Christoblog

Asphalte

Asphalte est au cinéma ce que les chatons sont à Internet : ça ne fait de mal à personne et beaucoup sont prêts à aimer (le "c'est trop mimi ! " se transformant ici en "un véritable coup de coeur ! ").

Le film est un brouet de bons sentiments qui s'auto-exaltent dans un décor de banlieue parsemé d'habitants hébétés, ce qui permettra à quelques critiques de s'exclamer "On n'a jamais filmé les cités comme ça ! "

D'abord, le mec désagréable et dans la lune, Gustave Kervern, reprend son rôle de Dans la cour. Comme la vie est bien faite, il sera puni de sa mauvaise action initiale, puis il rencontrera par hasard une infirmière désespérée (mais qui revêt les traits d'une grande bourgeoise de Valeria Bruni Tedeschi). La vie est belle : il s'inventera photographe et se lèvera de son fauteuil roulant (miracle de l'amour !) pour une marche zombiesque d'un ridicule extrême.

Ensuite, une actrice sur le retour (Isabelle Huppert, follement crédible) séduit platoniquement un jeune homme qui boit du lait et n'aime pas les films en noir et blanc, mais les aime quand même au final, parce que tu vois l'actrice est jolie quand elle est jeune, et le cinéma ça peut être bien quand l'histoire est bien. Même en noir et blanc. Vous voyez la légèreté du truc.

Et enfin, un cosmonaute américain atterrit chez une maman arabe qui lui fait sa meilleure recette de couscous. Comme elle lui donne le maillot de l'OM de son fils, alors l'américain est heureux et lui répare une fuite d'eau. Mais il n'y arrive pas. Alors un hélicoptère de la NASA vient le chercher dans la cité (sans se faire caillasser).

Voilà. Tout cela serait simplement mauvais si l'emballage n'allait piocher insidieusement chez plusieurs auteurs : la façon de filmer la ville chez Kaurismaki, le décalage chez le trio Gordon/Abel/Romy, le personnage joué par Kervern chez Salvadori, l'aspect grinçant des premières scènes justement chez le duo Délépine/Kervern, les plans fixes de personnages mutiques chez Roy Andersson, etc.

Du coup Asphalte n'est pas simplement un navet, il en devient une escroquerie intellectuelle. 

 

1e

Commenter cet article

Pierre 14/10/2015 12:00

merci; vraiment intéressant de lire des choses très différentes; Benchetrit a été de partout (France 2, 5, France Culture, I24 news etc.etc.), film aimé de partout et même le Masque aime donc je voulais vraiment voir par moi-même mais peut-être plus trop dans l'immédiat...
j'avais été abasourdi par la nullité de son livre "Le branleur" qchose, une des raisons je n'achète plus trop de Livres, même de Poche mais emprunte plutôt! donc il a une lourde responsabilité ce Samuel ;-)

Néanmoins, juste pour me faire l'avocat du Diable, ton soupçon de plagiat est une process critique un peu facile et qui pourrait s'appliquer à beaucoup: je me souviens le buzz autour de "Cold in July" (bon au demeurant) mais on pouvait vraiment le découper comme tu découpes ce Benchetrit : "(...) piocher insidieusement chez plusieurs auteurs" (Carpenter, Craven, Flynn, Peckinpah etc)

c'est d'ailleurs une des raisons (sans doute à tort) que j'hésite à dépenser mes précieux cesterces pour Sicario car je crains d'avoir l'effet Cold in July (bien mais pas vraiment tout nouveau et aussi original que tous le disent).

Chris 15/10/2015 07:01

Cher Pierre, sur une critique comme celle-ci, je me fais un peu plaisir et je force évidemment le trait. Le procédé de repérage des influences est un peu facile, mais j'ai vraiment pensé à tous ces réalisateurs pendant le film.
Pour Sicario, ce n'est pas le cas, et je ne vois pas trop à quoi je pourrais le comparer. Michael Mann peut-être...

ileana 13/10/2015 17:15

Hé, tu semble très inspiré sur cette critique ! Comme j’ai lu un compte rendu alléchant sur Studio C Live, je comptais aller le voir. Mais grâce à Christoblog, voilà, j’irai voir ailleurs.

Chris 13/10/2015 18:50

Il y a pas mal de critiques positives dans la presse, donc tu peux essayer de voir par toi-même. Mais c'est vrai qu'il y a tellement de films intéressants à voir en ce moment : Ni le ciel ni la terre, Sicario, Fatima....