Christoblog

Comme un lion

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/93/98/28/20292894.jpgCurieuse coïncidence que le cinéma réserve parfois,  il se trouve que deux films récents très différents montrent la même scène : une femme sénégalaise qui arrose le pas de sa porte, lors du départ d'un proche.

Comme un lion débute donc comme Aujourd'hui, mais les deux films n'ont que ça en commun. Autant le film de Gomis se caractérise par une sensibilité à fleur de peau et une photographie somptueuse, autant le pensum de Collardey se distingue par son esthétique de reportage animalier et sa psychologie de roman de gare.

Dans cette histoire de joueur de foot africain de 16 ans exploité par des agents véreux, il n'y a guère que quelques scènes mettant en scène Jean-François Stévenin à sauver. Le reste est très faible, qu'on pense à la pitoyable prestation de Marc Barbé en joueur caractériel, à la tentative de filmer le foot en direct (avec la même conviction qu'un boucher découpe un poireau) ou aux personnages secondaires annonant leur texte comme ils le peuvent, au sein d'un scénario indigent.

En fait, tout est mauvais dans Comme dans un lion, et je mets quiconque au défi de me prouver le contraire.

 

1e

Commenter cet article

isajar 22/01/2013 19:19

je pense qu'on n'a pas vu le même film.
Il est tout en sensibilité et en réalisme.
Et Marc Barbé y est étonnant en homme blessé.
Par contre, j'ai été assez déçu par la prestation de JF Stévenin.
Les images de COLLARDEY et la musique sont magnifiques.
Vraiment un film à voir.

ffred 21/01/2013 22:52

Pourquoi t'as été voir cette connerie aussi...On le devine dans la bande annonce !