Christoblog

Quantum of solace

Daniel Craig. Sony Pictures Releasing FranceJ'ai fait partie de ceux qui avaient été bluffé par Casino Royale. J'avais vu le film à Paris, dans une salle comble qui avait applaudi à la fin ! Le film m'avait enthousiasmé, non pas en tant que Bond, car je ne suis pas spécialement fan de 007, mais simplement en tant que film d'action / sentiments. Je l'avais trouvé intéressant au niveau du scénario, du rythme, de la parfaite exploitation des paysages et des décors (le casino au Monténégro était particulièrement réussi), du suspense, de l'épaisseur des personnages (Craig et Eva Green, excellents tous les deux et formant un beau couple, il faut le dire).

Quantum of Solace se présente comme une suite de Casino Royale, mais il n'en est que le codicille raté.

Reprenons point par point les qualités de Casino royale.
Le scénario est cette fois inintéressant (malgré la signature du très bon et expérimenté Paul Haggis qui réalise lui-même des films honnêtes comme Dans la vallée d'Elah ou Collision). Les paysages traversés sont mal exploités (Bolivie, Italie, Haiti) et les manifestations filmées (le palio à Sienne, l'opéra) semblent lourdement "plaquées" sur l'histoire et ne s'y intègrent pas.

L'exploration des sentiments reste très superficielle et même caricaturale (oh oh la petite fille témoin de la mort de sa mère et de sa soeur se vengera-t'elle ? oh oh, et alors Bond le fera lui aussi ?). Craig est toujours assez charismatique mais son jeu très fermé, très "je serre les machoires et je fonce", très "je suis un bloc noir de reseentiment et je ne sourirai pas, non, non", Olga Kurylenko. Sony Pictures Releasing Franceuse un peu.

Amalric, que j'adore, fait un méchant potable mais notablement sous exploité. Olga Kurylenka a des petits airs de Sophie Marceau jeune, mais son jeu n'a pas la subtilité de celui d'Eva Green.

Enfin là où Casino Royale optait pour un réalisme violent et simpliste, Quantum nous sert de nouveau quelques scènes qui franchissent la limite du crédible (le saut en parachute, le festival de pyrotechnie dans le désert).

Bref pas grand-chose à sauver dans le film, qui en plus manque singulièrement de rythme : vous avez déjà vu Bond rester 10 minutes assis sur une moto sans rien faire ?

A revoir.

 

1e

Commenter cet article

Garytheone 28/02/2010 13:59

Je ne peux être que d'accord avec toi.

Casino Royale (avec le -e à la fin ;)) est sûrement le James Bond le plus maitrisé et le plus réussi de toute la saga. Je loue les qualités de ce film depuis qu'il est sorti, et je n'arrive pas à m'en remettre (je combat d'ailleurs férocement les détracteurs de ce film !)

Quantum of solace était attendu au tournant, c'est un fait. Un autre fait c'est que Marc Forster a tenté de ré-éditer le tour de force de Campbell sans imprégner sa touche personnelle.

Il s'agit du premier Bond qui suit directement (chronologiquement et scénaristiquement) son prédécesseur, et le problème se situe dans le fait que Forster ne s'est essayé qu'à recréer l'effort de Campbell pour dynamiser la franchise, sans prendre de distance avec son film.

C'est un ratage complet et amer, le raté le plus amer de ces dernières années car j'en attendais beaucoup.

Une réelle déception (même pour Craig qui ne sauve pas le film par son jeu).