Christoblog

Rabbit hole

Nicole Kidman & Miles Teller. Haut et CourtRabbit hole parle du deuil d'un enfant et se heurte à un premier problème : des cinéastes de talent ont traité récemment du même sujet, et avec une autre réussite. Je pense entre autres à Moretti (La chambre du fils), Egoyan (De beaux lendemains), Arnold (Red road), les Dardenne (Le fils).

La succession est donc difficile.

Deuxième problème : l'acteur masculin, Aaron Eckhart. Tablettes de chocolat à la place des abdos, brushing impec, machoire carrée, oeil de cocker battu, il ressemble à s'y méprendre à Ken, le copain de Barbie, l'expressivité en moins. Dire qu'il est nul n'est qu'un pâle reflet de la réalité.

Troisième problème : un scénario convenu, conformiste, américain (triple pléonasme !). Tous les poncifs nous sont donc servis sur le sujet : le tri des jouets, le pétage de plomb au supermarché, la thérapie de groupe genre Alcooliques Anonymes, la tentation d'aller promener la zigounette ailleurs après 8 mois d'abstinence (oh, et puis non, ce serait trop con !), soyons fous, tapons nous un petit joint sur le parking (trop démeeeeeent), et à la fin tout le monde se réconcilia autour d'un so american way of life BARBECUE...

Tout cela est tellement sirupeux et insignifiant à la fois - comme du sirop d'érable qu'on aurait oublié au soleil sur une table de pique-nique - qu'on en vient à souhaiter QUE TOUT LE MONDE TUE TOUT LE MONDE, et sur une musique de heavy metal, qui plus est.

Bref.

Celle qui qui sauve (un peu) le film est Nicole Kidman. Une actrice botoxée que je déteste (elle a épousé le nain scientologue) et que je respecte à la fois (elle l'a quitté). D'habitude, sa façon de jouer cul et bouche serrés m'horripile, mais là, et ça me fait mal de le dire, elle est pas trop mal.

C'est elle qui m'empêche de descendre le film complètement et de lui infliger un piteux *, punition réservée aux plus immondes étrons de l'industrie cinématographique.  Des commentaires ?

 

2e

Commenter cet article

heavenlycreature 13/05/2011 19:17

;-)

Chris 12/05/2011 21:31

@ heavenlycreature : tu n'as qu'à dire que ceux qui n'ont pas apprécié sont des gros bourrins et ce sera plus clair !

La réalité c'est que le film est très médiocre, que sa mise en scène est conventionnelle à en mourir, et que les acteurs sont nuls. Le scénario est aussi très convenu (variante du syndrome de Stockholm, etc...).

TANK 12/05/2011 18:01

Rude rude avec Kidman. Il n'y a aucun autre film où tu l'as trouvée bien ?

heavenlycreature 12/05/2011 11:58

Bah non, je persiste, la réalisation de John Cameron Mitchell est "douce" (j'aime pas trop le mot mais je sais pas comment exprimer l'idée...), il réussit à être léger en évoquant un thème lourd. Je ressens comme un état d'apesanteur devant ses films (je pense également à Shortbus)... sa mise en scène est subtile et pas du tout ostentatoire (petit bémol sur le mini flash back qui revient sur l'accident mais heureusement ça ne dure que quelques secondes)... c'est très juste... très loin d'être vide... sans doute une œuvre qui nécessite une certaine sensibilité pour être apprécié... :)

Hérodonte 12/05/2011 10:58

C'est tellement plat au niveau de la mise en scène. C'est du déjà-vu. Quand je vois " douceur et subtile" pour parler de la réalisation, ça cache surtout le vide.