Christoblog

The lobster

Tout célibataire est sommé de trouver une âme soeur en 45 jours, sous peine de se trouver transformé en animal de son choix.

On éprouve une jouissance intellectuelle immense à la vision de The lobster.

Yorghos Lanthimos nous captive par un tour de passe-passe d'une habileté extrême. Il parvient, à partir d'une situation absurde, à tirer tous les développements logiques - et émotionnels - du postulat de départ.

Et non seulement il étire sa pelote de laine initiale, mais en plus il se permet de sortir brutalement du cadre au milieu du film pour nous projeter dans une autre logique, tout aussi absurde que la première, mais qui nous semble sur le moment absolument raisonnable.

La mise en scène est sobre, intelligente. La direction artistique (décors, musique, photo, acessoires) est parfaite. Les détails parsemés tout au long du film, par exemple les animaux en liberté, donne un vernis de réalisme poétique charmant à l'intrigue. La fable qui pourrait paraître grinçante et cruelle au début prend petit à petit par ce biais une véritable épaisseur psychologique qui culmine dans une dernière scène de toute beauté.

Un film admirable, dont le vrai sujet est le caractère inconséquent de l'amour : vous devez le trouver à tout prix, il vous échappe, vous devez l'éviter absolument, il vous envahit.

 

 4e 

Commenter cet article

dasola 02/11/2015 19:18

Bonsoir Chris, ce film a au moins le mérite de ne pas laisser pas indifférent. Je suis moins enthousiaste que toi mais je ne regrette pas de l'avoir vu. La fin m'a touchée. Bonne soirée.

Michel Bellin 29/10/2015 07:46

Un film d'un déconcertant magnétisme sur le terrorisme du couple et la malédiction de la solitude. J'ai moi aussi apprécié quand le récit bifurque vers une seconde partie laissant entrevoir l'improbable Amour salvateur. Belle ambiance sabrée par des traits d'humour cinglant, direction artistique parfaite en effet, interprétation au top (j'en pince actuellement, surtout depuis Youth, pour la bouleversante Rachel Weisz – et le toujours sémillant petit Ben !).Voilà du cinéma comme je l'aime : qui intrigue, dérange, charme, envoûte... tout en donnant à penser. (Evidemment, esprits cartésiens s'abstenir !)

Pierre 29/10/2015 14:40

vos commentaires font vraiment envie et augmentent motivation: j'adore les gens qui aiment et donnent envie plutôt que tous ces trolls pénibles qui gâchent le plaisir du voyage sur Internet.
je n'ai vu que la BA de Lobster que j'aime beaucoup: j'aime bien être intrigué et "stimulé".

Mais voila longtemps que Rachel Weisz est bouleversant: elle forme avec Fiennes un de "mes" plus beaux couples amoureux au cinéma dans le grand Constant Gardner https://www.youtube.com/watch?v=1l1lzzfpWFU Fiennes y incarne et nous fait vraiment ressentir qu'il aime et souffre. On le comprend :-)