réalisateur médiocre et prétentieux.

Jeff Nichols sur Christoblog : Take shelter (**) / Mud (**)

 

1e

Commenter cet article

Alvarez 29/04/2016 19:11

C'est tout à fait ça. Un grand merci pour votre sens du phrasé.

Chris 29/04/2016 20:02

De rien, vous êtes toujours le bien venu sur Christoblog...

dasola 20/03/2016 20:28

Bonsoir Chris, je n'ai vu que la BA et cela m'a suffit. Le peu que j'ai vu m'a paru ridicule. Bonne soirée.

trineor 19/03/2016 00:30

"Une enclume sous Xanax", "une marmotte au sortir de son dernier rendez-vous chez le taxidermiste"... eh, je veux pas dire, mais le film pourrait difficilement rivaliser avec ta texte, là, en matière de "ni queue ni tête" : c'est quoi, un concours de la bonne blague, ou une critique ? On pourrait décliner comme ça à l'infini, à la rigueur même pas besoin de savoir de quel film on parle : "Untel ressemble à un reste de champignon collé derrière la gazinière ; tel autre fait penser à une endive en dépression longue durée ; le scénario tient sur le dos d'une épingle à cheveu d'éponge de mer mazoutée tandis que la réalisation atteint la laideur d'une flaque d'huile rancie où baigneraient deux semelles trouées portant les restes d'une mycose."

Au terme de quoi tu auras juste enquillé des formules grotesques pour dire le plus de mal possible de chaque élément pouvant être répertorié au sein du film, comme s'il s'agissait de les passer en revue en dénigrement automatique, mais tu n'auras toujours pas parlé du film lui-même.

Chris 19/03/2016 06:49

Ta remarque est vraie et fausse à la fois. Vraie parce que ma critique est à dessein outrée, fausse parce que je pointe quand même les principaux défauts du film selon moi : scénario, direction d'acteurs, choix esthétiques, dialogues...
D'autre part, mes remarques sur les acteurs tendent toutes à dire que leur palette de jeu est très limitée, il y a donc un sens à leur accumulation.
Je pourrais bien sûr détailler chacun des points que je soulève d'une façon plus académique. Je le ferai peut-être, mais mes lecteurs me lisent aussi pour ce genre de critique décalée, qui n'est pas aussi gratuite que tu sembles le penser.