Christoblog

The tree of life

Jessica Chastain. EuropaCorp DistributionLa partie centrale de The tree of life, qui nous montre un enfant grandir entre des frères confiants, un père sévère et une mère aimante (magnifique Jessica Chastain) offre probablement les plus beaux moments de cinéma de cette année. Non seulement la virtuosité de Malick y est portée à un suprême niveau, mais on ressens physiquement toute une palette de sensations : la peur, l'émerveillement, la honte, le désespoir, la sensualité, la colère, l'amertume, la cruauté, l'incompréhension, l'éveil des sentiments.

 

Cette partie est tout simplement éblouissante, parsemée de scènes irréelles (la mère vole en dansant, on la voit dans un cercueil de verre) et d'autres terrifiantes de réalisme (un garçon se noie, le père licencié erre dans l'usine, quelqu'un fait un malaise au second plan). Si vous étiez prêt à lire un long article (mais vous ne l'êtes pas), je pourrais écrire 3 pages de commentaires sur toutes les implications scénaristiques, biographiques, esthétiques et psychologiques qui font de cette partie un moment de cinéma qui restera dans la mémoire des cinéphiles.
Cette partie mérite donc 5*.

Malheureusement il y a le reste. A propos de la partie cosmos/dinosaures, je ne suis pas aussi critique que la plupart. J'ai trouvé qu'elle entrait en résonance avec l'histoire de la famille de multiples manières, oniriques et anecdotiques (les enfants trouvent un os de dinosaure, il écrivent le mot volcan, la rivière est toujours la même). L'instant de la mort de l'enfant peut être vu à travers le prisme de la création de l'univers comme à la fois insignifiant et primordial. Cette partie aurait pu être plus courte, c'est vrai.

Le premier passage avec Sean Penn m'a bien plu aussi. La vie dans le gratte-ciel est montrée comme dans un rêve, et les souvenirs d'enfance viennent contaminer la réalité d'une superbe manière.

Pour ma part, ce sont les scènes finales qui m'ont gâché le plaisir : niaisement new age, sans émotions ni inventivité. Le film se termine sur une note vraiment vulgaire et plutôt désagréable.

Je ne me suis absolument pas ennuyé. Trois personnes sont parties avant la fin et quelques excités ont applaudis à la fin, cela faisait longtemps que je n'avais pas vécu ce double effet en salle, typique des films cultes. Une expérience de cinéma intense bien qu'imparfaite.

Lire aussi : Pourquoi The tree of life mérite sa palme

 

3e

Commenter cet article

Bob Morane 28/05/2011 08:26

J'ai trouvé ça aussi chiant que 2001 odyssée de l'espace. Très lent, très long, très cntemplatif, alors qu'en effet, un très bon film était là.

Anatole 25/05/2011 15:40

C'est amusant de voir à quel point les avis et interprétations divergent.
En sortant je sentais pourtant bien qu'il aurait sans sa place dans le palmarès (même si je n'avais pas pu voir les autres films).
Je vois pas le film comme "pro-chrétien", certes il est spirituel, et la bible est citée à de nombreuses reprises, mais la création du monde n'est pas fidèle à celle évoquée dans la Genèse, et je pense que l'on peut ne pas être fidèle à une religion sans être pourtant purement matérialise, je pense qu'on peut quand même avoir une dimension spirituelle et pour moi c'est clairement un des thèmes du film. Ces scènes sont loin d'être anecdotiques, certes c'est la partie "famille" qui prime (au moins sur la longueur) mais je trouve qu'ignorer la partie "création du monde" ça serait comme réduire 2001 à un "film de sf" (ce qui est en partie vraie et en partie faux). Par contre je suis pleinement d'accord sur le kitsch de la fin.
Et c'est aussi vrai que dans ma salle j'entendais plutôt des "mais qu'est-ce que je fous là ?" suivi des rires de toute la salle (véridique) et de nombreux soufflements, aussi le film est controversé dans les critiques. On verra comment le film vieillira.

ffred 23/05/2011 01:06

Quel gâchis ! quelle prétention ! Quel mysticisme à la noix ! Quel ratage ! Quelle déception ! Quel beau commentaire Mymp ! Quelle palme non méritée ! Etc etc etc...

mymp 22/05/2011 21:49

Non, non, non et non. C'est tout le film qui est vulgaire et désagréable, pourquoi juste la fin ? Cher Chris, j'attends avec impatience, moi aussi, les 3 pages de commentaires sur les soi-disant "implications" scénaristiques, etc.

Gagor 22/05/2011 20:02

Eh bien, Palme d'Or... Je ne suis pas contre!