Christoblog

Memory lane

Ce film est un film mineur en mode mineur.

Je ne sais pas quoi ajouter d'autre : il ne s'y passe que des choses sans consistance, avec des personnages de jeunes adultes qui n'ont même pas la fantaisie (sans parler de la libido) des jeunes adolescents de mon temps (eh oui, les glorieuses 90'). Bref, en 2010, sachez que le comble du hot c'est de prendre la main d'une copine en marchant.


Ouch, c'est trop chaud....

Le film a l'air de plaire aux Cahiers, aux Inrocks et à d'autres, qui pensent que le fait de capter un regard suffit à faire un réalisateur. Mais pour le téléspectateur lambda (celui qui paye sa place, dirait Julien Courbet, ouh!), que voit-on dans ce film ?
Des feuilles mortes et des jeunes adultes qui font de la musique, vont à la piscine, se balladent, vont à des fêtes. Bref, ce que vous avez fait ce week-end.

Memory lane (ce titre à la con :  on peut difficilement plus se la péter !) c'est les Petits mouchoirs avec 25 ans de moins et sous Lexomyl.

Bon, j'arrête le massacre. Le plus bizarre c'est qu'on ne s'ennuie pas vraiment. Comme quoi le réalisateur ne doit pas être un manche, mais il faut espérer que pour son second film il ai un scénario, ou quelque chose qui y ressemble. Et qu'il arrête de vouloir copier maître Kieslowski avec ce mec que trois des principaux personnages croisent*.

*Je me tiens à la disposition des esprits curieux qui n'auraient pas saisi cette subtile allusion.

 

1e

Commenter cet article

ffred 29/11/2010 16:47

C'est tout à fait ça ! c'est nul il ne se passe rien mais on ne s'ennuie pas, très bizarre !

Bob Morane 28/11/2010 15:54

Entre Fred et toi, je croiq que je vais m'abstenir de perdre ma life :) déjà que j'ai pas pu voir Welcome to the rileys... entre autres. trop dur !