Christoblog

Hugo Cabret

HG.jpgPourquoi n'ai je pas été voir ce film à Noël ?

 

Je me le demande encore, tellement sa magie entre en résonnance avec la période du sapin, de la crèche et des contes. Son aspect artificiel, dont les décors en carton-pâte sont la parfaite illustration, est d'ailleurs à la fois sa force et sa faiblesse. Si on y croit, on écrasera probablement une petite larme en se laissant entraîner comme un gamin (ce fut mon cas). Si on n'y croit pas, le film pourra paraître indigeste comme un loukoum trop sucré.

 

Le film me réconcilie avec Scorsese, avec qui j'étais en froid depuis Casino. Un beau moment de cinéma, qui sonne à la fois comme un cadeau et un testament.

 

Et maintenant au boulot. Idées de dissertation :

  • A partir de la photo ci-dessus (Scorsese se met lui-même en scène en train de photographier Mélies), vous expliquerez en quoi le film constitue un hommage au cinéma en général , et de quelle façon il utilise la mise en abyme pour le faire.
  • A partir des oeuvres récentes de Woody Allen, Christopher Nolan, et Martin Scorsese, vous analyserez la vision qu'ont de Paris les cinéastes américain du XXIème siècle. Vous comparerez à la vision qu'en ont eu Minelli, Wilder et Polanski.
  • Explicitez le rôle que joue l'automate dans Hugo Cabret. Représente-t-il le cinéma ? Expliquez comment il relie tous les personnages du films, et concluez sur le regard de ses orbites vides dans le dernier plan du film.
  • Le cinéma répare-t-il les êtres ou construit-il les rêves ? Illustrez votre proposition par des scènes du film.
  • Hugo Cabret, film des passages. Vous commenterez cette assertion en examinant successivement les notions de passages secrets, de transmission des savoirs et de rite de passage à l'âge adulte.
  • Lorsque le gendarme sauve Hugo, peut-on dire qu'il agit en automate ? Pourquoi cette scène peut-elle être considérée comme un point nodal du film ?
  • Vous analyserez les sources littréaires du film (Hugo, Dickens, Stevenson, Verne) et détaillerez comment elles nourrissent la narration à travers trois thématiques : les orphelins, les machines et la destinée.
  • Trucages et illusions : couleur, 3D, effets spéciaux, images de synthèse. L'illusion moderne est elle plus moderne que l'illusion au temps de Mélies ? Argumentez. 

3e

Commenter cet article

Amelie 15/01/2012 15:43

Pour une fois Chris, nous sommes parfaitement d'accord ! :)

pierreAfeu 12/01/2012 23:21

+ 1 avec Neil !!!

Neil 12/01/2012 14:55

Magistral ce film. D'où sa place méritée dans le top ten de l'année qui vient de finir.

ffred 11/01/2012 22:47

Même Chris c'est laissé prendre ! C'est dire si Scorsese a reussi son coup... :)

Chris 13/01/2012 19:12



C'est vrai que moi qui suis si méchant, si acide, si caustique, si malveillant, si de mauvaise foi....



Jérémy 11/01/2012 19:07

Un très beau film de Scorsese en effet, très intimiste derrière son masque de blockbuster de fin d'année.

Par contre ne te vexe pas si je te dis que je suis déjà assez blindé en dissertations ;) . C'est peut-être moi mais "L'illusion moderne est-elle plus moderne que l'illusion au temps de Méliès ?",
c'est à dire ?

Chris 13/01/2012 19:16



Euh, sur celle là je me suis un peu craqué. Ce que je voulais dire, en voyant les trucages de Mélies, c'est : est ce que nous sommes plus impressionnés avec la 3D les images de synthèse, etc...
que les spectateurs de Mélies ? Non, évidemment, il suffit de voir ceux qui regardent le train des Lumière entrer à La Ciotat.