Christoblog

Né quelque part

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/96/77/48/20529460.jpgLes bons sentiments font rarement de bons films. Né quelque part en apporte une nouvelle fois la preuve.

Farid doit se rendre en Algérie pour sauver la maison de son père. Il découvre un pays qu'il ne connaît pas, remplis de personnages fort sympathiques et truculents (dont Djamel en voyou sympathique, et surtout l'excellent Fatsah Bouyahme, en photo ci-contre). Sans dévoiler l'intrigue, au demeurant fort mince, disons qu'il va se voir dépouillé de ses papiers et devoir tenter un passage clandestin vers la France.

Le réalisateur Mohamed Hamidi veut parler de trop de sujets à la fois : la situation politique en Algérie, les relations avec l'ancien colonisateur, le drame des clandestins, la joie de vivre d'une petite communauté villageoise, le souvenir de l'exil pour les plus anciens, l'amour au bled, le marché noir... Chacun est traité trop superficiellement pour émouvoir ou intéresser vraiment. 

L'autre problème du film est l'aspect totalement lisse de l'acteur principal Tewfik Jallab, dont on se demande s'il n'a pas été choisi pour son physique de beau gosse plutôt que pour ses talents d'acteurs, qui se réduisent surtout à jouer le mec qui a du mal à se réveiller le matin.

Les vraies bonnes scènes du film se passent toutes au Café du village, microcosme attachant donnant lieu à de réjouissantes scène pagnolesque souvent centrées sur l'utilisation du téléphone public et de son "réceptionniste".

Je me demande pourquoi Thierry Frémaux à décidé in extremis d'ajouter ce film très moyen à la sélection officielle du Festival de Cannes 2013.

 

2e

Commenter cet article

laconde 12/07/2013 13:24

un peu dur le commentaire mais ayant eu la chance de visionner ce fil avec une native d'Oran, un couple d'ex enseignants en AFN et dans une salle avec un public très interrogatif sur les relations
paradoxales Algérie France, j'ai vraiment été très sensible à ce film (bien au delà d'un aspect bon sentiment ou mélo), à titre de commentaire je vais citer Eduardo Galeano
“Lorsqu’elle est vraiment vivante, la mémoire ne contemple pas l’histoire mais elle incite à la faire. Davantage que dans les musées où la malheureuse s’ennuie, la mémoire est dans l’air que nous
respirons. Et dans l’air elle nous respire... La mémoire vivante n’est pas née pour servir d’ancre. Elle a plutôt vocation à être une catapulte. Elle ne veut pas être havre d’arrivée mais port de
départ. Elle ne renie pas la nostalgie, mais elle lui préfère l’espoir, ses dangers, ses intempéries. Les Grecs pensaient que la mémoire était fille du temps et de la mer; ils n’avaient pas
tort”.
cdlt !