Christoblog

Hara-kiri : mort d'un samouraï

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/43/83/19840909.jpgHara kiri est un remake (assez fidèle paraît-il) d'un vieux film de Kobayashi. Il a été réalisé par Takashi Miike, réalisateur japonais prolifique (jusqu'à 4 films par an) et réputé pour l'extrême variété des genres qu'il aborde, souvent avec des styles très différents, et baroques.

 

N'en connaissant pas le scénario, j'ai découvert le film absolument sans a priori, en m'attendant plutôt à assister à de nombreux combats de sabre. Or, le film est presque exempt de ce type de scène.

 

Le début a été pour moi une sorte d'émerveillement. Une mise en scène d'un classicisme extrême, très douce, une succession de plans d'une beauté insensée, une histoire intrigante qui se met tranquillement en place.

 

Le plaisir de retrouver ce Japon éternel, amoureux des belles choses et des beaux gestes, décuple le plaisir. Le réalisateur prend plaisir à caresser avec sa caméra des intérieurs aux peintures magnifiques, des objets conçus dans l'idée de les rendre à la fois les plus beaux et les plus simples, des plats et des bouquets divinement composés, des gestes d'une élégance extrême. L'impression ressentie est magique.

 

Passée l'agréable surprise initiale, le film emprunte malheureusement les chemins d'un mélodrame réaliste beaucoup trop balisé, avant de rebondir sur la fin.

 

Par ces temps de Fukushima et de crise, le film interpelle fortement la notion d'honneur si chère aux Japonais encore aujourd'hui, mais aussi celles de compassion, de pitié. Un peu long (à l'image de la scène de combat finale, qui s'éternise), et un peu trop sage certainement, mais d'une incroyable beauté visuelle.

 

3e

Commenter cet article

Carcharoth 03/12/2011 18:53

Et ben ça dépend ce que tu aimes, il y a bien Ichi the killer qui est bourrin de chez bourrin et complètement fou, ou Audition qui est flippant, mais je conseillerai plutôt Bird people in china ou
Blues Harp qui sont plus beaux... Sinon il y a la trilogie Dead or Alive qui regroupe un peu tout. Et dans le genre remake, mais en fou il y a Izo, resucé du chef d'oeuvre d'Hideo Gosha (Hitokiri).
Maintenant, fais ton choix !

Chris 04/12/2011 11:04



Ok, je vais essayer de trouver ça et je te créditerai dans mes critiques comme conseil avisé...



Carcharoth 02/12/2011 18:43

Salut ! Juste pour dire que Miike a réalisé jusqu'à plus de 8 films par an (1998 de mémoire ?) et qu'il s'est pas mal calmé, et aussi pour évoquer le chef d'oeuvre de Kobayashi qui rappelle la
cruauté des seigneurs (et du régime Tokugawa) et l'absurdité du bushido (code d'honneur) dans ce monde sans guerre, sans combats justement où les samourais (ou ronins comme ici) sont devenus
complètement inutiles, et donc pauvres. Kobayashi a réalisé de nombreux films dénoncant la complaisance des réalisateurs de son époque envers cette ére, modèle pour les japonais nostalgiques "de la
bonne époque" et militaristes. Bref, si Miike a su resté dans cette fibre, ça ne peut qu'être bien ! j'en ferais bien sur un commentaire dès qu'il passera près de chez moi, dans mon sud d'incultes
!

Chris 02/12/2011 20:53



Merci de ces érudits et utiles commentaires. Je ne connais pas du tout Miike : par quel film conseillerais tu de commencer ?



neil 02/12/2011 10:21

Ah moi c'est du 4 étoiles sans hésiter. L'émerveillement du début a duré tout du long pour moi, je ne me suis pas ennuyé une seconde.

Rémi 01/12/2011 20:44

Ca semble très proche de l'original en effet. En tout cas tu donnes envie de le voir !

ffred 01/12/2011 17:55

Bien d'accord mais je pousserai peut être à 3 étoiles. J'aime ces drames tragiques et cruels... et puis ça m'a tellement rappelé le Japon...

Chris 01/12/2011 23:45



Ouais j'hésitais, 2+ ou 3, allez je mets 3. Ca m'a furieusement rappelé notre voyage au Japon à l'été 2010 et en particulier le Mont Koya.