Christoblog

Hunger

Michael Fassbender. Becker Films InternationalAttention chef d'oeuvre.

Le premier long métrage du vidéaste Steve Mc Queen est un coup de maître. On aurait pu craindre un objet expérimental pour public branchouillé, et c'est une vraie histoire qui nous est comptée ici. Celle de Bobby Sands, prisonnier politique de l'IRA qui est décédé suite à une grève de la faim, comme 7 de ses camarades. Le film m'a appris beaucoup de chose sur cette période, que je ne connaissais pas (les menaces pesant sur les gardiens de prison, la grève de l'hygiène).

 

La force de la volonté de ces hommes et le pouvoir qu'ils se donnent sur leur propre corps sont hallucinants. La fermeté de Thatcher est d'une violence inouie et sa simple voix off donne des frissons. D'une certaine façon, on a du mal à admettre que ces évènements aient pu se passer chez nous, en Europe, il y a si peu de temps.

Mais le film dépasse le genre du film de prison, ou du film politique, pour visiter autre chose : la capacité qu'à une caméra à capter la réalité des sens et à la restituer aux spectateurs. Et là, c'est peut être la formation première de Steve McQueen qui joue à plein car la réussite est totale : on sens le flocon de neige se poser sur le visage, on entend ces cris furieux puis ces silences assourdissants, on inspire cette odeur de crasse et de pisse, on souffre du contact de la pommade sur les plaies, on inspire la fumée de cigarette.


Hunger est une réflexion sur le don de soi, sur la matérialité des choses, mais c'est également un objet cinématographique parfaitement conçu et réalisé. L'intérêt porté aux personnages secondaires (gardien de prison, long plan séquence magistral - 22 minutes ! - de la conversation avec le prêtre, jeune soldat terrorisé par les bastonnades) densifie le propos tout en le recentrant.

Du grand art. Et que dire de l'acteur, Michael Fassbender ? Au delà de la performance physique il donne à voir son âme.

 


Peut être le plus beau film de l'année, plastiquement, émotionnellement, intellectuellement.


4e

Commenter cet article

dasola 16/03/2009 20:35

Bonsoir, je te rejoins dans ta critique élogieuse. Personnellement, je ne savais pas trop ce que j'allais voir. J'ai été fasciné. Cela ne tombe jamais dans le voyeurisme ou le sordide. Un grand film mais il faut prévenir qu'il est éprouvant. Bonne soirée.

MAYDRICK 24/12/2008 18:06

Entièrement d'accord avec toi. C'est l'un des chocs de 2008.

pierreAfeu 23/12/2008 10:02

Je te rejoins totalement. Ce film est d'une rare profondeur.

VincentLesageCritique 08/12/2008 23:26

Je suis d'accord avec toi, notamment sur le rapprochement avec Pasolini que tu as fait chez Anna. La brutalité des hommes et des idéaux, McQueen la filme avec poésie, et toute la puissance sensorielle du film vient de là.

ffred 07/12/2008 23:42

Pas d'accord du tout. Un film froid, vide, sans émotion et sans âme. D'un ennui mortel. Seul bon point et là je suis d'accord, Michael Fassbender est prodigieux.