Christoblog

Le quattro volte

Les Films du LosangeQuel film étonnant !

Raconter le synopsis n'est pas chose facile. Un vieux berger tousse beaucoup. Il se soigne en mélangeant de la poussière ramassée à l'église et mélangée à de l'eau. Un jour, il perd la précieuse poussière en faisant ses besoins. Il va à l'église, qui est fermée. Il meurt. On suit ensuite la naissance d'un chevreau puis son apprentissage. Il se perd, et échoue au pied d'un arbre. Le film décrit ensuite la vie de l'arbre, jusqu'à ce qu'il serve de mât pour une fête de village. L'arbre finit en charbon de bois, puis en fumée, dans une sorte de féerie vaporeuse de toute beauté.

C'est beau, magnifiquement lent, cadré avec une rare élégance et tous les éléments de la nature semblent littéralement habités. Les jeux de lumière magnifient les objets filmés. Pourtant, il serait inexact de parler de panthéisme, ou de réincarnation, car le film n'est ni religieux, ni fantastique. Il est ... il est ... ce qu'Oncle Boonmee n'a pas pu ou su être !

Passée la première demi-heure un peu convenue, le film parvient à une densité rarement vue, et tout cela sans aucun dialogue.

Si j'avais vu le film avant de faire mon classement 2010, il n'aurait pas été loin d'intégrer mon Top 20 : un vrai espoir pour le cinéma italien, passablement sinistré.

3e

Commenter cet article

fredastair 24/02/2011 23:08

Je viens de le voir, presque à tout hasard, et je n'ai pas été déçu du voyage. Heureusement qu'il y a des blogs comme le tien pour faire connaître ce genre de pépites inaperçues!

Entre fiction et documentaire, Frammartino ne tranche pas, uniquement soucieux d'ouvrir une parenthèse poétique et naturaliste dans notre monde de brutes. A la manière d'"Oncle Boonmee" (que tu n'avais pas aimé). Comme toi, si je l'avais découvert avant d'établir mon top de l'année, celui-ci l'aurait intégré (et plutôt vers le haut du panier) : l'un des plus beaux films de 2010, en toute sérénité.

Jul 22/01/2011 17:13

Un des meilleurs films de l'année, qui réussit à nous émouvoir de façon très subtile face à des sujets aussi simples et oubliés du monde actuel (l'animal, le végétal, et surtout l'âme de la nature). Chapeau vraiment !
Cela dit je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur le fait que le cinéma italien serait sinistré, il a produit d'excellents films pendant la décennie 2000 (Gomorra en tête mais aussi Amore, Romanzo criminale, Il divo, Le Caïman, La giusta distanzia, La prima cosa bella, Le déjeuner du 15 août ...), bref un cinéma à ne vraiment pas négliger !

cinemarium 11/01/2011 23:00

Un film puissantEntièrement d'accord avec cet article: Le Quattro Volte est un film subtil, rare et poétique.