Christoblog

Une famille respectable

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/31/13/20090795.jpgDifficile de dire précisément de quel genre relève cet élégant film iranien, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs cette année.

 

Au début on pense à un thriller (très belle séquence d'ouverture en caméra subjective), puis à un drame familial avec traumatismes provenant de l'enfance (une sorte de Festen filmé par le Kiarostami des débuts), puis l'intrigue se complique tellement qu'on y comprend plus grand-chose, avant qu'un éclaircissement brutal sur la dernière partie donne au film un faux air de film de mafia.

 

C'est racé, imparfait par bien des aspects et plaisant par d'autres. En creux, Une famille respectable réussit aussi à distiller une vision très critique de la société iranienne contemporaine et offre une plongée dans l'histoire du pays sans concession. 

 

Le cinéma iranien est décidément un des plus prolifiques en talents de toute la planète. Il faut désormais ajouter à la longue liste des cinéastes à suivre le nom de Massoud Bakshi.

 

2e

Commenter cet article

Bannish 19/11/2012 12:15

C’est tellement difficile de connaître la réalité des choses…les témoignages que l’on peut glaner ici ou là auprès d’amis qui restent proches de l’Iran tempèrent bien souvent les images qu’on peut
en avoir de loin. Mais ce film nous redit pourtant bien l’ambiance kafkaïenne qui semble régner jusqu’au cœur de la vie des familles.

Tout à fait d’accord avec Christophe pour dire que le propos semble se disperser un peu tout au long du film, si bien que l’oeuvre peut apparaître comme un Objet Visuel Non Identifié : une sorte de
polar psychosocial peut-être (!) qui présenterait le phénomène religieux comme le faux-nez d’institutions gangrénées par l’hypocrisie, la violence et la corruption, à l’image de la face cachée de
la vie familiale. On pourrait développer longuement, tant les objets de réflexion suggérés par le réalisateur sont nombreux.

En fait, cette mise en scène un peu confuse appelle à réfléchir, et ça, ça m’a bien plu. A noter aussi l’excellent casting, et la qualité d’interprétation des acteurs, qui sont tous très crédibles
(à une exception peut-être, celle du traître). Le rôle principal y est parfait en intellectuel froid, totalement déstabilisé par un retour aux sources ravivant la fragilité, les plaies et les
blessures de l’enfance.

Chris 19/11/2012 17:46



Je partage en tous points ton commentaire, tu devrais vraiment songer à créer ton blog.... !!