Christoblog

Lincoln

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/92/83/85/20441812.jpgLincoln est probablement un personnage intéressant. Le problème, c'est que le film de Spielberg n'en donne qu'un très vague aperçu.

Il est curieux de constater comment le réalisateur novateur et inventeur de formes qu'était Spielberg a ses débuts s'ossifie progressivement, pour devenir petit à petit un formaliste empesé.

Tout sonne faux dans Lincoln. Daniel Day Lewis peine à varier ses expressions, les autres acteurs se contentent de dessiner des silhouettes, les éclairages sont outrés, les décors ressemblent à des décors, etc... Je ne suis jamais parvenu à entrer dans l'histoire qui nous est contée, d'autant plus que le scénario est d'une faiblesse criarde.

Le suspense du vote devant conduire à l'adoption du 13ème amendement, abolissant l'esclavage, est en quelque sorte sabordé, complètement sous-exploité, à tel point que la scène finale en devient presque incompréhensible (alors que le pays entier compte les oui et les non, aucune des deux parties n'anticipe le résultat final, alors qu'il se dessine de façon évidente). Les scénaristes de Borgen auraient du être appelés en renfort ! Les arguties politiques incompréhensibles, les culs-de-sac narratifs, les invraisemblances évidentes, les raccourcis sur le contexte familial : tous ces éléments conduisent à demander aux scénaristes de rendre immédiatement leurs salaires.

Académique, ampoulé, factice, le film cumule approximativement les mêmes défauts que Cheval de guerre, et il y a de fortes chances que si vous avez aimer l'un, vous aimerez l'autre, et inversement.

Le plus étrange est que la fin même de Lincoln ne nous arrache aucune larme, alors que les grosses ficelles du scénario nous inspirent plutôt des sourires condescendants (oh, le brave député anti-esclavagiste qui aime sa servante noire, et couche avec elle).

Reste toutefois, en ces temps de loi sur le mariage pour tous, une réflexion stimulante sur le concept d'égalité.

 

2e

Commenter cet article

Le Veilleur 12/02/2013 11:27

C'est triste de voir des gens (j'inclue les débiles des commentaires) ne rien comprendre à la différence qui existe entre facture classique d'un film et académisme, Lincoln est tout sauf
académique, mais sans doute faut-il s'y connaitre en technique en cinéma pour s'en rendre compte...

Chris 12/02/2013 19:31



Oui, sans doute le faut-il... mais l'illustre Veilleur daignerait-il éclairer notre océan d'ignorance par des arguments plus développés ?



monsieur prudhomme 10/02/2013 21:10

Oui en effet, tout sonne faux dans ce film. Que dire de plus ?

Chris 11/02/2013 13:59



Rien ! Si ce n'est que des éléments purement informatifs empêchent de dire que c'est complètement nul....



julien77140 06/02/2013 10:33

Tout à fait d'accord avec ta critique, rien à redire, "tout est faux dans lincoln"... alors pourquoi attribuer quand même deux étoiles à ce film qui n'en vaut même pas une?

Amélie 03/02/2013 18:13

J'ai pour ma part trouvé Day-Lewis exceptionnel (comme toujours), mais je te suis sur les autres points. Film trop académique, qui tourne vite au soporifique. Je ne comprends pas l'engouement des
critiques, c'est peut-être une certaine forme de snobisme.

Chris 05/02/2013 20:40



C'est vrai que l'engouement général est assez incroyable vu l'aspect un peu bancal du film, qui est me semble-t-il évident.



Bannish 02/02/2013 19:26

Tu as moins de 12 ans ? Tu regardes souvent TF1 ? alors tu vas te régaler : des zentils, des méssants, des grands et des tré-tré bons et beaux sentiments, de la sentence pompeuse en
veux-tu-en-voilà, de l'union après de l'épreuve (et en plus c'est sous le regard du monde, suspendu au charisme de celui et ceux qui diront 'non'...enfin 'oui'),et puis humm...des regards entendus,
tout au long du fimm, et puis l'acteur qu'est-ce qu'il joue bien.

11 nominations aux Oscars ??? pour le scénario dans la catégorie biopics, je suis d'accord ah. Bon, si t'es fatigué et avec le cerveau en berne, ça se regarde sans peine, comme une sorte de grosse
prod Walt Disney un dimanche de pluie avec les petits, voilà c'est tout.

Quant à la "réflexion sur le concept d'égalité", en ces temps d'hystérie sociétale, c'est vrai qu'il est toujours bon de rappeler que certains grands combats pour l'égalité ont fait et font encore
honneur à l'histoire de l'humanité.
A ne pas confondre svp avec les "fake" ou autres pures escroqueries intellectuelles qu'on nous inflige à l'arme blanche, de façon éhontée, sournoisement et avec une telle habileté que cela va
jusqu'à polluer les ptites têtes de têtards des meilleurs d'entre nous...pfff...sont forts ! Le film conclut que la fin justifie les moyens. On est dans l'sujet.