Christoblog

L'étrange affaire Angélica

Pilar López de Ayala. Epicentre FilmsManoel de Oliveira est né le 11 décembre 1908. Imaginez : il avait 37 ans à la fin de la deuxième guerre mondiale !

Ces dernières années, il réalise un film par an.

Maintenant voyons si vous êtes pessimiste ou optimiste, suivant la première idée qui vous passe par l'esprit :

- très pessimiste : à ce rythme là, il nous reste 29 Lelouch à supporter (brrr...)

- pessimiste : 22 Eastwood

- optimiste : 65 Fatih Akin (yes !)

- très optimiste : 61 Aronofsky

Le problème, c'est de rester vivant pour voir tous ces films...

Bon, à part ça, je ne m'explique pas trop l'engouement de certaines critiques pour L'étrange affaire Angélica, présenté à Cannes 2010 (film du mois pour les Cahiers, quand même). L'histoire tient sur un billet de métro : un jeune photographe tombe amoureux d'un jeune fille morte qui lui sourit alors qu'il prend en photo son cadavre. C'est mimi, mais ça ne fait pas un film. Surtout que Manoel, à 103 ans, ne fait évidemment plus trop bouger sa caméra. Donc, c'est très lent, assez théâtral et démonstratif, ennuyeux. J'ai trouvé les rêves particulièrement moches et il faut que le critique des Cahiers s'envole vers des comparaisons hasardeuses et stratosphériques (Chagall !) pour trouver matière à défendre le film.

Je ne peux pas réellement dire que c'est nul, parce qu'on sent bien qu'il y a un grand réalisateur derrière la caméra, mais je ne conseillerais pas le film à des amis (sauf peut-être s'ils sont simultanément insomniaques et lusophones). 


1e

Commenter cet article

neil 04/04/2011 18:41

Evidemment c'est pas un film "d'aujourd'hui". Mais j'ai été touché par certains moments de poésie (même si j'étais parfois prêt à m'assoupir) et par cette lumière et ces plans souvent magnifiques.

Chris 29/03/2011 17:56

J'ai été un peu radical dans mon article, mais je ne nie pas qu'il y a quelques éléments plaisants : j'ai bien aimé aussi le travail sur la lumière.
J'ai dans ma pile de DVD Singularités d'une jeune fille blonde : j'hésite du coup à le regarder !

fredastair 29/03/2011 17:45

Salut Chris, je ne rejoins pas non plus cet engouement démesuré (et de parti-pris) de la presse en général (enfin, plutôt la presse intello) sur le film, même si je ne serais pas aussi catégorique que toi.

"L'Etrange affaire..." possède plus d'une qualité, à commencer par une touche de poésie hors-d'âge, référencée et profonde. Et là non seulement j'adhère à la référence à Chagall (bien que je n'aie pas lu l'article des "Cahiers..."), mais j'y ajoute un je ne sais-quoi d'Apollinaire, sans doute pour le côté "juif errant" que le film souligne plus d'une fois (au-delà, bien sûr, de son lyrisme romantique : histoire d'amour impossible etc).
C'est une qualité parce qu'elle est peu courante dans le ciné d'aujourd'hui, et que le film la traite plutôt bien. Les scènes aériennes, je ne les ai pas trouvées "mer-veil-leu-ses" comme la plupart des critiques, ni moches comme toi, simplement surprenantes et plutôt jolies ; et d'autres séquences (en particulier "l'animation" fantastique de la morte sur pellicule, et le très bel intermède des bêcheurs) sont vraiment magnifiques. Après, je ne vais pas nier qu'on s'y ennuie par intermittences, et que l'ensemble n'a rien de mémorable.

Comme quoi, il y a matière à défendre (un peu) le film!

Bob Morane 23/03/2011 15:34

Je crois que je vais en rester à juste la lecture de vos commentaires. Je ne sais pas pourquoi... comme pas envie :) pourtant aventurier d'habitude mais là !

Platinoch 23/03/2011 13:56

Je n'avais rien vu de Manoel de Oliveira jusqu'ici. Face à tant d'éloges de la part de la presse, je me suis senti obligé d'y aller. Malheur m'en a pris. Je me suis retrouvé coincé 95 minutes devant ce truc interminable (traumatisante cette scène de labours des vignes), sans queue ni tête, d'une lenteur incroyable. Bref, non seulement je ne le recommande pas, mais en plus je le déconseille! Quant aux Cahiers du Cinéma, faut croire qu'ils ont fumer en allant le voir!!!