Christoblog

Margin call

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/78/77/19786946.jpgL'idée n'était pas mauvaise : raconter de l'intérieur et en temps réel (ou presque) une catastrophe ressemblant à la chute de Lehman Brothers.

Le problème c'est que Margin call, sur cette bonne base, parvient à rater tout ce qu'il entreprend, et ce, malgré un casting carrément étoilé : Jeremy Irons, Kevin Spicey, Demi Moore, et le photogénique Zachary Spock Quinto (Star trek).

Le scénario est au départ trop simple (toute la faillite du système financier mondial tient sur une clé USB), puis trop compliqué (MSB, kesaco ?), et enfin trop démonstratif. La conclusion du film est en effet simpliste : le bon (Kevin Spicey) fait des vilaines choses par sens du devoir, parce que "si c'est pas lui, ce sera un autre". Et aussi parce que sa chienne est morte. Le méchant est cynique, mais de tout temps le capitalisme a besoin de méchants cyniques qui gagnent. Voilà.

Plusieurs personnages sont hyper-caricaturaux, réduits à des silhouettes (comme les traders, qu'on ne voit même pas en action), et le film manque cruellement de rythme, d'enjeux dramatiques, de tension. La mise en scène est proprement affligeante, le réalisateur ne parvenant même pas à faire des champ/contrechamp raccord.

On s'ennuie donc ferme. Je me suis demandé pourquoi j'étais en train de regarder des personnes regarder le soleil se lever : je devrais le faire moi-même, l'effet serait plus frappant, et pour moins cher.

 

1e

Commenter cet article

Nelly MOALIGOU 17/05/2012 16:52

Merci pour ces précisions... Je me méfiais un peu après avoir découvert que ce jeune réalisateur se gardait bien de fustiger le monde financier dans ce qu'il a de plus obscène, sans doute une
précaution par rapport aux businessmen qui l'entourent ?

http://www.telerama.fr/cinema/trois-questions-a-j-c-chandor-realisateur-de-margin-call-je-voulais-faire-la-lumiere-sur-monde-de-la-finance,81037.php

Moi 15/05/2012 00:24

Ah ! Elle est belle, juste et impitoyable cette critique :) Manque juste le conseil pour quitter le monde de la finance en de bons termes : INSIDE JOB ! C'est un docu mais ça explique bien comment
on se fait avoir par les banques ! Ce docus devrait être en libre diffusion !

En passant je déplore le nombre de critiques qui disent avoir compris la crise en regardant ce film : Les gens vont sortir de ce film en croyant qu'il n'y a rien à comprendre à la finance, trop
compliqué, genre même les financiers n'y comprennent rien et qu'il n'y a pas de solution à la crise !

Chris 15/05/2012 18:08



Absolument, je partage ce que tu dis : la vision que donne le film de la Finance est doublement trompeuse : glamour et stratégique, alors qu'en réalité, c'est le bruit et la fureur.



Hallyne 15/05/2012 00:03

Le film manque cruellement de tension, je suis d'accord...

Chris 15/05/2012 18:09



C'est ça, et c'est bien dommage !



fredastair 12/05/2012 12:58

Kevin Spicey ? Oulah, le jeu du comédien m'a paru moins épicé que jamais pourtant ^^

Tu es un peu dur, et tu es un peu juste. Ça reste relativement efficace, le film échappant d'ailleurs au cliché trop facile du "tous pourris". C'est plutôt bien mené, avec un minimum d'implication
émotionnelle, comme un bon épisode de série télé. On peut ne pas s'en contenter, je le comprends, d'autant plus que la mise en scène est - comme tu le soulignes - loin d'être extraordinaire.

Chris 13/05/2012 19:29



Quelles longueurs quand même ! Je pense au même film avec Aaron Sorkin au scénario, et Boyle, Soderbergh ou Fincher aux manettes : pas pareil, je pense...



Arnaud 05/05/2012 17:01

Je n'ai pas aimé non plus. Le film est très ennuyeux. Il y a un énorme manque de savoir-faire dans la dramatisation. Les enjeux ne sont pas bien posés et le développement est inexistant. C'est
lourdingue comme film.

Chris 05/05/2012 23:28



Absolument, tu résumes parfaitement mon sentiment.