Christoblog

Journal de Cannes 2015

23 mai

Dernier film en compétition, MacBeth, de Justin Kurzel, est un Shakespeare à la sauce heroic fantasy, genre Seigneur des anneaux. Je n'ai pas accroché au film, mais Michael Fassbender y est formidable. En sortant de la salle on me jette quasiment à la figure une invitation pour la projection des courts-métrages en compétition. J'y vais et je ne le regrette pas : 8 sur 9 sont vraiment très bons, tour à tour drôles, poétiques, cruels ou inquiétants. Un beau panomara du cinéma mondial en deux heures.

Fin de Festival à la Quinzaine pour la reprise des films primés. Mustang, de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Erguven est pour moi un coup de coeur (et je ne suis pas le seul). Cinq soeurs en proie au conservatisme et au machisme turc du côté de Trabzon : énergisant et émouvant. Quarantième et dernière séance avec le film colombien El abrazo de la serpiente, aride randonnée dans la jungle amazonienne, en noir et blanc et en mode Apocalyse now art et essai. Pas inintéressant, mais un peu dur pour un dixième jour de festival à 17h.

Merci à ceux (et celles) qui m'auront lu jusqu'au bout, et à l'année prochaine.

 

22 mai

Michel Franco est un Haneke mexicain. Son Chronic utilise les mêmes ficelles que l'Autrichien : on montre l'humiliation des personnages avec complaisance (ici des malades en phase terminale) et on prend les émotions du spectateur en otage. C'est sec et pauvre en idées de cinéma, avec une fin honteuse. Mauvaise matinée, puisque le film suédois que je décide d'aller voir à la Quinzaine (Le lendemain, de Magnus von Horn) est un pensum lourdingue et très balisé, sur une idée grotesque : un jeune étudiant qui a étranglé une camarade réintègre la même classe en sortant de détention.

Heureusement, les choses s'éclairent dans l'après-midi. Je n'attendais rien de bon de la montée des marches de Valley of love, de Guillaume Nicloux, en compétition. Finalement le film est une bonne surprise avec un duo Depardieu / Huppert magistral, dans des paysages magnifiques. Notre Gégé national se paye une ovation avant et après la projection, il faut avouer que sa présence écrase toutes les autres sans exception.

Après ce bon moment, détente avec une séance de rattrapage de la Semaine : Les deux amis, premier long-métrage de Louis Garrel. C'est sans prétention mais délicieux, une sorte de croisement entre Marivaux et Christophe Honoré (qui a co-écrit le scénario). Garrel, Macaigne et Golshifteh Farahani sont excellents.

 

21 mai

Ce matin grasse matinée jusqu'à 9h, après m'être couché vers 3h20. Début de journée pépère avec Le trésor, film roumain de Corneliu Porumboiu, présenté à Un certain regard. Décalé, inattendu, assez fin.

J'enchaîne avec le film de Jacques Audiard en compétition, Dheepan, qui s'avère plutôt beau, très bien réalisé, mais avec un scénario un peu court à mon sens pour viser la récompense suprême. Un prix de la mise en scène serait mérité  : celle-ci est souvent de toute beauté. Toute la première partie du film est exceptionnelle.

Après avoir dormi durant la projection d'Oka de Souleymanne Cissé que je n'ai donc pas vu (j'ai honte), fin de soirée salle Debussy pour un documentaire magnifique et écrasant sur les exclus d'une certaine Amérique et sur les brigades para-militaires de rednecks au Texas : The other side. Ahurissant. Longue standing ovation pour le réalisateur italien, Roberto Minervini, un nom à retenir à l'évidence.

 

20 mai

Deuxième grosse journée qui commence avec Youth, de Paolo Sorrentino. Même qualités et même défauts que ses autres films (La grande belleza...) : certains détestent, d'autre adorent.  En ce qui me concerne, je trouve le film distrayant. Deuxième film en compétition, Mountains may depart, du chinois Jia Zhang Ke est une élégie sur 3 décennies et deux continents. Le film se dessine sur la fine trame du temps, c'est très beau. A Un certain regard je vois Lamb, premier film éthiopien à Cannes. Photographie admirable, paysages à couper le souffle, ce premier long métrage vaut surtout pour son aspect documentaire.

A la Quinzaine, très beau Fatima de Philippe Faucon (La désintégration), avec une actrice non-profesionnelle remarquable : longue ovation dans la salle pour l'équipe du film.

Pour finir, je fais la queue à partir de 23h pour la séance de minuit du très attendu Love, du sulfureux Gaspar Noé (Irréversible), film d'amour pornographique en 3D. Ambiance électrique à 0h40 lorsque la projection commence dans une salle archi comble (2300 personnes), mais qui devient vite atone car le film est ... très mauvais.

 

19 mai

Début de journée avec les deux films en compétition. Sicario, du canadien Denis Villeneuve est un thriller racé et efficace. Un scénario épuré, une mise en scène solide, des images magnifiques. Un très bon divertissement. Ensuite le nouveau film de Valérie Donzelli, dont j'avais adoré La guerre est déclarée et détesté Main dans la main. Las ! Marguerite et Julien fait partie de la deuxième catégorie : le film est un naufrage esthétique, dramaturgique, moral. L'accueil de la Croisette est glacial.

Je passe à Un certain regard. Taklub, de Brillante Mendoza, raconte le quotidien des sinistrés du typhon Haiyan, qui dévasta les Philippines en 2013. C'est une fiction, mais qui veut se donner un air de documentaire et qui y parvient très bien. Dur mais nécessaire. Fin de journée à la section que je n'avais pas encore visité : ACID. Dans la salle des Arcades (la seule où on peut étendre ses jambes à toutes les places) je vois The grief of others, deuxième film de l'américain Patrick Wang. Tourné en 2 semaines en Super 16, sans vidéo, le film parvient à émouvoir par son extrême sensibilité. Dans cette ambiance de ciné club de quartier très particulière, on discute pendant 30 minutes avec l'équipe du film.

 

18 mai

Grosse journée aujourd'hui. Début en fanfare avec La loi du marché, de Stéphane Brizé, en compétition. Le film montre une certaine réalité du monde du travail rarement exposée au cinéma avec autant de véracité. Vincent Lindon y est exceptionnel. J'entre ensuite sur un coup de chance dans la salle pour un des films les plus attendus du Festival, Cemetery of splendour, du thaïlandais déjà palmé, Apichatpong Weerasethakul. La salle est pleine comme un oeuf, et le jury doit même se pousser au bord du rang, Tahar Rahim et Isabella Rossellini compris. Le film, admirable visuellement, me laisse par ailleurs complètement froid. Toujours dans la continuité, j'enchaîne immédiatement avec le troisième film du réalisateur norvégien Joachim Trier, en compétition, Louder than bombs. J'avais adoré Oslo, 31 août, mais je suis déçu par ce film : la magie d'Oslo semble s'être évaporée au-dessus de l'Atlantique.

Après une pizza avalée vers 15h, détente avec le feel-good movie de la Quinzaine, Le tout nouveau testament, pochade belge fort agréable de Jaco Van Dormael. Dieu habite Bruxelles et a une fille qui veut faire aussi bien que son frère, JC. Très agréable. Fin de soirée à La Bocca, instructive et émouvante, avec le documentaire Amy, de Asif Kapadia, sur la chanteuse Amy Winehouse : un destin hors norme pour un talent exceptionnel.

 

17 mai

Baisse du niveau général de la compétition aujourd'hui. Mon roi, de Maïwenn, brille par certains éclats, mais l'ensemble du film est démonstratif, répétitif et vulgaire. Cet aspect énergique et mal dégrossi collait bien au sujet de Polisse, ce qui n'est le cas ici. Vincent Cassel est à baffer, mais c'est le rôle... Carol, de Todd Haynes, raconte de façon plate et peu empathique un amour lesbien au début des années 50. C'est froid et bien filmé, mais le film m'a laissé de marbre. C'est pourtant le film le plus apprécié à ce jour par la critique étrangère.

Dans l'après-midi, le film du croate Dalibor Matanic, Zvizdan (Soleil de plomb) est une oeuvre intéressante sur les conflits de l'ex-Yougoslavie, vus à travers 3 histoires différentes jouées par les mêmes acteurs. Surprenant et très maîtrisé. En soirée, impossible d'entrer à la Quinzaine pour Le tout nouveau testament de Jaco Van Dormael, la foule est impressionante. Du coup, au dodo avant minuit aujourd'hui !

 

16 mai

Très bon début de journée avec Mia madre, de Nanni Moretti : fin, intelligent, très bien réalisé. Après la sélection officielle, direction la Quinzaine avec le nouveau film de Miguel Gomes, le prodige portugais. Le premier volet des Mille et une nuit est un film bricolé et foutraque, mais le projet est impressionant et force le respect : raconter sur 3x2 heures une année du Portugal. J'y reviendrai en détail.

A la Semaine de la Critique, Ni le ciel ni la terre, premier film de Clément Cogitore est une claque. On suit des soldats français en Afghanistan et le film emprunte des chemins inusités dans le cinéma français. J'y reviendrai, mais c'est un premier film de toute beauté. Pour finir la journée (et comme je fais l'impasse sur le Van Sant) direction Un certain regard pour le deuxième film d'Alice Winocour (Augustine) : Maryland. Diane Kruger et Mathias Schoenaerts jouent d'une façon trop monocorde pour enflammer le film qui accumule pas mal de poncifs, tout en étant très bien fait. Du beau monde dans la salle : Céline Sciamma, Noomi Rapace.

 

15 mai

Beau début de journée avec The lobster de Yorgos Lanthimos, fable dystopique dans laquelle les célibataires sont condamnés à être transformés en animaux s'ils ne trouvent pas l'âme soeur en moins de 45 jours. C'est grinçant, cruel, amusant et parfois émouvant. Dans la foulée, le nouveau Woody Allen, Irrational man, s'avère un bon cru. Racé, inattendu et porté par une immense Emma Stone.

Changement total d'ambiance avec le deuxième film en compétition de la journée, Le fils de Saul, du jeune hongrois Laszlo Nemes, dont c'est  le premier film. Il n'y avait probablement qu'une seule façon de filmer les chambres à gaz, et c'est celle ci. Un film coup de poing, terrifiant, mais qui ne prête le flan à aucune polémique. Fin de soirée glamour à la Quinzaine avec le nouveau Desplechin, Trois souvenirs de ma jeunesse. Anecdotique, mais plaisant, à mi-chemin entre Klapisch et Assayas. Du beau monde dans la salle : Fleur Pellerin, Emmanuelle Devos, Céline Sciamma et toute l'équipe du film.

 

14 mai

Mon Festival 2015 commence par un long plan fixe sur Adèle Exarchopoulos, en écho à 2013, et à La vie d'Adèle. Malheureusement, Les anarchistes, le deuxième film d'Eli Wajeman, est engoncé dans un formalisme froid auquel je n'adhère pas du tout. Triste ouverture pour la Semaine de la Critique, dans une salle pourtant bondée. J'enchaîne avec le premier film en compétition, le nouveau Matteo Garrone (Gomorra, Reality). Tale of tales est un conte pour adulte, à la fois sucré et piquant. Son esthétique pourra être de qualifiée de pompeuse (Fellini 2.0) ou de somptueuse suivant le point de vue. Le film m'a bluffé par moment, amusé à d'autres. A la sortie, le juré Guillermo del Toro discute tranquille avec les spectateurs, en sweat à capuche noir et rouge.

Dans l'après-midi, une seule séance pour le Kore-Eda (comme pour le Ceylan en 2014, ce qui ne l'a pas empêché de décrocher la Palme), et donc j'assiste à la montée des marches. J'aime beaucoup ce réalisateur et je pense que Notre petite soeur est une Palme d'Or potentielle. C'est un film magnifique, qui donne la pêche et qui est d'une délicatesse innomable. Fin de soirée pénible à Un certain regard. J'attendais beaucoup de L'étage du dessous, du roumain Radu Muntean (Mardi après Noël). L'intrigue du film est beaucoup trop légère et trop floue. Un court-métrage de dix minutes aurait suffit. La séance commence en retard et je rentre à l'hôtel vers 1h15 du matin...

 

Commenter cet article

Kat 24/05/2015 09:56

Ce fut encore une fois un plaisir de te lire ; merci et à l'année prochaine.

Léda Villetard 17/05/2015 23:11

Bonjour, c'est possible d'aller voir les films du festival de Cannes en avant première en tant que spectateur ? Je ne savais pas, je pensais qu'il fallait être journaliste ou avoir un pass ou je ne sais quoi...

Bellin 16/05/2015 02:56

"7ème Art mon Amour". Le suspense commence pour notre chroniqueur, plus fidèle au poste que jamais, perspicace et si passionné ! Si nous lui prêtons là-bas nos yeux (et notre cœur), c'est ici que nous serons aux aguets ! MERCI.

Benoit 11/05/2015 14:03

j'ai hâte d'y être aussi !

Chris 11/05/2015 20:26

Et ben on s'y croisera peut-être !