Christoblog

Lost, S6, 6ème épisode

Jorge Garcia. ABC StudiosCe billet va tenter de résumer ce que je pense du début de la dernière saison de Lost, SANS GROS SPOILERS.

D'abord, c'est peu de chose que de dire que tous les fans attendaient cette ultime saison avec la dernière impatience. Sur le site Lostpedia, ou sur Allociné, un référencement des mystères à éclaircir après 5 saisons dépassent la cinquantaine.

De plus le vent de folie qui avait couru tout le long de la saison 5 avec des sauts dans le temps incessants (surtout au début) avaient tourneboulé plus d'un repère, et fait plonger la série dans un incroyable n'importe quoi plaisamment foutraque. La série était devenue un mythe, et les spectateurs patients qui avaient tenus jusque là (supportant le visionnage d'une dizaine - ou plus - d'épisodes ennuyeux ou indigestes) se voyaient justement récompensés.

Alors autant le dire, la saison 6 ne démarre pas du tout sur les mêmes bases. Pour faire court, elle ressemble plutôt à une sorte de miroir de la saison 1. L'innovation principale (et ce n'est pas un gros de spoiler de le dire, car ce mécanisme apparaît dans les 10 premières minutes du premier épisode) consiste à montrer deux réalités (du moins le suppose t'on) parallèles : on suit à la fois nos Losties sur lîle, comme si la manoeuvre de la fin de la saison 5 avait échoué, ET aussi à Los Angeles, comme si elle avait fonctionné. Artifice spécieux de ceux qui ne savent pas choisir ou projet suprême du showrunner : c'est la première question.

Les épisodes s'enchaînent ensuite suivant une mécanique bien rôdée : alternance de temps présent et de ce que les internautes ont baptisés les "flashsideways" (car ni les termes "flashbacks" ou "flahforwards" ne correspondent à la situation). Chaque épisode est centré sur un personnage qu'on va suivre particulièrement, dans les deux réalités.

D'où la deuxième question : est ce que cette monotonie va durer longtemps ? Parce que, comme dans d'autres saisons (et la 1 en particulier), l'intérêt varie énormément suivant le sujet : un Kate-centric est évidemment 100 fois plus ennuyeux qu'un Locke-centric. La monotonie engendre l'ennui, et seul le personnage d'Hurley, et partiellement celui de Locke, permettent d'y échapper pour l'instant.

Sur les mystères, on en apprend un peu, mais ce qui ce dévoile progressivement est très prévisible, d'où une troisième question : Lost va t'il nous la jouer convenu dans la dernière ligne droite. Ce serait dommage et à mon avis étonnant.

Voilà, je m'arrête là pour aujourd'hui. Vous l'avez compris je suis très dubitatif pour l'instant, mais la série nous a habitué à de tels retournements de situation que... prudence !

 

2e

Commenter cet article

Gabriel 20/03/2010 14:40

J'ai un peu le même sentiment.
Pour l'instant, pas grand chose de neuf, ça traine, et sans forcément se développer (à part jack et son fils, j'ai bien aimé). J'espère une bonne surprise en apprenant à la fin que les flashes sideways sont en fait plus importants qu'on ne le pense...

Par contre le prochain épisode, un richard-centric qui fait beaucoup de promesses, a de quoi changer la donne (comme, parait-il, l'épisode 15, qui raconterait ce qui se passe en 23 avant JC, racontant toute l'histoire de Jacob et son antagoniste). Je reste accroché ;) D'ailleurs j'écrirai surement un article la semaine prochaine si le prochain épisode apporte vraiment quelque chose.

Il ne faut surtout pas que Lost perde de vue ce qui fait sa force : sa capacité à raconter la condition humaine par des images, des mystères, du mystique.
Plutot que la scène du phare purement explicative (ça donne une réponse, génial, mais ça sert à rien, évidemment, maintenant qu'on le sait...), j'aurai préféré par exemple un flash back avec jacob qui regarde la vie de ses candidats. Parce que Lost sait parfaitement gérer la forme dès qu'il s'agit de jouer un morceau de cinéma.
C'est la carte qu'il faut jouer à fond, et c'est ce que j'attend.


PS : la saison 5 était géniale... ambiance 70's de la dharma, thème de l'expérience, de la fin du monde, et, au cours des voyages dans le temps, de la capacité de l'homme à agir sur son destin ou non, collant parfaitement à la révélation parallalèle de jacob : qui joue les dieux, sur cette île ?

Garytheone 13/03/2010 16:21

Je trouve assez ennuyeux d'adopter une fois de plus pour la dernière ligne droite ce schéma "épisode centré sur un personnage".

Les mystères sont nombreux, la mythologie se découvre, et eux ils nous embêtent toujours avec des épisodes qui s'attardent à compter des histoires sans intérêt !

Ça m'embête d'autant plus que les secrets ont toujours été bien gardés et que cette dernière saison devrait révéler plus que ça.

Bref un peu déçu quand même, ça m'ennuie plus qu'autre chose de voir la vie des personnages si la manœuvre de fin de saison dernière avait échouée.