Christoblog

Summertime

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/07/94/20128370.jpgAlors d'abord, parlons du titre, une fois n'est pas coutume. Traduire le titre original,The dynamiter, par Summertime, il faut oser. Ceci dit, et pour une fois, il me semble plus logique que le film s'appelle Summertime que The dynamiter. Le film baigne en effet plus dans une atmosphère évoquant un été sudiste que dans une ambiance explosive.

 

Robbie a 14 ans. Son père a disparu, sa mère est partie en Californie. Robbie est donc l'homme de la maison, veillant sur sa grand-mère impotente, son chien, et un demi-frère un peu grassouillet. L'ordre des choses est un peu bouleversé quand le frère aîné, Lucas, est de retour. Feignant, beau gosse, et même un peu gigolo, il va à la fois déniaiser son jeune frère et pousser sa patience à bout.

 

Ce beau film, très typé Sundance, évoque irrésistiblement les plus belles réussites du cinéma US indépendant récent : une sorte de Winter's bone estival, de Bellflower assagi, de Take Shelter naturaliste, de Martha Marcy May Marlene campagnard, de Blue Valentine fraternel. Nous n'allons pas nous plaindre de ce revival américain qui nous offre des films aussi délicatement tramé que Summertime.

 

Matthew Gordon parvient à distiller une sorte d'optimisme forcené à travers son héros obstinément volontariste, qui oppose aux vicissitudes d'une vie de quasi-orphelin la volonté farouche de (s'en) sortir. Ses relations balbutiantes à l'autre sexe, en contraste avec sa relative maturité, apparaissent comme particulièrement touchantes. 

 

Le film est une ode élégiaque à cet entre-deux âges où l'ado n'est pas encore un homme et déjà plus un enfant.

 

3e

Commenter cet article

dasola 18/07/2012 17:09

Bonjour Chris, film vu et pas encore commenté: j'ai adoré la maîtrise du réalisateur de film au plus près des acteurs. Le jeune William Ruffin qui joue Robert Hendrick est remarquable. L'Amérique,
c'est aussi tous ces laissés pour compte. Bonne après-midi.

Chris 31/08/2012 23:36



Un etrès bonne surprise, supérieure pour moi aux films de Jeff Nichols, dont on parle plus et qui sont dans la même veine...



Félix 18/07/2012 14:34

Tu me confortes dans mon envie d'aller voir ce film ! :)

Chris 31/08/2012 23:36



Tu y es allé finalement ?