Christoblog

Pas son genre

Le cinéma de Lucas Belvaux (Pour rire !, Rapt, Un couple épatant, Cavale, Après la vie, La raison du plus faible, 38 témoins) présente un peu les mêmes caractéristiques que celui d'Hirokazu Kore-Eda: leurs films, qu'ils soient bons ou moyens, sont toujours d'une grande sensibilité, sous l'apparence d'un sage classicisme. 

Pas son genre est en ce sens un modèle. On pourrait craindre que le pitch (un philosophe parisien tombe amoureux d'une coiffeuse à Arras) ne soit que le prétexte à bâtir une comédie romantique de plus, enfilant les clichés comme des perles.

Le résultat est tout différent. Pas son genre s'avère être d'une délicatesse extrême, doté d'un scénario très intelligent, d'une grande subtilité. La mise en scène est comme toujours chez Belvaux à la fois discrète et raffinée.

Le film est étonnant, touchant, et même brillant, par la grâce du jeu absolument magnifique d'Emilie Dequenne, qui confirme ici être une des plus belles actrices du moment. Sa prestation est magistrale, enchaînant joie de vivre, colère, résolution, amour, tristesse dans un tourbillon de sentiments qui laissent pantois. La plus belle prestation vue en 2014, sans discussion possible.

Le seul point faible du film est peut-être parfois dans les dialogues, mais pour tout le reste foncez-y, surtout si vous aimez dans un même film rire et pleurer, être séduit, inquiet et finalement bouleversé.

  

4e

Commenter cet article

Félix 03/09/2014 10:19

Tout à fait d'accord avec toi sur ce coup-là, beau film.

martine 30/05/2014 16:13

Désolée, je n'ai pas mis mon commentaire au bon endroit me semble t il....
L'histoire paraît simple et improbable pour certains.. on se pose des questions sur la vraisemblance de cette relation... mais ces rencontres atypiques existent...
Le film est joli ... Emilie Dequenne est fraîche, parfois naïve, elle est vraie...Elle y croit... La différence ne lui pose pas de problème au départ...... Lui semble ne pas comprendre ce qui lui arrive... Il semble ne pas assumer cette relation... pourquoi elle ? pourquoi une petite coiffeuse ?? Il l'aime à sa façon, ne sait pas lui montrer, ou n'accepte pas d'être amoureux de cette fille "simple"..... il est comme un handicapé des sentiments... elle est tout le contraire.... Oui ces histoires existent... la vraie question à se poser est plutôt de savoir si ces histoires sont viables dans le temps......

anne 28/05/2014 19:56

je l'ai vu ! ......quelle déception ! un roman-photo rien de plus , des dialogues indigents , le personnage du prof de philo est très falot , insipide , le rôle ne lui convient pas du tout , les scènes de classes sont ridicules ' , ( vous avez déjà vu des élèves de cet âge sages comme des images ? ) les scènes de carnaval de rue sont mal filmées etc etc

heureusement il y a l'adorable Emilie Dequenne , éclatante de vie , de charme , de gaité , elle sauve le film d'une fadeur affligeante

il faut absolument revoir " La dentellière " sur le même thème , Isabelle Huppert y débutait , le film est bien plus élaboré , plus subtil, plus émouvant
Sur le même thème il faut absolument voir

pila 27/05/2014 18:09

merci pour ce commentaire dans lequel je me retrouve complètement et si je peux rajouter 2 points
il faut aller voir ce film pour les payages (Arras et ses places ! quel bonheur le Nord)
il faut aller voir ce film même si vous n'aimez pas trop la philo car vous trouverez alors votre bonheur en sociologie, ce film a des accents Bourdieusien (j'ai particulièrement apprécié l'échange sur le "bon" et le "mauvais" opéra !)

dasola 19/05/2014 10:37

Bonjour Chris, c'est un film que je conseille avec succès autour de moi. Bonne journée.