Christoblog

Les infidèles

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/85/95/20004907.jpgJe vais en suprendre plus d'un mais j'ai plutôt aimé Les Infidèles, qui n'est pas le sommet de beaufitude que la bande-annonce pouvait laisser craindre.

 

Le film démarre pourtant plutôt mal avec un prologue signé Cavayé, qui brasse les clichés les plus sexistes qu'on puisse imaginer. On se demande si le film va poursuivre dans cette veine bien grasse, qui peut certes être lue au xième degré (la fin du film le démontrera), mais aussi au premier.

 

Le premier interlude salace d'Alexandre Courtès qui suit immédiatement, renforce le sentiment de malaise que fait naître le début du film : les blagues potaches reléguant la femme à une enveloppe de bimbo décérébrée vont-elles se succéder ?

 

Heureusement non, car le premier véritable sketch, tourné par Hazanavicius, est tout à fait exceptionnel. Ce dernier excelle décidément à installer des ambiances qui flirtent avec la parodie tout en semblant extrêmement réalistes. Ici, on est dans un séminaire d'entreprise d'engrais (?!), logé dans hôtel minable au milieu de nulle part. Dujardin, qui passe 24h à essayer d'être infidèle sans y parvenir, s'y révèle très bon, subissant de front toute une palette d'humiliations.

 

Dans le deuxième sketch, filmé par la caméra sensible d'Emmanuelle Bercot, la mise en abyme du couple Dujardin / Lamy produit un effet saisissant. Le fond n'est guère original, mais la forme est intéressante.

 

La troisième partie, filmée par Lartigau, est une histoire de Lolita triste et grinçante. Lelouch joue assez justement un certain type de déchéance, et Dujardin y est méconnaissable.

 

Les interludes paillards de Courtès font mouche avec un Canet très bon en érotomane "au pull sur les épaules noué par les manches", et un Manu Payet ENORME en obsédé de femmes mûres et de bondages acrobatiques. Sandrine Kiberlain s'amuse comme une folle en animatrice des Adultères Anonymes. La fin du film nous ballade entre plusieurs fins possibles, et l'épisode de Vegas va faire beaucoup jaser.

 

Le film est déroutant, et la référence au cinéma italien que Dujardin utilise dans ses interviews est assez justifiée. Le scandale des affiches est en tout cas bien ridicule au vu du contenu du film, qui, s'il ne présente pas une image très flatteuse des femmes (mais ce n'est pas son sujet) n'épargne pas plus l'image du mâle.

 

3e

Commenter cet article

pierreAfeu 18/07/2012 23:27

Je n'avais pas sorti la sulfateuse, donc nul besoin de la ranger. Voilà un film très réussi, y compris dans ses parties grasses.

Chris 31/08/2012 23:35



Etonnant.



heavenlycreature 16/07/2012 09:10

Vu hier en séance de rattrapage, j'ai aussi beaucoup plus aimé que ce je pensais.

Chris 17/07/2012 19:57



Oui, on sort la sulfateuse par avance et on est obligé de la ranger !



ffred 02/03/2012 00:18

Oui j'ai trouvé que c'était une bonne surprise... Drôle et a la fois les mecs s'en prennent la gueule...