Christoblog

Vincere

Giovanna Mezzogiorno et Filippo Timi. Daniele MussoQuel plaisir lorsque la forme épouse si parfaitement le fond.

Question mise en scène, Vincere impose un point de vue magistral, fondamentalement européen dans le sens qu'il s'éloigne résolument des standards américains du cinéma hollywoodien, alors qu'il raconte une histoire - oh - si romanesque.

Surimpressions, images d'archives, lettrages inspirés, focales qui rendent le second plan flou : toute la première partie, pleine de bruit et de fureur (quelle bande son !) est apocalyptique. A quoi renvoient ces flashs mystérieux ?

Réponse : à la seconde partie, plus classique, mais probablement aussi plus efficace. A quoi tient la magie de ce film ? Sûrement en dernière analyse à la performance hors norme des acteurs. Filippo Timi est extraordinaire dans sa détermination monomaniaque : ce regard quand il fait l'amour ! Et Giovanna Mezzogiorno tient probablement le rôle de sa vie dans le rôle d'Ida Dalser, sans concession, possédant la puissance intrinsèque de celui - ou celle- qu ira jusqu'au bout comme le héros de Hunger, ou celui de Into the Wild.Giovanna Mezzogiorno. Daniele Musso

Le film tutoie la perfection du début à la fin, enchaînant des images qui à elles seules sauveraient un film si elles y étaient enchâssées : le duel, l'arbre et ses filets, la neige qui tombe sur l'asile, etc....

Le plus incroyable finalement est qu'à travers cette histoire romanesque une cruelle violence arrive à émerger (violence du sexe et du désir, de la politique, des manifestations, de la folie).

Cette violence est si belle que le film brille comme un diamant brut, et que dans ce diamant brille cette scène du premier baiser : Ida a la main ensanglantée, mais lorsque Mussolini quitte ses lèvres, elle tombe en avant comme privé du support qu'elle cherchera à tout jamais, y perdant la raison.

Somptueux.  

 

4e

Commenter cet article

pL 14/12/2009 22:51

J'ai également beaucoup aimé ce film. J'avais pas pensé à faire le rapprochement avec Hunger, bien vu !