Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Christoblog

Articles avec #paul hamy

Peur de rien

Après trois longs-métrages réalisés au Liban, Danielle Arbid tourne Peur de rien en  France. Bien qu'elle s'en défende, il est très tentant de voir dans ce récit d'initiation (et d'intégration) d'une jeune libanaise à Paris, une sorte de manifeste en partie autobiographique.

Sans être exceptionnel, Peur de rien séduit principalement par la fraîcheur de son casting et de sa réalisation.

La jeune Manal Issa, détectée lors d'un casting sauvage, apporte tout d'abord son innocence résolue au film. On a l'impression, et c'est probablement vrai, que l'évolution de son personnage suit en partie celle de l'actrice : d'abord volontaire et maladroite, puis de plus en plus sereine et assurée. Ces trois amants successifs sont joués par des acteurs formidables : Paul Hamy (qu'on verra exploser deux ans plus tard dans le très bon film L'autre continent), Damien Chapelle et enfin Vincent Lacoste, égal à lui-même.

A l'unisson de l'histoire et de son actrice principale, la réalisation est fraîche et enlevée, très proche de ses acteurs, multipliant prises de son directes, caméras subjectives, plans rapprochés. Certaines situations et seconds rôles apportent beaucoup de charme au film (Dominique Blanc en prof, India Hair en jeune royaliste).

Le résultat est un joli portrait de jeune fille devenant jeune femme, doublé d'un sensible récit autour du thème de l'intégration. 


3e

Voir les commentaires

L'autre continent

Quel beau film que ce premier long-métrage de Romain Cogitore (à ne pas confondre avec son frère, Clément, l'auteur de Ni le ciel, ni la terre) !

L'histoire que raconte L'autre continent est très classique, si on se contente de l'envisager sous l'angle de son pitch : un amour fou qui se heurte au drame de la maladie. 

Toute l'originalité du film tient à son traitement plutôt inhabituel : la moitié du récit se déroule à Taipei, l'autre à Strasbourg. Les deux protagonistes parlent plusieurs langues, dont le mandarin. Ils aiment tous les deux les voyages et l'exotisme, et ne s'embarrassent pas de contraintes matérielles. Ce dépaysement léger et profond à la fois nimbe le film d'une aura qui lui donne beaucoup de charme.

L'autre atout de Cogitore est de s'appuyer sur l'interprétation absolument renversante de Deborah François (découverte chez les Dardenne, et qui m'avait impressionnée dans Populaire), irrésistible en femme forte et libre, et dans une moindre mesure celle de Paul Hamy, en géant timide. Leur histoire d'amour est non seulement crédible, mais bouleversante.

La mise en scène est sèche et précise, le montage rigoureux et entraînant, les trouvailles visuelles très réussies et poétiques.

A découvrir si vous ne détester pas écraser une petite larme dans l'obscurité d'une salle de cinéma.

 

3e

Voir les commentaires

L'ornithologue

Ainsi donc, Joao Pedro Rodrigues a-t-il l'insigne honneur de rejoindre mon Panthéon des réalisateurs qui se foutent de la gueule de leur spectateur.

Il siège donc aux côtés de l'inénarrable Albert Serra (dont le Chant des oiseaux est le chef-d'oeuvre absolu de ce genre ingrat), et non loin de d'Alexandr Sokurov, Béla Tarr, Lisandro Alonso et Carlos Reygadas.

Le point commun de tous ces cinéastes de grand renom, encensés par la critique Inrocks/Libé et l'ensemble des grands Festivals, est de proposer des mixtures filmiques qui ne sont compréhensibles que d'eux mêmes. 

En ce qui concerne L'ornithologue, il n'y a probablement qu'une ou deux personnes qui puissent donner du sens à l'assemblage hétéroclite de formes et de thèmes que propose Rodrigues : animaux empaillés dans la forêt, martyrologie gay en slip kangourou et bondage serré, esprit sain(t) sous forme de colombe, documentaire animalier, chanson kitsch de la fin, duo d'asiatiques sadiques en pélérinage pour Compostelle, allusions christiques, etc, etc, etc, on n'en finira pas d'énumérer les effets et les styles qui concourent tous à installer le réalisateur démiurge sur son trône.

L'ensemble du film est tellement barré qu'une question fondamentale se pose : mais pourquoi donc des Amazones parlant latin se retrouvent-elles dans ce brouet mystico-rustique revisité par une esthétique cheap, tendance Pierre et Gilles meets Weerasethakul ?

Tout cela n'a aucun sens, ne procure aucune sensation ni émotion, et c'est d'autant plus regrettable que Rodrigues possède à l'évidence une capacité immense à filmer.

En résumé, et même en admettant que le réalisateur est honnête, force est de constater que sa démarche est peu respectueuse de la bêtise de ses spectateurs, dont je fais partie.

 

1e

Voir les commentaires