Christoblog

Mia madre

Dans la sélection officielle de Cannes 2015, plusieurs films pouvait espérer décrocher la Palme d'Or, dont celui-ci.

Nanni Moretti nous propose un superbe portrait de femme, en mélangeant avec brio plusieurs thématiques et plusieurs registres.

S'entremêlent avec brio le récit de la perte d'un être cher, la description du travail de réalisateur et le tableau pessimiste des relations humaines. Les liens qu'entretient Margherita avec les autres personnages sont tous décrits avec une grande subtilité. Ils évoluent tout au long du film, et même parfois au sein d'une même conversation.

Les infimes variations psychologiques que Moretti imprime, par le biais d'un regard, d'un mot ou d'une attitude ne se rencontrent que chez très peu de cinéastes contemporains (Nuri Bilge Ceylan, Hirokazu Kore-Eda...).

D'un point de vue technique, Mia madre est sobre, mais parfaitement mis en scène : cadrages parfaits, belle photographie, montage exemplaire. Le talent de Moretti sert le propos de son film, et lui permet de passer avec une extraordinaire fluidité d'un registre à l'autre. On passe presque sans transition d'un puissant mélodrame à une scène burlesque à mourir de rire. John Turturro est fascinant et produit ici des scènes d'anthologie : la voiture, la cantine, la danse. 

L'état de fatigue nerveuse de la réalisatrice est finement rendu à l'écran par des phases temporelles difficilement discernables ; rêve, réalité, flashbacks. Le film mériterait qu'on s'étende longuement sur ses multiples aspects, formels ou narratifs. Du latin comme moyen de transmission mémoriel à la façon de jouer de Moretti (tout le monde adorerait avoir un ami comme lui, bienveillant et avec cette voix si profonde), Mia madre bruisse de qualités de bout en bout et porte haut l'art de faire un film.

Nanni Moretti sur Christoblog : Habemus Papam (*)

 

4e  

Commenter cet article

Pierre 22/04/2016 11:57

100% d'accord avec toi sur cette merveille
émouvant, juste tout en étant cinématographiquement "distrayant"

Bellin 02/12/2015 17:08

Soutenu par la musique minimaliste d'Arvo Pärt, une très très belle partition polyphonique, entre mode majeur et mode mineur. Le spectateur avance dans le film sourire aux lèvres (pouvant aller jusqu'au rire !) et les yeux de plus en plus embués, la gorge de plus en plus nouée. Poignant comme la mort. Réconfortant comme la vie. Entre Sénèque (De brevitate vitæ) et Fellini Roma. Oui, une page majeure de Nanni Moretti qui fait honneur au 7ème art et à la noblesse ambiguë de notre Humanité, entre deuil annoncé et bouffonnerie.