Christoblog

L'odyssée de Pi

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/31/34/20366143.jpgPour apprécier le dernier film d'Ang Lee il faut aimer les images du type de celle-ci, à gauche.

 

Et ce n'est pas mon cas.

 

Les baleines fluo qui surgissent dans la nuit, les couchers de soleils éblouissants, les bateaux échoués au fond de l'océan façon Titanic, le tout dans un style qui fait passer Yann Arthus-Bertrand pour un photographe trash, très peu pour moi.

 

Je ne suis pas entré dans l'esthétique très artificielle du film (à partir du moment où l'on sait que le tigre est numérique, tout paraît faux), ni d'ailleurs dans le salmigondis mystico panthéiste qui l'enrobe. Que veut dire d'ailleurs cette histoire ? Quelle est sa morale ? On est évidemment très embêté pour le dire tant le film brouille les pistes pour mieux plaire au plus grand monde. La pirouette finale est à ce titre exemplaire : elle dit sans dire, fait un parallèle avec Dieu dont on ne saisit pas le sens, et peut être interprétée comme on le souhaite.

 

Quelques petites choses à sauver dans le film : la 3D bien utilisée (notamment dans le générique de début, une sorte de 40 millions d'amis exotique, avec un très beau nasique, qui ressemble beaucoup à Depardieu, vous ne trouvez pas ?), une première partie en Inde assez joliment filmée et bien montée, et un acteur plutôt bon.

 

Fourre-tout novo-kitsch qui dispense du prêt-à-penser panthéiste.

 

1e

Commenter cet article

fiduce 10/07/2014 02:08

Ce genre de critique me fait jeter le bébé et l'eau du bain de ce blog : je n'ai rien en commun avec celui qui peut écrire ça à propos de ce film.

fiduce 11/07/2014 04:41

Je relis cette critique, et à chaque fois ça m'énerve davantage. Alors on va y aller avec les grands sabots ... expliquer ce que tout le monde aurait du comprendre ...
Non, il n'y a jamais eu de tigre ni aucun autre animal sur ce canot. C'est un canot de sauvetage qui a recueilli des personnages humains présentés dans le film : le serveur du réfectoire est arrivé blessé en tombant de haut sur le canot (le cheval blessé), la mère du héros est arrivé non pas en se tenant à un régime de bananes, mais sans dout à un bouée ou un bois flottant, la hyène, c'est Depardieu le cuisinier qui va cyniquement tuer le serveur ... puis le singe (la mère). Et le tigre qui se dévoile d'un coup, c'est la personnalité du jeune héro qui se réveille et tue le cuisinier (qui ne réagira même pas, sachant qu'il méritait ce sort, et c'est dit dans le film !). De retour parmi les hommes, le tigre (qui est l'esprit combatif du gamin) s'en est naturellement allé.

fiduce 11/07/2014 04:30

Je parierai même que l'auteur de cette super critique n'a même pas compris que le tigre, c'était l'enfant (une partie de lui-même : celui qui se cache en lui et qui s'est révolté quand la hyène, le cuisinier, a tué sa mère, le singe).

fiduce 11/07/2014 04:27

"Fourre-tout novo-kitsch qui dispense du prêt-à-penser panthéiste." ... vraiment ? sérieusement ?
Mais ça veut dire quoi ça ? Ça veut dire qu'on a juste RIEN COMPRIS au film.
Il n'y a pas l'ombre d'une remarque panthéiste ... juste des allégories construites dans la tête d'un personnage (le narrateur, enfant-adolescent).
La balade dans l'île, c'est évidemment une allusion au confort relatif que la folie ou le déni lui aurait apporté, et qui aurait pu le soustraire de la prise de conscience de la tragédie qu'il a vécu (mais ce déni, cette folie, qui le rongerait autant, chaque nuit).

fiduce 11/07/2014 04:20

Et Depardieu (le cuisinier) n'est pas symbolisé par le nasic, mais par la hyène. Cherchez les autres correspondances vous-même (pour chaque animal embarqué sur le canot il y a une correspondance).

fiduce 11/07/2014 04:09

"à partir du moment où l'on sait que le tigre est numérique, tout paraît faux" --> mais tout EST faux. Comment peut-on sérieusement critiquer la photo d'un film quand on DOIT avoir compris (parce qu'on a vu la fin du film avant d'être rentrer chez soi pour taper sur son clavier une critique complètement hors sujet) que l'histoire se passe dans l'imaginaire d'un enfant ?
Toute l'histoire est la mise en forme onirique, faite par un enfant, du destin tragique qu'il a vécu.
Comment peut-on critiquer ce film (et d'autres) si on ne comprend pas l'ambiguïté du récit, ni le code artistique choisis par le réalisateur ? Passer à ce point à coté de ce film, c'est ça qui est surréaliste.

Alex 28/05/2013 00:46

À quand la critique de Brokeback :) ?

Chris 28/05/2013 21:23



Il faudrait que je le revoie. J'avais bien aimé, surtout la deuxième partie.



Lara 17/03/2013 19:22

Oubliez ce que je viens de dire !! Je n'avais pas bien lu ! Donc oui j'adhère la blague .... Shame on me !

Chris 20/03/2013 00:10



C'est pas grave...



Lara 17/03/2013 19:18

Je tiens à dire que si le cuisinier ressemble à Depardieu c'est parce que C'EST DEPARDIEU !!!! Avant de faire une critique sur un film, il faudrait d'abord se renseigner! Et le pire c'est d'avoir
cru que ce n'étais qu'une ressemblance... ça se prend pour un critique mais ... Je ne suis pas fan de cet acteur mais quand même . Enfin, sur ce ,Je vous souhaite une bonne soirée ! Bye

pierreAfeu 28/12/2012 18:44

C'est un Pffffff plus long, un peu las...