Christoblog

Heli

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le nouveau film d'Amat Escalante sort le spectateur de sa zone de confort.

Presque tout dans le film contribue à ce qu'on se sente mal à l'aise en le voyant : étirement de certaines scènes, violences atroces, ellipses surprenantes à certains moments où on craint un plan insoutenable, personnages mutiques, narration éclatée, explosion de violence, tension constante. 

Soyons donc clair : Heli n'est pas un film facile, n'est pas un film facilement aimable. C'est par contre un superbe morceau de cinéma : Escalante y déploie une science de la mise en  scène qui est sidérante. Beaucoup de plans dans le film (le premier par exemple) sont à montrer dans les écoles de cinéma : beaux, magnifiquement cadrés, admirablement éclairés. 

Le tableau général qui est dressé d'une certaine réalité mexicaine (l'usine, l'instructeur américain) est éclatant de cruauté. La force d'Escalante est de manier à la fois le symbolisme (la nuit étoilée, la porte éclairée dans la nuit) et le naturalisme le plus cru (le recensement, la torture intégrée au quotidien).

Certes, la vision que propose le film de la nature humaine est particulièrement noire et terrible, mais l'impression qu'il dégage est tellement vraie, que beaucoup d'autres films paraissent factices à ses côtés.

Une épreuve pour le spectateur, une sorte de Méduse cinématographique.

 

3e    

Commenter cet article

Bellin 17/04/2014 22:55

Je suis sorti de la salle "sonné". Depuis, ce film puissant, à mon avis nullement complaisant, me hante, j'y repense tant c'est cru et cruel. Comment peut-on rester "de marbre" ?!!!
Évidemment, la scène de torture "intégrée au quotidien" choque et dérange, de même l'évocation hors champ du viol collectif qui a dû être brutal. N'est-ce pas encore plus fort de ne RIEN voir ? A ce sujet, la jeune comédienne a selon moi une présence extraordinaire : mi-femme, mi-enfant, une sorte de madone, pas jolie mais habitée, si réservée sur le seuil de l'amour, si déterminée pourtant à être heureuse lorsque soudain... A cet égard, le dernier plan du film (sur elle et le bébé de son grand frère) amène à une sorte de sérénité, de pacification. Un havre inattendu. Serait-ce une lueur d'espoir ?... Dans les débâcles individuelles comme dans les dérèglements sociaux ? Fragile espoir auquel on a peine à croire. (Qui "on" ? "Je" bien sûr !)
Ceci dit, certains spectateurs peuvent détester ! Ou se barber. Moi non, je suis entré tout de suite dans l'histoire, dans l'engrenage de la violence et j'ai avancé pas à pas... parfois à reculons.
En tout cas, décidément, d'après moi une grande et belle œuvre, pas "aimable" mais essentielle. J'aime quand le cinéma ne triche pas. Je lui pardonne même d'esthétiser un brin. Quoi qu'en disent les détracteurs d'Escalante en ce qui concerne ses outrances, la fin justifie (parfois) les moyens :" l'âme" humaine, dans ses noirceurs barbares comme dans sa tendresse balbutiante - au Mexique comme ailleurs -, doit se regarder en face, les yeux dans les yeux.

ffred 13/04/2014 19:01

Sur ce coup là je suis bien d'accord avec l'avis de Mymp...le film m'a plutôt laissé de marbre...

pierreAfeu 13/04/2014 16:51

J'ai trouvé le film moyen. La mise en scène n'a rien d'exceptionnel, et le scénario est trop longtemps beaucoup trop scolaire. Quelques scènes intéressantes cependant, un peu d'émotion.
Sinon, peux-tu m'expliquer l'intérêt cette séquence grotesque avec la policière ?

mymp 11/04/2014 12:20

Raté, prétentieux, condescendant, chiant. Marre de ce cinéma d'auteur complaisant qui finit par tourner en rond. Même la scène de torture est ratée et n'a absolument rien provoqué chez moi, juste de l'ennui et quasi du rire tellement elle est mal faite et démonstrative...

Chris 11/04/2014 18:57

Je comprends parfaitement ton point de vue. Ce qui moi m'a plu dans le film c'est tous ces à-côtés : paysages, aperçus sociologiques, lumières...