Christoblog

Valley of love

Impossible de regarder Depardieu sans voir l'histrion bouffonique pro-Poutine, anarchiste de droite et bonbonne vivante.

Toujours est-il, quoiqu'on pense du bonhomme, que le personnage qu'il joue dans le film de Guillaume Nicloux est diablement émouvant : patient, rationnel et bienveillant. Isabelle Huppert est elle planante, subtile et craquelée.

Leur rencontre, dans des décors qui sont prodigieusement suggestifs, est tout à fait surprenante. Quels paysages ! S'il y a un endroit où le doigt de Dieu peut se matérialiser, c'est bien la Vallée de la Mort. On ne s'attend à rien de ce qui nous est proposé, et c'est bien l'intérêt du film : ce que construit Guillaume Nicloux est une rêverie épurée qui fonctionne très bien.

Le montage est alerte, il y a une sorte de magie qui transpire du film, une volonté de croire de façon "rationnelle" à l'incroyable, sans scepticisme idiot. Les dialogues sont superbement écrits, les lettres sont merveilleuses, le ton du film est incroyablement juste. On a envie d'y croire.

Le fantastique est nulle part, mais les signes étranges sont partout : tête de chien, jeune fille sur le court de tennis, nains. 

Quand Depardieu s'exclame "Bien sûr qu'on est responsables...", l'histoire du personnage entre irrésistiblement en phase avec l'histoire de l'acteur (et de son fils, ... Guillaume), et le film apparaît alors pour ce qu'il est : un documentaire sur l'acteur.

Valley of love vaut finalement par ce qu'on pouvait en craindre : il est d'un parfait bon goût, alors qu'on attendait le pire.

 

 3e

Commenter cet article

Pierre 15/08/2015 18:06

ton texte m'a ému. C'est tout à fait ce que j'aurais aimé être capable d'écrire.
J'ai vu le film qui m'a touché et attendri...bien sûr aussi à cause des acteurs choisis et leurs histoires perso, on peut le voir à différents niveaux...mais même sans cela, avec d' autres acteurs, les personnages sont déjà très forts.

Beaucoup, comme Woody Allen, n'aiment pas (à juste titre) les compétitions de films et surtout d'acteurs car les films n'ont pas les même sujets, les personnages joué sont différents etc. Woddy suggérait que pour comparer, il faudrait qu'ils aient le même scénario et dialogues etc. et bien dans "Valley of love", on peut voir 2 acteurs grandioses lire une lettre, presque la même, j'ai "aimé" les deux scènes...mais dans une compétition je donnerais le prix à Depardieu...cette scène confirme Depardieu en acteur d'un autre univers.

Chris 21/08/2015 11:24

Merci pour ce commentaire ! (et les autres aussi...)

Bellin 22/06/2015 13:00

Au cinéma comme ailleurs, le qualificatif « bouleversant » est souvent galvaudé voire usurpé. Mais cette fois, l’usure du temps… le délabrement des corps vieillissants… le désert de la solitude à deux… les suées d’angoisse… la culpabilité parentale… la tendre revanche d’un fils… l’épuisant travail de deuil… le choc solaire du pardon et de la réconciliation dans le miroir sans tain du 7ème Art, ici, sur l’écran calciné, tout se déchiffre à cœur ouvert dans le face à face fascinant, pathétique, parfois drôle du couple mythique Huppert-Depardieu. Quelle gifle ! Quelle caresse ! « Valley of love » m’a happé et bouleversé.

Chris 22/06/2015 19:27

Très beau texte, bravo, il reflète bien les sentiments étonnants que génère le film...