Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Christoblog

Le tableau

le-tableau.jpgL'animation française confirme d'année en année sa bonne santé. Après Michel Ocelot, Jacques Rémy Girerd, et Sylvain Chomet (entre autres), voici donc le nouveau film d'un réalisateur rare : Jean François Laguionie, 72 ans.

 

Nous sommes dans un tableau. Trois sortes de personnages : les Toupins (qui sont tout peints), les Pafinis (qui ne sont pas finis) et les Reufs (au stade de l'esquisse). Le début du film, qui nous présente les rapports entre ces trois castes, est passionnant. On sent que ce monde est riche en métaphores de divers types (les classes sociales, la discrimination raciale, le passage de l'enfance à l'âge adulte).

 

Ce qui enchante également, c'est l'incroyable talent de coloriste que révèle le film. Certains plans sont d'une beauté irréelle.

 

Dans un deuxième temps, trois personnages vont chercher à s'échapper du tableau pour retrouver le peintre, et faire en sorte que chacun puisse être terminé. Si cette quête réserve quelques très beaux plans (comme la chute hors du cadre), on pourra la trouver un peu plus lassante, et moins originale que la première partie. Le rythme du film dans sa partie médiane souffre donc d'une chute de régime, qui rend plus évident l'aspect rustique de l'animation elle-même.

 

La fin manque un peu de sel : changer de couleur pour changer de classe parait un raccourci un peu simplificateur, voire douteux, si on l'applique aux couleurs de peau humaines (je n'ai pu m'empêcher de penser à Michael Jackson). D'une certaine façon j'aurais préféré pour la beauté du geste que les Pafinis mettent un point d'honneur à rester Pafinis (ce que fait d'ailleurs la jeune fille qui s'échappe à la fin du film).

 

Ces petites réserves ne doivent pas vous empêcher d'aller voir ce film étonnant et plastiquement très réussi, qui vaut le coup d'oeil.

 

2e

Commenter cet article

C
Vous avez fait la publicité d'une critique très médiocre et qui se termine même par un gros spoil ! Merci l'artiste !
Répondre
C


"Vous avez fait la publicité d'une critique très médiocre" : je ne comprends pas cette phrase ! Quant aux spoils, il y en a dans toutes mes critiques, ou presque, c'est vrai, mais comme personne
n'est obligé de les lire...



P
... je trouvais l'allusion douteuse pour les Pafinis, pas pour Jackson, qui pour moi n'a aucun génie.
Répondre
H
Au fond, on est tous d'accord pour dire que ce film est quand même tout à fait recommandable, non ? :)
Et au moins très joli !
Répondre
G
Du coup, ta (très bonne) reformulation me fait penser qu'effectivement, ç'aurait été encore meilleur si les Pafinis étaient restés tels qu'ils étaient, en conservant l'idée du film pour les Reufs.
Et vu comme ça, l'exemple Jackson passe beaucoup mieux! :)
Répondre
G
Non seulement ils sont acceptés, mais ils sont enviés en plus, eux qui affirment par cette "coloration" leur personnalité. C'est ce que je trouve génial dans cette approche de l'identité, on se la
façonne. Après, oui, c'est un film d'animation, relativement peu naïf à mon sens par rapport à tous les autres. Pour des enfants, c'est une des plus belles approches que j'ai pu voir depuis
longtemps. Après, pour Michael Jackson, bonne défense, mais ça n'a rien à voir avec le politiquement correct, c'est juste que pour moi ça passe pas (d'ailleurs je ne considère toujours pas Michael
Jackson comme un génie). Mais c'est pas grave, parce que la "Chris touch" existe bien, et que pour moi elle est toujours bien meilleure!
Répondre
C


Ouais, mais j'ai failli être vexé. Et je me sens obligé de formuler mon paragraphe différamment.